Connect with us

Monde

UNICEF: 50 millions enfants déplacés

Published

on

UNICEF: 50 millions enfants déplacés

UNICEF: 50 millions enfants déplacés

50 millions d’enfants ont été déplacés de force ou traverser des frontières. C’est le triste bilan que dépose l’UNICEF dans un document publié ce mercredi.

Ce rapport indique que 31 millions d’enfants vivent en dehors de leur pays de naissance. 11 millions sont des réfugiés et 17 millions supplémentaires ont dû migrer à l’intérieur même de leur pays pour échapper aux violences et aux conflits.

Ted Chaiban, directeur des programmes de l’Unicef explique que ce dossier ne bénéficie pas d’assez d’attention de nos dirigeants. “Ces enfants déracinés, souvent seuls, restent des enfants et il faut les protéger. Or, la communauté internationale ne les prend pas assez en compte dans les débats sur les migrations. Il faut qu’ils soient accompagnés pour éviter les violences, les trafics, l’exploitation ; des itinéraires protégés doivent être mis en place et, dans les pays de destination, ils doivent être systématiquement assistés par des représentants légaux, d’ONG ou de l’Etat afin de les aider à rejoindre d’éventuels membres de leur famille”, a déclaré Ted Chaiban au monde.fr.

Selon ce rapport, un réfugié sur deux est un enfant. Et beaucoup sont des jeunes qui fuient les conflits en Syrie, en Afghanistan et en Irak.  En Syrie, un enfant sur trois n’a connu que la guerre.

On note aussi selon ce rapport que l’Europe est loin d’être le continent le plus accueillant. 39 % de ces enfants sur la liste de l’UNICEF vivent en Asie, 20 % ont migré sur le continent américain, de l’Amérique centrale et latine vers les Etats-Unis, le Mexique et le Canada.

Advertisement

Monde

À bras ouverts : la Grande Bretagne pour la réintégration du Zimbabwe au Commonwealth

Published

on

À bras ouverts : la Grande Bretagne pour la réintégration du Zimbabwe au Commonwealth

À bras ouverts : la Grande Bretagne pour la réintégration du Zimbabwe au Commonwealth

La Grande Bretagne soutient la réintégration du Zimbabwe au sein du  Commonwealth. Les porte-parole Britanniques ont félicité le travail effectué par le nouveau président, Emmerson Mnangagwa depuis son accession au pouvoir en novembre dernier. Ce dernier succède au président, Robert Mugabe qui au long de sa longue carrière avait instauré un climat de frayeur et une politique de dictature.

Le Zimbabwe s’était retiré du Commonwealth depuis 2003. Robert Mugabe, au pouvoir depuis l’Independence en 1980, avait suscité de vives controverses. Ce dernier, avait mis en place un système politique à parti unique, mené par son parti ZANU-PF. Exprimant dans un premier temps le désir de redistribution équitable des ressources au peuple zimbabwéen, le « règne » politique de Mugabe a vite tourné en dérision. Ses nombreuses et violentes saisies de biens ont vite suscité la controverse sur la scène internationale.

Le bureau des affaires étrangères a déclaré « apporter tout son support à la réintégration du Zimbabwe, une nouvelle Zimbabwe disposée à apporter les réformes politiques et économiques pour le bien de son peuple »

Visant une amélioration des liens diplomatiques, les ministres des affaires étrangères des deux pays concernés, Boris Johnson et Sibusiso Moyo, se sont entretenus en présence d’autres ministres des Etats membres, autour d’un petit déjeuner de la Conférence du Commonwealth, tenue à Londres.

Johnson a déclaré que les élections de Juillet serviront de tremplin pour définir la direction de la nouvelle Zimbabwe.

Continue Reading

Monde

Sommet: un pas historique pour les deux Corées, un téléphone rouge installé

Published

on

Un pas historique pour les deux Corées, un téléphone rouge installée à une semaine du sommet

Sommet: un pas historique pour les deux Corées, un téléphone rouge installé

Le sommet entre la Corée du Nord et la Corée du Sud se tiendra à la fin du mois d’Avril et annonce le début d’un réchauffement diplomatique entre les deux partis. En effet, une ligne directe établie entre les deux camps symbolise une grande avancée. Le téléphone rouge aura pour but d’amplifier les discussions en vue de meilleurs rapports.

L’ouverture de cette ligne relie le bureau de la Commission nord-coréenne des Affaires d’État, où siège Kim Jong-Un et la Maison Bleu, où demeure le président Sud Coréen des Affaires d’État. Cette démarche survient une semaine avant le sommet Corée Nord- Sud. Celle-ci se tiendra dans la zone démilitarisée qui divise la péninsule.

Moon Jae-in, président de la Corée du Sud et Kim Jong-Un ont franchi, ainsi, un pas historique. Les deux pays, largement en conflit, avaient jusqu’ici érigé seuls deux sommets. Le dernier en date remonte à la fin de la guerre de Corée (1950-53). Le sommet de fin avril représente, donc, le troisième Sommet où se rencontreront les deux forces Coréennes.

Continue Reading

Monde

Légion d’honneur, Al–Assad remet sa décoration à la France

Published

on

Légion d’honneur, Al–Assad remet sa décoration à la France

Légion d’honneur, Al–Assad remet sa décoration à la France

Le président syrien, Bachar Al-Assad, rend la légion d’honneur à la France. L’Elysée avait décoré le président de la Syrie en 2001 en lui conférant la légion d’honneur, soit, la plus haute distinction de grand-croix. Ainsi, la France rejoint les Etats-Unis et la Grande Bretagne dans sa démarche de punir le dirigeant syrien, suite aux attaques chimiques dans la région de Ghouta.

Alors que la France avait déjà enclenché les procédures pour reprendre la décoration, Al-Assad a, quant à lui, pris les devants. La décoration a été rendue à la France à travers l’ambassade Roumaine. Le président syrien a souligné qu’il ne voulait pas porter la décoration d’un pays soumis aux États Unis. Le ministre des Affaires étrangères, a déclaré que ce n’était:

« point un honneur au Président Bachar Al-Assad de porter une décoration attribuée par un pays esclave et partisan des États Unis qui supporte le terrorisme »

La France accuse le chef de l’état syrien de crime contre l’humanité. Ce dernier avait été décoré après avoir succédé à son père. La France espérait entretenir de meilleures relations diplomatiques avec le nouveau président qui laissait transparaître le souhait de gouverner d’une manière plus démocratique.

Cependant, ses sept années au sommet de l’Etat ont prouvé que ce dernier n’était pas plus disposé que son père à changer ses méthodes de gouvernance.

Continue Reading

Trending