100 fermes protégées : les modalités avalisées par le Cabinet
Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un programme d'exploitation agricole protégée pour les deux prochaines années, comme énoncé dans le Budget 2018/2019.
Actualités

100 fermes protégées : Les modalités avalisées par le Cabinet

Le Conseil des ministres qui s’est réuni, aujourd’hui, sous la présidence du Premier ministre, Pravind Jugnauth a avalisé les modalités pour la mise en place de 100 fermes protégées. Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un programme d’exploitation agricole protégée pour les deux prochaines années, comme énoncé dans le Budget 2018/2019.

Il est établi que la Banque de Développement de Maurice qui dirigera le projet, sera responsable de ces 100 fermes qui sont prêtes à exploiter sur des terres de l’Etat dans les régions de Melrose, Plaine Magnien, Solitude, Beau Climat et Caroline.

Le programme sera ouvert au grand public, aux sociétés coopératives enregistrées en vertu de la loi sur les coopératives et aux PME. Une Expression of Interest sera  lancée.

Le Cabinet a approuvé l’introduction du projet de loi sur l’autorité chargée des besoins éducatifs spéciaux à l’Assemblée nationale. L’objet du projet de loi est de prévoir la création d’une autorité chargée des besoins éducatifs spéciaux, qui sera responsable de:

(a) surveiller et faciliter la mise en œuvre des politiques gouvernementales relatives aux besoins éducatifs spéciaux;

(b) conseiller le ministre sur la formulation des politiques et sur les critères d’enregistrement des:

  • les établissements d’éducation spécialisée;
  • le personnel enseignant et non enseignant, ainsi que toute autre personne-ressource des institutions pour enfants ayant des besoins éducatifs spéciaux;

(c) fournir des directives pour la conception et le développement de programmes d’études répondant aux besoins d’éducation spéciale; et

d) l’harmonisation et la promotion des programmes et des politiques d’éducation et de développement holistique des personnes ayant des besoins éducatifs spéciaux, conformément à la Convention relative aux droits de l’enfant et à la Convention relative aux droits des personnes handicapées.

Le Conseil des ministre a pris note que Maurice a été classée 20ème sur 190 pays dans le rapport Doing Business 2019 de la Banque mondiale, contre 25 sur l’an dernier. La note du pays est passée de 77,54 l’année dernière à 79,58, ce qui signifie que le pays a amélioré son environnement réglementaire des affaires et réduit l’écart par rapport aux économies les plus avancées. Maurice conserve sa position de leader sur 48 pays d’Afrique et se classe au troisième rang des 51 pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure.

Par ailleurs, le Cabinet a pris note des développements du projet de parc commercial et industriel de Riche Terre et a accepté que Landscope (Mauritius) Ltd envoie des lettres d’intention à 21 autres opérateurs économiques pour l’attribution de terres dans le parc industriel et de Riche Terre.

100 fermes protégées : les modalités avalisées par le Cabinet