Connect with us

Monde

L’Union européenne attend « Madame Brexit » au tournant

Published

on

L’Union européenne attend « Madame Brexit » au tournant

La première ministre britannique, Theresa May, participe jeudi à son premier sommet européen. Son plaidoyer pour un « hard Brexit » inquiète Bruxelles et les 27.

Trois mois après son arrivée au pouvoir, Theresa May participe, ce jeudi 20 octobre, à son premier Conseil des dirigeants européens. La première ministre britannique n’est certes pas une inconnue à Bruxelles, où elle a maintes fois représenté son pays en temps que ministre de l’intérieur du gouvernement Cameron. Mais dans ses nouvelles fonctions de « Madame Brexit », c’est peu dire qu’elle est attendue au tournant.

Depuis qu’elle a précisé le calendrier du déclenchement du fameux « article 50 » du traité de Lisbonne, la procédure de sortie de l’Union européenne (UE) sera actionnée au plus tard en mars 2017. Même si certains (ils sont de plus en plus rares) nourrissent encore quelque espoir de retour en arrière, la plupart des Européens semblent désormais avoir pris en marche le train du « hard Brexit ».

Le divorce entre le Royaume-Uni et les vingt-sept autres membres de l’UE aura bien lieu. La négociation commencera officiellement au printemps 2017. Elle sera dure, forcément dure, aucune des parties n’ayant intérêt à faire de cadeaux à l’autre.

Mme May a beaucoup insisté, lors du congrès du Parti conservateur, début octobre, sur sa volonté d’appliquer une des principales revendications des « Brexiters », en instaurant un contrôle des ressortissants européens aux frontières du pays. Tout en espérant que le Royaume-Uni accède au marché intérieur de l’UE.

« Vers une rupture nette »

Du coup, les Vingt-Sept le répètent à leur manière sur tous les tons : impossible d’avoir le beurre et l’argent du beurre. L’accès au marché intérieur et à ses 500 millions de consommateurs est conditionné aux quatre libertés de circulation : des biens, des services, des capitaux et des personnes.

Et tant pis si le Royaume-Uni est l’un des principaux partenaires commerciaux de l’Allemagne. « Nous allons vers une rupture nette avec Londres », ajoute ce diplomate, fataliste. Vu l’imbrication des économies continentales avec le Royaume-Uni, le jeu risque d’être à somme négative.

Donald Tusk, le président du Conseil, a lui aussi signifié sans détours qu’il n’y aurait pas de Brexit heureux. Dans un discours prononcé le 13 octobre, l’ex-premier ministre polonais a souligné que « la vérité est brutale : le Brexit sera une perte pour tout le monde. Il est inutile de spéculer sur un Brexit soft. »

Maintenir le dialogue

Beaucoup de diplomates européens sont sur leurs gardes. Certains craignent que les Britanniques ne soient tentés par le chantage – par exemple, de bloquer une discussion sur un texte pour obtenir des contreparties. Certains les soupçonnent de vouloir tirer parti des déboires de l’UE. D’autres, de conclure des accords de libre-échange seuls avec le reste du monde, sans plus s’embarrasser des lourdeurs administratives bruxelloises.

« Le risque, c’est que Londres nous fasse porter la responsabilité d’un Brexit dur en disant que l’Europe veut punir le Royaume-Uni », s’inquiète une source européenne de premier plan. Pour l’instant, beaucoup se rassurent en constatant que les diplomates britanniques à Bruxelles restent soucieux de maintenir le dialogue. Ils soulignent que Julian King, le nouveau commissaire britannique chargé de la sécurité, est apprécié pour sa « loyauté », et qu’une partie des déclarations des uns et des autres relève probablement de la posture de négociation.

(Source : lemonde.fr)

Commentaires

Monde

La NRA sous pressions

Published

on

La NRA sous Pressions

La NRA sous pressions

Après le meurtre de 17 personnes dans un lycée de Floride, une nouvelle vague de manifestations en faveur d’un contrôle plus strict d’armes à feu s’est levée. Plusieurs compagnies américaines ont coupé leurs liens avec la National Rifle Association (NRA) après des appels au boycott des entreprises liées à ce puissant lobbyiste des armes à feu.

La NRA n’a pas commenté sur l’effet du boycott. Le groupe s’est défendu sur Twitter, disant que les gens contrariés à la suite des fusillades en Floride devraient se concentrer sur l’incompétence des forces de l’ordre.

