Connect with us

Société

Musiciens de rue : figés dans le temps

Published

on

Musiciens de rue : figés dans le temps

Vous l’avez sans doute croisé en partant pour le tunnel du Caudan Waterfront, juste à côté de Rogers House. Vous lui avez peut être jeté un regard rapide ou même jeté quelques pièces de monnaie dans la sacoche de sa guitare qui fait office d’aumônière. Vous vous êtes peut être interrogé sur l’identité de cet homme et comment il a atterri là. Nous sommes allés à sa rencontre.

Bernard Duprat a 32 ans et habite à Ste-Croix. Il se considère musicien ou plus exactement guitariste de profession. Il a appris très tôt à jouer de la guitare, avec son père. « J’ai toujours su que la guitare sera ma vocation. J’ai ça dans le sang. » Bernard a joué de la guitare dans plusieurs hôtels prestigieux du littoral tels que le Maritime Resorts, La Plantation et Prince Maurice, entre autres. Il est parti en 1998 pour 5 ans pour la France où il a donné des leçons de guitare à domicile. Il était dirigé chez des particuliers par une agence. Bernard a eu pas mal d’adolescents comme élèves et s’est même marié à une Française. Il est retourné au pays en 2003.

Et maintenant ? Bernard réapprend à jouer en public non seulement pour de l’argent mais pour pouvoir faire un come-back dans les hôtels. « En donnant des leçons chez les particuliers, j’ai perdu l’habitude de jouer en public. Or je veux me faire une réputation dans les hôtels. Cela prend beaucoup de temps. Donc je me parfais en apprenant à jouer en public. »

Bernard a enregistré 8 chansons en solo et où il a joué la musique d’accompagnement lui-même, sur guitare bien entendu. Il nous affirme avoir fait le mixage lui-même. Il est actuellement à la recherche d’un éditeur de musique pour pouvoir diffuser et commercialiser ses disques au grand public.

****

Vayoudh Futta est un vieux briscard de 62 qui a lui aussi embrassé la vocation de musicien de rue. Il a établi ses repères près de la MCB de Port-Louis et près du casino du Caudan. Cet habitant de Terre-Rouge a 62 ans et a déjà pris sa retraite. « Un moyen comme un autre de gagner ma croûte et de suppléer à ma pension. Nous montrons aux gens que nous travaillons et que nous ne mendions pas. » Il joue du harmonica, du djambe, du tambourin et de la flûte de paon.

Vayoudh dit être capable de gagner sa vie avec l’argent que lui versent les gens et pense pouvoir trouver assez d’argent pour le mariage prochain de sa fille. Ses métiers passés ? Il est incapable de tous les remémorer. Il a été vigile à Port-Louis avant de devenir musicien de rue. Avant, il a bossé pas mal d’années comme helper à l’usine de margarine à Trianon. Son proudest moment ? « D’être passé sur Canal + une fois.»

Commentaires

Société

[Vidéo] Sharmeen Choomka : A 13 ans, elle a rivalisé avec les grandes

Published

on

[Vidéo] Sharmeen Choomka : A 13 ans, elle a rivalisé avec les grandes 

Après avoir brillé aux examens du SC à l’âge de 10 ans, Sharmeen Choomka, récidive pour la HSC. En effet, cette adolescente vient de décrocher son HSC après seulement une année d’étude.

Chez les sœurs Choomka, c’est devenu une habitude de sauter les classes et Sharmeen n’a pas dérogé à la tradition. C’est grâce à l’encouragement de ses parents qu’elle a pu franchir cette étape. Cependant, être surdouée ne veut pas dire être constamment plongée dans les études. La jeune fille explique qu’elle jonglait entre études et loisirs et elle n’a jamais sacrifié sa passion, soit la natation.

A 13 ans, elle a déjà son HSC en poche et maintenant c’est quoi la prochaine étape ? « Je souhaite poursuivre ma carrière dans le domaine légal » lance-t-elle.

Commentaires

Continue Reading

Société

Gastro entérite chez les chiens: une cinquantaine de cas traités à la MSAW depuis le 3 janvier…. 

Published

on

Gastro entérite chez les chiens: une cinquantaine de cas traités à la MSAW depuis le 3 janvier…. 

En effet, la Mauritius Society for Animal Welfare (MSAW) a traité plus d’une cinquantaine de cas liés à la gastro entérite pendant cette période pluvieuse. Ces cas concernent majoritairement des chiots et des chiens adultes âgés de plus de 10 ans avec un système immunitaire vulnérable. “Ces cas surviennent principalement après que les chiens soient restés sous la pluie, ont consommé des aliments avariés ou ont bu de l’eau contenant des bactéries…” fait ressortir le Dr Arjun Kailaysur, vétérinaire à la MSAW….

La gastro-entérite se caractérise par des nausées, des vomissements et/ou des diarrhées d’apparition soudaine. Il est important de faire bouillir l’eau avant de la donner à votre chien, de s’assurer que ses vaccins sont à jour et de le mettre à l’abri lors des averses. Un chien ne peut rester constamment sous la pluie. Cela constitue un acte de maltraitance…

Par ailleurs, le vétérinaire ajoute qu’outre des cas de gastro entérite, des cas de grippe, d’infection au niveau des oreilles et des troubles respiratoires chez les chiens ont été notés… La MSAW fait appel aux propriétaires d’être responsables et de prendre les précautions qu’il faut en cette période pour le bien-être de leurs animaux et surtout de les emmener chez un vétérinaire immédiatement au moindre symptôme…

Commentaires

Continue Reading

Société

[Vidéo] Pauvreté absolue : la bataille d’une maman et ses trois filles, dont une trisomique

Published

on

[Vidéo] Pauvreté absolue : la bataille d’une maman et ses trois filles, dont une trisomique

C’est à cité La Cure, plus précisément à Ti Rodrigues, que nous rencontrons Virginie L’Espar. Cette maman a trois filles – Christacha, 5 ans, Maelyse et Marissa, des jumelles de deux ans et demie. Cependant, Marissa est atteint de Trisomie 21. De plus, elle a plusieurs autres problèmes de santé : Elle a une malformation au cœur et est asthmatique.

C’est dans une bicoque en tôle qui menace de s’effondrer que vit cette famille. Les mots ne suffisent pas pour décrire leur misère noire. Odeur nauséabonde, manque de lumière, désordres indescriptibles dans chacune des petites pièces de la maison. Avec les pluies torrentielles, c’est catastrophique, surtout avec l’eau boueuse qui envahit la maison. « Mo lakaz extra koule, » nous lance Virginie. « De fwa pena kass pu al lopital. »

C’est avec tristesse qu’elle nous décrit la situation dans laquelle elle vit.

Reportage :

Commentaires

Continue Reading

A la une