Connect with us

Actualités

Formation des PME : Accord de collaboration entre Microsoft Océan Indien et la SMEDA

Published

on

Formation des PME : Accord de collaboration entre Microsoft Océan Indien et la SMEDA

Formation des PME : Accord de collaboration entre Microsoft Océan Indien et la SMEDA

Aider les Petites et Moyennes Entreprises (PME) à prendre leur envol et se développer. C’est l’objectif du protocole d’accord que Paul Bunting, Directeur Général de Microsoft Océan Indien et Pacifique francophone, a signé ce jeudi 8 septembre, avec la SMEDA dans les locaux de MyBiz à Port-Louis. A la suite de la signature, les deux parties mettront en place des programmes de formation qui répondent aux besoins des PME mauriciennes. Ce protocole d’accord devrait aussi engendrer plus de collaboration entre Microsoft et la SMEDA, et ainsi donner lieu à des opportunités de développement pour les PME.

“Nous sommes très heureux aujourd’hui de conclure cet accord avec la SMEDA car cela va nous donner l’opportunité de renforcer notre soutien existant aux PME et de joindre nos efforts pour des projets divers”, a déclaré Paul Bunting, avant de poursuivre : “Par le biais de cet accord, nous voulons apporter aux entrepreneurs les outils nécessaires à travers des formations qui permettront la transformation numérique de ces PME. Elles sont le moteur de notre économie et chez Microsoft, nous nous engageons à les aider à déployer leur potentiel. »

L’Honorable Soomilduth Bholah, Ministre des Affaires, des Entreprises et des Coopératives, a fait ressortir que “cet accord de collaboration est une opportunité pour les entrepreneurs car ils vont bénéficier du soutien et de l’expertise de Microsoft et de la SMEDA, surtout pour s’initier et se familiariser aux nouvelles technologies et aussi pour enrichir et approfondir leur savoir-faire. Outre la tenue d’ateliers de travail et de formations, Microsoft veut, à travers cette collaboration, créer et promouvoir une synergie et optimiser l’échange d’informations pour rendre les PME plus autonomes. L’ambition de la société est de renforcer le développement économique durable et la croissance inclusive.”

Durant ces prochains mois, Microsoft Océan Indien et Pacifique francophone et la SMEDA travailleront en étroite collaboration pour élaborer un programme de formation adapté aux besoins des PME, leur permettant ainsi d’acquérir les connaissances pour gérer leurs entreprises et les rendre pérennes.

Advertisement

Actualités

Hajj : Showkutally Soodhun annonce trois vols spéciaux de Medina à Maurice

Sarvesh Bhugowandeen

Published

on

Hajj : Showkutally Soodhun annonce trois vols spéciaux de Medina à Maurice

Le député de la circonscription no 15, Showkutally Soodhun a eu une session de travail avec Hatim Fallatah le Regional Manager du Saudi Arabian Airlines, hier mercredi 19 juillet. Cette rencontre était surtout axée sur le bien-être des hadjis  qui convergeront vers la Mecque, à partir du mois d’août.

Ainsi, le Saudi Airline desservira six vols directs aller-retour Maurice-Jeddah, sans transit pour le hajj.  De plus, Showkutally Soodhun a fait ressortir que trois vols spéciaux seront effectués de Medina à Maurice. Le prix du billet est de Rs 30 600.   L’on apprend que l’assurance a été donné pour que les Mauriciens puissent avoir toutes les facilités sur l’avion, tels que pour les menus spéciaux pendant le voyage.

Showkutally Soodhun a fait la demande auprès du Regional Manager de la Saudia, afin de rencontrer l’ICC Hajj Commitee. L’objectif est de finaliser les détails pour les vols du hajj. Les deux hommes ont aussi discuté de la possibilité d’augmenter le nombre de vols dans le future.   « Après le hajj 2018, un nouveau terminal au King Abdulaziz International Airport, à Jeddah sera opérationnel. Les Mauriciens pourront en tirer profit », assure Showkutally Soodhun.

Il soutient que l’Arabie saoudite intensifiera des campagnes afin de promouvoir Maurice comme destination de choix.

