Connect with us

Actualités

Inondations 30 mars 2013: Rs 650 millions de dommages réclamés à l’Etat

Published

on

Inondations 30 mars 2013: Rs 650 millions de dommages réclamés à l’Etat

Jeudi 22 septembre 2016

Trois ans après le tristement célèbre inondations du 30 mars 2013, neuf familles réclament Rs 650 millions de dommages à l’Etat mauricien, au nom des victimes. Ces inondations meurtrières survenues au Caudan avait fait 11 morts.

Cet affaire a été pris pour une première fois ce mardi 20 septembre 2016 devant la Master and Registrar de la Cour suprême. Elle a été renvoyée au 27 octobre. Des poursuites sont engagés contre le bureau du Premier ministre, dirigé par Navin Ramgoolam à l’époque, le ministère des Infrastructures Publiques et de l’Environnement qui avait à sa tête Anil Baichoo, la State Property Development Company et la compagnie Rapid Security, qui était responsable du Caudan Waterfront à l’époque

Durant l’année 2013, la ville de Port-Louis et le gouvernement se sont accusés mutuellement de négligence. En janvier 2015, la juge Ida Dooky-Rambarrun avait communiqué ses conclusions après une enquête judiciaire. Elle conclut qu’il n’y a pas eu d’acte de ‘foul play’ mais déplore certaines lacunes.  La magistrate  a mis en avant certaines failles notées à plusieurs niveaux contribuant aux inondations, notamment des constructions contre nature sur les drains de la capitale. Des drains qu’elles considèrent illégaux.La construction d’aires de stationnement sur les drains d’Air Mauritius et de Rogers, parmi d’autres, en allant jusqu’au KFC à la rue La Chaussée y ont aussi contribué à cette situation. Concernant cette succursale du fast food, l’enquête judiciaire révélera que « la fondation du bâtiment est sur le drain et il crée un obstacle à l’écoulement de l’eau ».

Les familles des victimes, qui exigeaient une commission d’enquête, réclament des dommages qui varient entre Rs 50 à 100 millions. Les victimes des inondations du 30 mars sont: Jeffrey Allan Wright, Sylvia Fokeer, Toolsee Ram Ramdhari, Pravin Kumar Khoosye, Karmish Saligram Tewary, Dhanraj Saligram Tewary, Retnon Sithanen, Rabindranath Bhobany, Fan Lan Wong Tat Chong Lai Kim et Stevenson Henriette.

Advertisement

Actualités

Productivity Improvement Programme : Terra s’engage sur la voie de l’excellence opérationnelle

Published

on

Productivity Improvement Programme : Terra s’engage sur la voie de l’excellence opérationnelle

Productivity Improvement Programme : Terra s’engage sur la voie de l’excellence opérationnelle

Améliorer et encourager la productivité, l’efficience et l’excellence chez ses employés, au cœur d’un environnement de travail sain et organisé ! C’est dans cette optique que Terra a lancé, sur une base pilote, le Productivity Improvement Programme au sein de ses filiales Terra Milling et Terragri. Les 66 employés ayant assisté à cette formation dispensée par le National Productivity and Competitiveness Council, se sont vus remettre leur certificat de participation, dans les locaux du groupe, le vendredi 13 juillet en présence de Nicolas Maigrot, Managing Director de Terra.

« Il s’agit d’un programme visant à renforcer les compétences de nos employés en créant un milieu de travail propre, ordonné, discipliné et sans accident », nous confie Nicolas Maigrot, qui a profité de l’événement pour effectuer un état des lieux de l’usine. Les ateliers de formation avaient débuté en septembre dernier et, déjà, l’impact sur les bénéficiaires est visible. « Nous sommes en saison de coupe et l’usine est en pleine production de sucre. J’ai pu constater l’apport du concept Kaizen sur la productivité. Le lieu de travail est plus en ordre, plus organisé. L’espace de stockage est ainsi débarrassé de superflus et le gaspillage est évité. Kaizen est plus qu’un concept, il s’agit d’une culture de travail qui est bénéfique à tous les niveaux », ajoute-t-il.

La formation était axée sur la technique des 5 S – Sort (éliminer l’inutile), Store (ranger), Shine (nettoyer), Standardise (maintenir l’ordre) et Sustain (être rigoureux) –, et l’élimination des Muda, un terme japonais qui veut dire « gâchis ». Il s’agit du gaspillage de ressources tangibles, par exemple, l’énergie, les stocks excédentaires, les matériaux, etc., ainsi que les actifs incorporels, comme l’attente, la reprise et la recherche, entre autres. « Identifier, réduire et éliminer les Muda permet de rendre l’organisation plus efficace, organisée et disciplinée », souligne Nicolas Maigrot, qui affirme que cette formation apporter une culture d’efficience où les standards seront maintenus par les employés eux-mêmes.

