Connect with us

Actualités

SC/HSC: Les élèves partagés entre ‘sit-in’ et revision’!

Published

on

SC/HSC: Les élèves partagés entre ‘sit-in’ et revision’!

SC/HSC: Les élèves partagés entre ‘sit-in’ et revision’!

Les avis des Mauriciens sont partagés sur les réseaux sociaux concernant le ‘sit-in’ qui a eu lieu dans ‘certains collèges’ à travers l’île. Bon nombre décrient ce qu’ils qualifient comme un manque de responsabilité, de respect et de discipline. La ministre de l’Education, Leela-Devi Dhookun est catégorique. Elle ne cédera pas sur la prise en considération du taux de présence pour le paiement des ‘fees’ des examens du SC et HSC.

Le Mauritius Examination Syndicate et le ministere de l’Education ont cédé une première fois en modifiant la période pour calculer le taux de présence des élèves qui vont prendre part pour les examens du School Certificate et Higher School Certificate. Mais ils ne céderont pas une deuxième fois. Le message de la ministre, en dépit du soutien des membres de l’Opposition, de l’Asaux collégiens, du mouvement Regroupma Travayer Sosyal aux collégiens, a été clair vendredi. Ce sera ‘NON’!

Le sit-in tenu dans certains colléges, certains puisque tous les élèves n’ont pas suivi, n’a pas eu l’effet escompté sur le gouvernement. D’ailleurs, un internaute, très probablement un élève du John Kennedy College a posté ceci: “This is to inform you that there was no sit-in at Jkc. Some foolish people from the media took picture of our school during the break where everyone were outside in the school compound. They have no evidence of what was happening. These pictures are of students taking their break.”

Une autre internaute, responsable d’une école maternelle, condamne les parents: “Cot discipline parents eter? Eski parents authorise zotte zenfants fer sitting? c sa l’avenir de demain? l’education commence a la maison…”.

D’autres sont révoltés par le comportment de ces jeunes qui détruisent des biens de l’Etat: “In many part of the world education is not free. Here in mauritius students are given everything free and still not satisfied!!. Our parents and grandparents had to pay for their education in spite being poor. Nowadays children are spoiled with the latest smartphones,laptop and internet access and yet they are not satisfied!!They are rebelling and damaging school properties! Such ingratitude..Its a shame!” ou encore “Dans grand grand pays europeen ou l’amerique, l’ecole bizin aller gramatin ziska tantot. L’education bizin payer. Ici gagne tout zaffaire cadeau, la ossi zot faire dezrde. Soit disant zot pas kapav paye l’examen, mais lesson privé zot kapav payer. Alle appran trankil.”

Ce ‘sit-it’ pénalise aussi ceux qui ne se sont pas absentés et qui sont consciencieux. “Etrangement les collèges d’Elite sont les premiers a se manifester. Dans toute cette histoire, les perdants restent ceux et celles qui se font un devoir d’etre regulier a l’ecole. C’est honteux!”, peut-on lire. Un prof a aussi posté ceci: “Pendant ce temps, la ou je travaille, les élèves sont la, présent a lecole, travaillent leurs past papers et se preparent pour les examens”.

Par contre, il y a aussi d’autres, probablement plus révolutionnaires, qui cautionnement cette situation. “For me personally its a good thing as its shows that students show you they are not satisfy about the way the country education have been for long. Also it shows you that the next generation can break the boundaries that their elders don’t . La masse à toujours raison car le fait que les étudiants protestent démontre à quel point nous les mauriciens sommes soumis à des politiciens obscures et jouisseurs”, écrit un internaute.

Une chose est sûre…il y a ceux qui suivent leurs cours normalement et qui ‘abide by the rules and regulations’ et d’autres qui suivent le mouvement des ‘Absents’!

Advertisement

Actualités

A Bain-Des-Dames: Travaux d’infrastructure et dommages collatéraux

Published

on

Une nouvelle équipe  pour évaluer les maisons endommagées à Bain-Des-Dames

 A Bain-Des-Dames: Travaux d’infrastructure et dommages collatéraux

Plusieurs familles de Bain-Des-Dames, dont les maisons ont été endommagées durant des travaux de construction,  réclament des compensations. Une nouvelle équipe sera mise sur pied pour évaluer les dommages causés par ces constructions, suite à diverses requêtes des habitants.