Le gouverneur républicain de Floride, Rick Scott, a soutenu les appels visant à relever l’âge minimum pour l’achat d’une arme à feu de 18 à 21 ans. M. Scott s’était opposé à des lois plus strictes dans l’État. Cependant, il a subi une énorme pression pour répondre aux demandes des étudiants qui ont survécu aux fusillades du lycée Marjory Stoneman Douglas.

Le directeur général de la NRA, Wayne LaPierre, a déclaré jeudi que les “opportunistes” utilisaient la tragédie du 14 février pour étendre le contrôle des armes à feu et abolir les droits des armes à feu américains. “Ils détestent la NRA, ils détestent le deuxième amendement, ils détestent la liberté individuelle”, avait-il dit.

Les campagnes précédentes destinées à la NRA ont eu des résultats limités.

Le président Donald Trump a quant à lui défendu la NRA, tandis que d’autres ont critiqué le boycott sur Twitter.

Commentaires

Continue Reading

Monde

Des jeux concours frauduleux qui prônent encore sur Facebook et WhatsApp

Published

on

Des jeux concours frauduleux qui prônent encore sur Facebook et WhatsApp

Bons d’achat Ikea, billets d’avion, week-end à Disneyland. Des arnaques virales piègent des internautes en leur promettant des cadeaux.

La ficelle de ces escroqueries est toujours la même : un contact vous  envoie sur Facebook ou WhatsApp le message d’une marque qui promet un cadeau généreux. Vendredi 23 février, c’était prétendument « Disneyland Paris  » qui offrait « 4 billets » gratuits. A la mi-février, c’était « Air France » qui donnait « deux billets gratuits à tous pour son 85e anniversaire ». En octobre 2017, « Ikea » était sur les ondes pour un soi-disant  « Un bon de 500 euros à tous »

Mais aucune de ces entreprises n’a confirmé d’avoir proposé ces offres. Il s’agit en réalité de liens frauduleux, qui utilisent des noms des compagnies avec lesquelles elles n’ont aucun contact et piègent ainsi des internautes.Appâtés par les cadeaux , ces derniers sont ensuite invités à partager la bonne nouvelle sur les réseaux sociaux , puis à donner leurs coordonnées détaillées et à contacté des numéros surtaxés, voire carrément à mettre en avant leurs coordonnées bancaires. Et ce, sans obtenir de récompense pour autant : en lieu et place du cadeau promis initialement, les sites vers lesquels renvoient tous ces liens se contentent à l’arrivée de faire miroiter un tirage au sort. Sans garantie que le concours existe vraiment. Alors, il faut rester sur le qui-vive et de tout simplement ignorer des liens sur des billets d’avion ou bon d’achat

Commentaires

Continue Reading

Monde

L’intelligence artificielle : Des dérives liées à la Cybercriminalité et terrorisme

Published

on

L'intelligence artificielle : Des dérives liées à la Cybercriminalité et terrorisme

L’intelligence artificielle : Des dérives liées à la Cybercriminalité et  terrorisme

 

26 experts internationaux mettent en garde contre les dangers d’une utilisation de l’intelligence artificielle à des fins antidémocratiques, criminelles ou terroristes. Des experts internationaux tirent la sonnette d’alarme sur les risques d’une utilisation malveillante de l’intelligence artificielle(IA) par “des États voyous, des criminels, des terroristes”.

Selon des experts, dans les dix prochaines années, l’efficacité croissante de l’IA risque de renforcer la cybercriminalité, mais aussi de conduire à des utilisations de drones ou de robots à des fins terroristes. Elle est aussi susceptible de faciliter la manipulation d’élections via les réseaux sociaux grâce à des comptes automatisés (bots). Avec le système IA, des terroristes pourraient modifier des systèmes d’IA disponibles dans le commerce (drones, véhicules autonomes), pour provoquer des crashs, des collisions ou des explosions. Les attaques par hameçonnage ciblé (spear phishing) pourraient aussi devenir beaucoup plus aisées à mener à une large échelle. Avec l’IA, il devrait être possible de réaliser de fausses vidéos très réalistes et cela pourrait être utilisé pour discréditer des responsables politiques.

Commentaires

Continue Reading

A la une