Connect with us

Monde

Pétrole: L’accord Arabie Saoudite/Russie fait monter le prix du baril par 5%

Published

on

Pétrole: L’accord Arabie Saoudite/Russie fait monter le prix du baril par 5%

L’annonce lundi d’un renforcement de la coopération entre l’Arabie saoudite et la Russie pour stabiliser le marché pétrolier a fait bondir de 5% les cours du pétrole au début des échanges européens. Le but de cet accord est de stabiliser le prix du pétrole.

Six mois après l’échec de la réunion à Doha, les deux géants ont trouvé un accord.  Le ministre russe de l’Énergie Alexandre Novak et son homologue saoudien Khaled al-Faleh ont signé une déclaration commune.”Le prix du pétrole doit être juste et aujourd’hui il ne l’est pas”, a avancé le président russe. V. Poutine. Cette ouverture de dialogue constructif et d’une coopération étroite entre les principaux pays exportateurs afin de soutenir la stabilité sur le marché du pétrole réjouit les pays membres de l’Opep. D’ailleurs, les Emirats arabes unis et le Koweït se sont félicités lundi de la décision de l’Arabie saoudite et de la Russie

Après cet accord,  le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a grimpé de 65 cents.

Commentaires

Monde

L’Afrique du Sud : le budget tant attendu de Cyril Ramaphosa

Published

on

L’Afrique du Sud : le budget tant attendu de Cyril Ramaphosa

L’Afrique du Sud : le budget tant attendu de Cyril Ramaphosa

Cyril Ramaphosa a succédé la semaine dernière au président Jacob Zuma, empêtré dans plusieurs scandales et contraint de démissionner sous la pression de son parti, le Congrès national africain (ANC).  Le ministre sud-africain des Finances devait présenter mercredi un budget attendu et probablement très serré, après l’élection du nouveau président Cyril Ramaphosa qui a fait de la relance de l’économie et de la lutte contre la corruption ses priorités. Alors que l’ère Zuma a été marquée par un accroissement de la dette, une croissance molle, un taux de chômage record à 27,7% et une dégradation de la note financière du pays, la tâche s’annonce très complique et cela va être le budget le plus difficile depuis l’avènement de la démocratie en 1994 en Afrique du Sud.

Le président Ramaphosa va devoir trouver des sources de revenus tout en réduisant drastiquement les dépenses de l’État, alors qu’il s’est notamment engagé à respecter l’un des engagements les plus coûteux de son prédécesseur, à savoir la gratuité des études supérieures pour les étudiants issus des familles défavorisées.

 

Commentaires

Continue Reading

Monde

Brexit : Le Royaume-Uni demande à l’union Européenne de collaborer

Published

on

Brexit : Le Royaume-Uni demande à l'union Européenne de collaborer

Brexit : Le Royaume-Uni demande à l’union Européenne de collaborer

Le ministre du Brexit, David Davis, a déclaré mardi que la Grande-Bretagne et l’Union européenne pourraient conclure un accord pour accéder au marché unique. Il a nié que le Royaume utilise le Brexit pour réduire les réglementations économiques.

Dans son dernier discours, Davis a déclaré aux chefs des entreprises autrichiennes que les craintes de voir la Grande-Bretagne plonger dans un « monde style Mad Max » ne sont pas fondées.

À la place, le ministre a proposé un mécanisme où les deux parties sont en accord sur les réglementations. À titre d’exemple, la protection des consommateurs et la stabilité financière. Ainsi les deux partis poursuivront leurs politiques et pourront atteindre leurs propres objectifs.

“Ce sera un accord crucial pour assurer que notre futur partenariat économique soit ainsi ouvert, et que le commerce reste aussi fluide que possible”, a déclaré Davis.

La Grande-Bretagne a pour but de maintenir des liens économiques étroits avec l’UE à son départ du bloc commercial en mars l’année prochaine et de conclure librement de nouveaux accords commerciaux au niveau mondial.

Davis visite les capitales européennes et tente de persuader les dirigeants de l’UE à conclure un nouvel accord sur le commerce. Par conséquent, les dirigeants de l’UE ont averti que la Grande-Bretagne ne pouvait pas être libre de ses agissements dans la réglementation de l’UE et du commerce sans que friction soit causée.

Davis a déclaré que la Grande-Bretagne voulait travailler avec l’UE pour créer les normes les plus strictes à l’échelle mondiale. Il a aussi cité que les droits des travailleurs et la réglementation financière font partie des domaines où il faut améliorer.

Ses commentaires sont destinés à apaiser les inquiétudes des politiciens de l’Europe et de l’idée que la Grande-Bretagne pourrait réduire les impôts et alléger la réglementation pour attirer les entreprises mondiales.

Commentaires

Continue Reading

Monde

Abbas s’adresse aux Nations Unis

Published

on

Abbas s'adresse aux Nations Unis

 Abbas s’adresse aux Nations Unis

M. Abbas a appelé mardi à la convocation d’une conférence internationale sur la paix au Moyen-Orient dans le courant de l’année. “Il est devenu impossible aujourd’hui qu’un pays ou état soit seul à résoudre un conflit régional ou international”, a déclaré M. Abbas. ” Pendant cette conférence internationale, il est essentiel d’établir un mécanisme multilatéral au niveau international “.
Les États-Unis sont prêts à discuter de paix en Proche-Orient avec les Palestiniens, a déclaré mardi l’ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, Nikki Haley. Elle était face au président palestinien Mahmoud Abbas lors d’une réunion du Conseil de sécurité américain.
Les Palestiniens ne considèrent plus Washington comme un négociateur neutre depuis que l’administration Trump a reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël. Encore moins depuis que les États-Unis ont coupé le financement de l’agence américaine venant en aide aux réfugiés palestiniens.
“Nos négociateurs sont assis juste derrière moi, prêts à parler. Mais nous ne courrons pas après vous. Le choix, Monsieur le Président, vous appartient “, a déclaré Nikki Haley à M.Abbas.
Abbas, qui avait évité la visite du vice-président américain Mike Pence dans la région le mois dernier, a déclaré que la conférence devrait inclure les Palestiniens, Israéliens , les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU – États-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne et France.
L’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Danny Danon, a déclaré au Conseil de sécurité qu’Abbas faisait partie du problème, pas de la solution, et que “la seule façon d’avancer est de négocier directement” entre Israël et les Palestiniens.

Commentaires

Continue Reading

A la une