Selon leur porte-parole, Raja Madhewoo, cette situation est due à la lenteur des équipes de la CEB pour évaluer la situation. De plus, les familles n’ont pas obtenu la somme prévue. Aussi, les rapports n’ont toujours pas été rendus public.

Selon le travailleur social, une lettre sera envoyée au bureau du PMO, pour que le Premier ministre évoque ce sujet au parlement.

Continue Reading

Actualités

Energie renouvelable : Des experts se rencontrent en Namibie du 25 au 26 avril

Published

on

Energie renouvelable : Des experts se rencontrent en Namibie du 25 au 26 avril

Energie renouvelable : des experts se rencontrent en Namibie du 25 au 26 avril

La deuxième rencontre du Technical Steering Committee of the Project on Enhancement of a Sustainable Regional Energy Market in the Eastern AfricaSouthern Africa-Indian Ocean (EA-SA-IO) Region a lieu du 25 au 26 avril en Namibie.

Ce projet cherche à aborder la gouvernance du marché et les enjeux qui affectent la mise en place de projets de développement énergétique en Afrique orientale, Afrique du Sud et la région de l’océan Indien. Ce dossier est soutenu par un fonds de 7 millions euros sous le 11e European Development Fund (EDF) avec la COMESA, et ce pour une période de 4 ans.

Le Technical Steering Committee passera en revue les étapes de mise en œuvre durant la première année du projet. Le comité de pilotage technique donnera, également, des conseils afin de s’assurer que les objectifs soient atteints.

A noter que cette rencontre rassemble cinq Communautés Economiques Régionales (CER), soit, la COMESA, l’East African Community (EAC), la SADC, l’Intergovernmental Authority on Development (IGAD) et l’Indian Ocean Commission (IOC).

Le programme comprend trois secteurs. Il y a d’abord un cadre réglementaire, adopté par les institutions régionales et nationales, avec un accent sur les questions transfrontalières afin d’encourager les investissements dans la région. Il y a ensuite l’amélioration de la capacité réglementaire des National Regulatory Authorities et le renforcement des capacités des associations régionales. En dernier lieu, il y a le perfectionnement du développement de l’énergie renouvelable et des stratégies en matière d’efficacité énergétique pour attirer des investissements dans les énergies propres.

Continue Reading

Actualités

Salim Muthy sur les ex-planteurs de Riche-Terre : « Donn zot zot terin »

Published

on

Salim Muthy sur les ex-planteurs de Riche-Terre : « Donn zot zot terin »

Salim Muthy sur les ex-planteurs de Riche-Terre : « Donn zot zot terin »

Des ex-planteurs de Riche-Terre attendent toujours le terrain qui leur aurait été promis. C’est ce qu’affirme Salim Muthy, porte-parole de la Riche-Terre Mixed Farming Cooperative Society. L’activiste déclare que plusieurs d’entre eux, ont déjà reçu des compensations de Rs 200,000 à Rs 400,000, tandis que les autres ont eu jusqu’à Rs 600,000.
Selon Salim Muthy, le gouvernement leur a aussi proposé 10 perches de terrain, soit 110 toises à Bois- Marchand. Une vingtaine de planteurs y sont concernés, dit-il. « Donn zot zot terin. Mo fer enn lappel ek premye minis ek minis des ter ek logema, Mahen Jhugroo. zot pe trop tardé ek sa. Ena bann ex-planter kin fini mort tou ladan. In gayn 2 an mo ti koz sa ek premye minis mai ziska ler nanié mem.»

Pour rappel les ex-planteurs de la région de Riche-Terre avaient été expropriés en 2007, afin de faire de la place au projet JinFei (ex-Tianli). Le projet Tian Li n’avait pas pu démarrer et le terrain avait été cédé au groupe Jin Fei à ce jour, le terrain est toujours inoccupé.

Continue Reading

Trending