Connect with us

Actualités

Air Mauritius : Réunion des syndicats en urgence lundi

Herve Runga

Published

on

Air Mauritius : Réunion des syndicats en urgence lundi

La décision de la compagnie nationale, Air Mauritius, de révoquer Megh Pillay, inquiète les syndicats et les petits actionnaires. Une réunion de l’intersyndicale d’Air Mauritius est prévue pour ce lundi.

Les responsables d’Air Mauritius Staff Association sont d’avis que la situation est très grave. Ils n’approuvent pas la décision du Board de révoquer le Chief Executive, Megh Pillay.  Une décision, qui disent-ils, va nuire à la situation financière de la compagnie. Le syndicaliste, Jack Bizlall, est également entré en scène. Ça risque de secouer au Paille en Queue Court cette semaine.

La composition du Board, qui a pris cette décision, ne serait pas en conformité avec la section 158 de la Companies Act et le 8e schedule de cette même loi. Cette réunion du Board d’Air Mauritius, vendredi, fut convoquée par Fooad Nooraully, le secrétaire de la compagnie, suite à un litige opposant le Chairman d’Air Mauritius, Arjoon Suddhoo et le Chief Executive Officer, Megh Pillay.

Que dit justement cette section de la loi?  

EIGHTH SCHEDULE -(section 158) -Proceedings of the Board of a company

(1) The directors may elect one of their number as chairperson of the Board and determine the period for which he is to hold office. (2) Where no chairperson is elected, or where at a meeting of the Board the chairperson is not present within 15 minutes after the time appointed for the commencement of the meeting, the directors present may choose one of their number to be chairperson of the meeting.

2. Notice of meeting

(1) A director or, if requested by a director to do so, an employee of the company, may convene a meeting of the Board by giving notice in accordance with this paragraph. (2) A notice of a meeting of the Board shall be sent to every director who is in Mauritius, and the notice shall include the date, time, and place of the meeting and the matters to be discussed. (3) An irregularity in the notice of a meeting is waived where all directors entitled to receive notice of the meeting attend the meeting without protest as to the irregularity or where all directors entitled to receive notice of the meeting agree to the waiver.

3. Methods of holding meetings

A meeting of the Board may be held either –

(a)  by a number of the directors who constitute a quorum, being assembled together at the place, date, and time appointed for the meeting; or (b)  by means of audio, or audio and visual, communication by which all directors participating and constituting a quorum can simultaneously hear each other throughout the meeting.

4. Quorum

(1) A quorum for a meeting of the Board shall be fixed by the Board and if not so fixed shall be a majority of the directors. (2) No business may be transacted at a meeting of directors if a quorum is not present.

5. Voting

(1)  Every director has one vote. (2)  The chairperson shall not have a casting vote. (3)  A resolution of the Board is passed if it is agreed to by all directors present without dissent or if a majority of the votes cast on it are in favour of it.

(4) A director present at a meeting of the Board is presumed to have agreed to, and to have voted in favour of, a resolution of the Board unless he expressly dissents from or votes against the resolution at the meeting.

6. Minutes

The Board shall ensure that minutes are kept of all proceedings at meetings of the Board.

7. Resolution in writing

(1) A resolution in writing, signed or assented to by all directors then entitled to receive notice of a Board meeting, is as valid and effective as if it had been passed at a meeting of the Board duly convened and held. (2) Any such resolution may consist of several documents (including facsimile or other similar means of communication) in like form each signed or assented to by one or more directors. (3) A copy of any such resolution must be entered in the minute book of Board proceedings.

8. Other proceedings
Except as provided in this Schedule, the Board may regulate its own procedure.

Advertisement

Actualités

Tourisme durable : Huit établissements de l’océan Indien obtiennent la certification Green Globe

Published

on

Tourisme durable : Huit établissements de l’océan Indien obtiennent la certification Green Globe

Tourisme durable : Huit établissements de l’océan Indien obtiennent la certification Green Globe

Les huit établissements du groupe LUX* Resorts & Hotels présents dans l’océan Indien sont désormais certifiés ‘Green Globe’. Il s’agit de LUX* Le Morne (Maurice), LUX* Grand Gaube (Maurice), LUX* Belle Mare (Maurice), Tamassa (Maurice), Merville Beach (Maurice), LUX* Saint Gilles (La Réunion), Hôtel Le Récif (La Réunion) et LUX* South Ari Atoll (Maldives). La remise de certification a eu lieu le samedi 30 juin.