Angel Para, Cost-Analyst chez Terra, abonde dans ce sens. Il fait partie des employés ayant suivi la formation. « C’est une excellente initiative du groupe car cela nous permis à mieux nous organiser sur notre lieu de travail. Nous nous retrouvons mieux maintenant et gagnons considérablement de temps quotidiennement. Le certificat est un boost certes, mais le plus important c’est de voir les gens travailler dans un environnement sain qu’ils ont eux-mêmes créé, et c’est très valorisant pour chacun d’entre nous. »

Continue Reading

Actualités

Des appareils électroménagers offerts à 3 familles

Published

on

Des appareils électroménagers offerts à 3 familles

Des appareils électroménagers offerts à 3 familles

Courts Mammouth continue son soutien aux familles mauriciennes dans le besoin. L’entreprise a, en effet, collaboré avec la National Empowerment Foundation pour livrer cette semaine trois maisons à des familles vivant dans la région de Dubreuil, sous l’égide du ministère de l’Intégation Sociale.

Le ministre Alain Wong était présent à la cérémonie de remise des clés aux trois familles, de même que le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stephan Toussaint. Ce projet de relogement s’inscrit dans le cadre du Fully Concrete Housing Scheme du ministère de l’Intégration Sociale.

Courts Mammouth a apporté sa contribution en offrant aux trois familles des appareils électroménagers, notamment des rice-cookers, des bouilloires, des fers à repasser, des mixers et des cuisinières à gaz.

« Nous avons été sollicités par le ministère de l’Intégration Sociale et la NEF et c’est sans hésitation que nous avons décidé de participer à ce projet. Nous pensons que l’accès à un logement décent est une nécessité fondamentale pour tous et qu’il est de notre devoir en tant qu’entreprise responsable d’aider les organisations et les individus qui en ont besoin. A travers des projets tels que celui-ci, nous sommes d’avis que c’est toute la société mauricienne qui grandit », confie Ashok Sonah, Directeur Exécutif de Courts-Mammouth.

Les trois familles, identifiées par la National Empowerment Foundation, ont reçu leurs clés des mains des ministres, et ont également reçu des vivres et des articles de première nécessité.

Continue Reading

Actualités

Padel Tennis : LUX* propose la tendance sportive du moment

Published

on

Padel Tennis : LUX* propose la tendance sportive du moment

Padel Tennis : LUX* propose la tendance sportive du moment

Une activité familiale, fun et ludique. C’est ce que propose le LUX* Grand Gaube avec le Padel Tennis. Phénomène qui connaît un succès planétaire, le Padel Tennis se positionne aujourd’hui comme un sport de prédilection dans plusieurs parties du monde. Il se pratique à quatre et peut rassembler sur un même court petits et grands, experts et débutants.   

Brice Lunot, directeur général de LUX* Grand Gaube, souligne :

« A LUX*, nous sommes engagés à offrir des expériences novatrices et exclusives à nos clients. C’est dans cette optique que nous avons voulu proposer le Padel Tennis, sport encore méconnu à Maurice. Nous espérons éveiller la curiosité des amateurs pour les inciter à découvrir ensemble ce sport et à s’y essayer. Pour donner la chance à tous d’en profiter, LUX* propose cette activité à la fois aux touristes qui séjournent dans nos hôtels et aux Mauriciens de passage »

Comme l’explique Burwing Caëtan, Wellness Concierge de LUX* Grand Gaube, le Padel Tennis est une combinaison originale du tennis du squash et du badminton. « En plus d’être moins technique que le tennis, le Padel demande moins d’effort que le squash. La particularité du Padel, c’est qu’aucune expérience n’est nécessaire ; que vous soyez un habitué du tennis ou juste curieux d’essayer quelque chose de nouveau, tous peuvent le pratiquer », dit-il.

Pouvant se pratiquer en plein air ou en salle, le Padel se joue sur un terrain synthétique avec une raquette sans corde au tamis plein. La taille d’un court de Padel est de 10m sur 20m ce qui est considérablement plus petit que celle d’un court de tennis traditionnel. Comme au squash, les balles peuvent être jouées après rebond sur les parois alors que le système de score utilisé est exactement le même qu’au tennis.

Le Padel est l’occasion de passer un moment convivial en famille ou entre amis tout en s’amusant. Le Padel tennis est ouvert au public tous les jours de 8 h 30 à 20 heures.

Continue Reading

Trending