Connect with us

Actualités

Sir Anerood Jugnauth devant l’Assemblée générale de l’ONU

Published

on

Sir Anerood Jugnauth devant l’Assemblée générale de l’ONU

Sir Anerood Jugnauth devant l’Assemblée générale de l’ONU

La souveraineté des Chagos devant la Cour internationale de justice ?

Le Premier ministre a quitté le pays jeudi soir pour se rendre aux États-Unis où il assistera à l’Assemblée générale des Nations unies, qui se tiendra du 19 au 26 septembre.

L’objectif de cette mission est d’avoir le feu vert de l’Assemblée générale pour recourir à la Cour internationale de justice dans le but de plaider en faveur du retour de la souveraineté des Chagos à Maurice. Le chef du gouvernement compte passer à l’offensive face aux Britanniques lors de l’Assemblée générale des Nations unies.

SAJ a mis le cap aux États-Unis 48 heures avant le début de la séance d’ouverture de l’Assemblée générale pour s’assurer que la motion de l’État mauricien pour traîner la Grande-Bretagne devant la Cour internationale de justice (CIJ) soit bien inscrite à l’agenda de cette présente Assemblée générale. Ainsi, pour avoir le feu vert concernant l’inscription de la motion de l’État mauricien à agenda de l’Assemblée générale, il faut d’abord qu’une majorité des pays composant le General Committee se prononce. Ce comité compte 33 états-membres, dont ceux du Conseil de sécurité.

Lors de sa conférence de presse au bâtiment du Trésor le lundi 12 septembre, le Premier ministre s’est dit confiant que son gouvernement obtiendrait la majorité requise devant le General Committee.

Si le comité accède à la demande de l’État mauricien, l’item sera alors inscrit à l’agenda de l’Assemblée générale des Nations unies. Par la suite, le chef du gouvernement passera à l’étape supérieure, soit de convaincre la majorité des pays membres des Nations unies de voter pour que Maurice puisse avoir recours à l’avis consultatif de la Cour internationale de justice sur la question de la souveraineté des Chagos. Le bras de fer entre Maurice et les Britanniques risque d’être long. L’État mauricien pourrait-il porter l’affaire devant la Cour internationale de justice ? Réponse dans les jours à venir

Advertisement

Actualités

A Bain-Des-Dames: Travaux d’infrastructure et dommages collatéraux

Published

on

Une nouvelle équipe  pour évaluer les maisons endommagées à Bain-Des-Dames

 A Bain-Des-Dames: Travaux d’infrastructure et dommages collatéraux

Plusieurs familles de Bain-Des-Dames, dont les maisons ont été endommagées durant des travaux de construction,  réclament des compensations. Une nouvelle équipe sera mise sur pied pour évaluer les dommages causés par ces constructions, suite à diverses requêtes des habitants.

Selon leur porte-parole, Raja Madhewoo, cette situation est due à la lenteur des équipes de la CEB pour évaluer la situation. De plus, les familles n’ont pas obtenu la somme prévue. Aussi, les rapports n’ont toujours pas été rendus public.

Selon le travailleur social, une lettre sera envoyée au bureau du PMO, pour que le Premier ministre évoque ce sujet au parlement.

Continue Reading

Actualités

Energie renouvelable : Des experts se rencontrent en Namibie du 25 au 26 avril

Published

on

Energie renouvelable : Des experts se rencontrent en Namibie du 25 au 26 avril

Energie renouvelable : des experts se rencontrent en Namibie du 25 au 26 avril

La deuxième rencontre du Technical Steering Committee of the Project on Enhancement of a Sustainable Regional Energy Market in the Eastern AfricaSouthern Africa-Indian Ocean (EA-SA-IO) Region a lieu du 25 au 26 avril en Namibie.

Ce projet cherche à aborder la gouvernance du marché et les enjeux qui affectent la mise en place de projets de développement énergétique en Afrique orientale, Afrique du Sud et la région de l’océan Indien. Ce dossier est soutenu par un fonds de 7 millions euros sous le 11e European Development Fund (EDF) avec la COMESA, et ce pour une période de 4 ans.

Le Technical Steering Committee passera en revue les étapes de mise en œuvre durant la première année du projet. Le comité de pilotage technique donnera, également, des conseils afin de s’assurer que les objectifs soient atteints.

A noter que cette rencontre rassemble cinq Communautés Economiques Régionales (CER), soit, la COMESA, l’East African Community (EAC), la SADC, l’Intergovernmental Authority on Development (IGAD) et l’Indian Ocean Commission (IOC).

Le programme comprend trois secteurs. Il y a d’abord un cadre réglementaire, adopté par les institutions régionales et nationales, avec un accent sur les questions transfrontalières afin d’encourager les investissements dans la région. Il y a ensuite l’amélioration de la capacité réglementaire des National Regulatory Authorities et le renforcement des capacités des associations régionales. En dernier lieu, il y a le perfectionnement du développement de l’énergie renouvelable et des stratégies en matière d’efficacité énergétique pour attirer des investissements dans les énergies propres.

Continue Reading

Actualités

Salim Muthy sur les ex-planteurs de Riche-Terre : « Donn zot zot terin »

Published

on

Salim Muthy sur les ex-planteurs de Riche-Terre : « Donn zot zot terin »

Salim Muthy sur les ex-planteurs de Riche-Terre : « Donn zot zot terin »

Des ex-planteurs de Riche-Terre attendent toujours le terrain qui leur aurait été promis. C’est ce qu’affirme Salim Muthy, porte-parole de la Riche-Terre Mixed Farming Cooperative Society. L’activiste déclare que plusieurs d’entre eux, ont déjà reçu des compensations de Rs 200,000 à Rs 400,000, tandis que les autres ont eu jusqu’à Rs 600,000.
Selon Salim Muthy, le gouvernement leur a aussi proposé 10 perches de terrain, soit 110 toises à Bois- Marchand. Une vingtaine de planteurs y sont concernés, dit-il. « Donn zot zot terin. Mo fer enn lappel ek premye minis ek minis des ter ek logema, Mahen Jhugroo. zot pe trop tardé ek sa. Ena bann ex-planter kin fini mort tou ladan. In gayn 2 an mo ti koz sa ek premye minis mai ziska ler nanié mem.»

Pour rappel les ex-planteurs de la région de Riche-Terre avaient été expropriés en 2007, afin de faire de la place au projet JinFei (ex-Tianli). Le projet Tian Li n’avait pas pu démarrer et le terrain avait été cédé au groupe Jin Fei à ce jour, le terrain est toujours inoccupé.

Continue Reading

Trending