« Cette certification est pour nous une confirmation que nous sommes sur la bonne voie dans notre stratégie de développement durable, enclenchée depuis des années par le groupe LUX* Resorts & Hôtels. Cela illustre le dévouement de nos Team Members, de tous les départements confondus à offrir un service de qualité tout en s’engageant fermement en faveur de la bonne gouvernance, la responsabilité sociétale, de respect des normes éthiques et environnementales, le respect des droits des travailleurs et les chances égales dans nos exercices de recrutement et de promotion », souligne Paul Jones, Chief Executive Officer du groupe LUX*

LUX* est le premier groupe hôtelier coté sur l’indice de développement durable de la bourse de Maurice et participe à l’adoption du reporting intégré en tant que membre de la GRI Gold Community. La stratégie actuelle de LUX* en faveur du développement durable comprend des projets phares, reconnus localement et au niveau international, tels que Tread Lightly by LUX*©, et Ray of Light by LUX*© pour rehausser la qualité de vie dans les communautés où il opère.

Vishnee Sowamber, Group Sustainability & Corporate Social Responsibility Manager de LUX* nous confie ceci :

« Notre stratégie de développement durable dans toutes nos destinations touche plusieurs axes simultanément. Notre adhérence aux pratiques de bonne gouvernance, notre stratégie RSE et notre démarche écologique encouragent le concept d’économie circulaire. L’environnement fait partie des éléments dont notre business dépend et il est de notre devoir de le préserver maintenant et pour les générations futures. Nous accordons une importance égale aux piliers du développement durable tels que les droits de l’homme, les ressources humaines, le respect des cultures d’autrui, l’intégration et l’inclusion des communautés qui nous entourent qu’à la qualité de service. Une bonne gouvernance est primordiale. Nous remercions toute l’équipe », confie Vishnee Sowamber, Group Sustainability & Corporate Social Responsibility Manager de LUX*.

De son côté, Dominik Ruhl, Chief Operating Officer de LUX* indique :

« Depuis sa création, LUX* a mis au cœur de sa raison d’être les valeurs tels que l’intégrité, l’innovation ou le leadership. Nos 8 établissements sont heureux de recevoir cette reconnaissance de leur dévouement aux valeurs et à la stratégie développement durable de LUX*. C’est un travail de plusieurs années implémenté dans tous nos hôtels et toutes nos destinations, incluant toute nos parties prenantes. » 

Green Globe est l’un des programmes les plus prestigieux de certification et d’amélioration des performances conçu spécialement pour l’industrie du voyage et du tourisme. Cette récompense accompagne les établissements ayant opté pour une démarche d’amélioration de la gestion environnementale et sociale de leurs activités reposant sur des valeurs telles que la bonne gouvernance, les droits de l’homme, la transparence, les audits indépendants, le respect des cultures et l’éthique dans la gestion des ressources humaines et dans les opérations.

L’exercice d’audit s’est déroulé en février et mars derniers avec une liste complète de plus de 380 critères, notamment les départements à être audités et évalués tels que le management, les ressources humaines, les finances, la comptabilité, les achats et les cuisines, les normes, les législations, etc. LUX* a obtenu le Green Globe Certification (Standard 1.7), soit les toutes dernières normes de cette certification. Le groupe hôtelier rejoint ainsi la ligue de milliers d’établissements hôteliers à travers le monde ayant obtenu cette certification, qui démontre non seulement un engagement, mais aussi une conviction dans la nécessité d’accorder la priorité au tourisme durable.

Continue Reading

Actualités

Environnement/Éco-Bins : Étienne Sinatambou qualifie l’initiative de « moderne et écologique »

Rachel

Published

on

By

Environnement/Éco-Bins : Étienne Sinatambou qualifie l’initiative de « moderne et écologique »

Environnement/Éco-Bins : Étienne Sinatambou qualifie l’initiative de « moderne et écologique »

Un petit pas pour la New Chinatown Foundation, un grand pas pour l’environnement à l’île Maurice. L’introduction de l’Eco-Bin est en effet une initiative très louable et exemplaire de la part de l’ONG New Chinatown Foundation et le ministre de l’Environnement, Étienne Sinatambou n’a pas manqué de saluer le bon travail écologique de la Fondation, présidée par Jean-Paul Lam. C’était lors de la conférence de presse qui s’est tenue à l’Héritage Court ce mercredi matin. Ceci dans le cadre de l’installation d’une vingtaine de poubelles écologiques  dans les rues de China Town à Port-Louis. Le ministre de l’Environnement et le Lord-maire, Daniel Laurent, étaient les invités d’honneur pour promouvoir cette démarche.