 

Continue Reading

Actualités

Appel à projets 2018 – Menon Munien: «Faire sortir des gens de la misère…»

Georges Alexandre

Published

on

Appel à projets 2018 – Menon Munien: «Faire sortir des gens de la misère…»

Appel à projets 2018 – Menon Munien: «Faire sortir des gens de la misère…»

Lors de son intervention à la cérémonie du lancement du 2e appel à projets 2018 ( «General Call for Proposals») et le Monitoring Report, au sir Harilall Vaghjee Hall, ce  19 juillet, le président de la National CSR Foundation, Menon Munien a passé en revue l’encadrement financier de cette institution.

«Nous devrons pouvoir évaluer notre travail sur le terrain et mesurer son impact sur le terrain. Car, notre but ultime est de faire sort des gens de la misère et améliorer la qualité de vie»,  a-t-il affirmé. Il a souligné que celle-ci travaille de concert avec tous les partenaires pour l’élaboration d’un plan stratégique en vue d’assurer le développement et de promouvoir les droits humains. Menon Munien a insisté que cela doit se faire de façon méthodologique.

«Tous ensemble, nous voulons une institution solide, efficace et indépendante», a-t-il affirmé. «Nous sommes d’accord pour aider les ONGs, mais il n’y a pas de compromis sur l’éthique, le professionnalisme…Ce Monitoring Report est bon pour assurer un contrôle sur les projets. Il faut se rendre à l’évidence, il y a des ONGs qui travaillent bien et d’autres non», a soutenu  Menon Munien.

Tout en annoncant un rapport d’évaluation sur les résultats de projets à la fin de décembre 2018, il a insisté : «Il nous faut faire de la National CSR Foundation une Central Public Funding Agency.» Menon Munien a dit se pencher sur l’élaboration d’un plan d’action.

Dans le cadre du lancement d’un 2e cycle de financement, le président de la National CSR Foundation a fait référence au manuel, intitulé Policy and Guidelines on Funding. «Ce document a été travaillé avec tous les partenaires. Notre approche vise à établir des relations solides avec les partenaires ; venir de l’avant avec des projets innovateurs et intevenir de manière holistique dans une approche communautaire», a souligné Menon Munien.

Par ailleurs, le président de la National CSR Foundation a accentué sur l’«accountability.» «Nous devrons être redevable pour chacune de nos actions. Le plus gros travail, c’est la transparence», a-t-il soutenu avant d’ajouter : «Après 50 ans d’Indépendance, nous devrons être capables d’accepter les principes de la Bonne gouvernance. Nous travaillons de concert avec l’ICAC pour metttre au point un Code de conduite»

Continue Reading

Actualités

Law and order: De janvier 2017 à ce jour, 646 cas d’agression sur des touristes

Bam Fareedun

Published

on

Law and order: De janvier 2017 à ce jour, 646 cas d’agression sur des touristes

Law and order: De janvier 2017 à ce jour, 646 cas d’agression sur des touristes

C’est en substance ce qu’a révélé le ministre mentor et ministre de la défense. SAJ répondait à une question du député Adil Ameer Meea sur le sujet. Ainsi, il a été dévoilé que 92 arrestations ont eu lieu et 43 personnes ont été trouvées coupables.

Le ministre mentor devait aussi déclarer qu’un Monitoring committee a été mis sur place pour adresser le problème d’agressions sur des étrangers. SAJ devait également avancer qu’il veille personnellement à ce que tout soit fait pour protéger les touristes sur notre sol.

Il rappelle que la Police du Tourisme, la police régulière, les éléments de la Garde Côtes, l’ERS et les membres de la CID des régions concernées mettent tout en œuvre pour contrôler la situation et réduire au maximum les agressions sur les touristes. Les lieux spécifiquement fréquentés par les touristes sont pourvus de CCTV.

Une autre mesure annoncée par SAJ concerne une règlementation plus stricte des skippers et autres opérateurs touristiques. Ces derniers seront strictement contrôlés sur leurs lieux de travail. Les employés d’hôtel également reçoivent une formation adéquate pour protéger les touristes.

Le député Adil Ameer Meea voulait aussi savoir ce qu’il en est des touristes agressés, mais qui doivent repartir dans leurs pays, ne pouvant, de ce fait, déposer en cour. SAJ a répondu que dans de tels cas les autorités mauriciennes ne peuvent plus grand-chose et que les victimes doivent collaborer afin que justice soit rendue.

Continue Reading

Trending