«China Town se fait vieux et est délaissé, nous avons voulu apporter la solution en rendant le quartier plus moderne et attirer les touristes tout en mettant l’accent sur la protection de l’environnement», souligne Jean Paul Lam.

A savoir que la  vingtaine d’Eco-Bins sont dotées de quatre compartiments ; pour le tri des déchets organiques, recyclables, les mégots de cigarettes, et les CD/DVD usés.

Le ministre de l’Environnement juge que la New Chinatown Foundation est un exemple pour les Mauriciens et que cette initiative est «moderne et écologique ». Il lance, d’ailleurs, un appel aux citoyens à venir eux aussi de l’avant avec des projets écologiques qui contribueront à rendre Maurice plus durable et ajoute que «Li vre ki gouvernman kapav amenn la lwa, sanksyon me gouvernma pa kav fer tou tousel, bizin popilasyon ed nu. Mo agreableman impresynone ki linisiativ New ChinaTown Foundation pa zis cote infrastrictir me osi cote lenvironman. »

Par ailleurs, le Président de la Fondation, Jean Paul Lam annonce la venue d’un artiste tout droit de Shanghai pour réaliser une sculpture de dragon à Chinatown à partir de déchets recyclables tels que le plastique.

Cette sculpture devrait mesurer 10 mètres de haut soit la plus grande de ce genre en Afrique.

Continue Reading

Actualités

STC – Stockage des produits pétroliers : Inauguration du projet MROST pour bientôt

Georges Alexandre

Published

on

STC – Stockage des produits pétroliers : Inauguration du projet MROST pour bientôt

STC – Stockage des produits pétroliers : Inauguration du projet MROST pour bientôt

Le projet Mer Rouge Oil Storage Terminal (MROST), réalisé au coût de Rs 550M et ayant une capacité de stockage de 25 000 tonnes de produits pétroliers (essence et diesel), sera inauguré bientôt par le Premier ministre, Pravind Jugnauth.

Ce projet mis en place par la State Trading Corporation (STC) a pour objectif principal de répondre aux besoins du pays en cas de pénurie. Le MROST est toujours au stade de ‘commissioning’, voici deux mois.

«D’habitude, Maurice a une capacité de stoctage des produits pétroliers pour une durée de 22 jours. Compte tenu de ce nouveau projet MROST, notre capacité de stockage s’étend sur une durée additionnelle de dix jours», affirme une source bien informée de la STC.

Il est à souligner que la STC importe des produits pétroliers depuis 1985. Mais, le souci majeur était le fait que la STC ne dispose pas de stockage pour ces produits, contrairement à la farine et le riz pour lesquels le pays est doté des espaces dédiées.

Les premiers coups de pioche pour ce projet MROST ayant été donnés en juillet 2016, les travaux étaient échelonnés sur 20 mois. Voici deux mois environ, les nouvelles cuves de stockage étaient fin prêtes à accueillir une première cargaison de 4 400 tonnes métriques de produits pétroliers pour des essais.

A la STC, on fait remarquer : «Au cours de ces cinq dernières années, nous avons constaté une augmentation moyenne de 5% dans la vente de l’essence. Ces calculs ont donc été pris en considération lors de la conception des cuves pour nous assurer qu’un surplus de produits peuvent être stocké

MROST a un réseau de conduits, doté d’une puissante capacité de pompage, reliant la New Oil Jetty et le Quai 1 aux cuves. Les conduits en acier sont aux normes européennes et le réseau du MOST qui s’étend sur une distance de 15km est résistant aux temps cycloniques et les raz des marées.

En cas de mauvais temps, le débarquement des produits pétroliers se fera dans un endroit protégé, soit au Quai 1. Les réservoirs sont équipés d’un système permettant la détection précoce d’éventuelle fuite, souligne la STC. «Même si les risques de fuites sont quasi inexistants, les cuves sont entourées d’un ‘Bundwall’ qui assurera qu’aucun produit n’entre en contact avec l’environnement et l’écosystème. Les risques de contamination sont donc presqu’inexistants», précise-t-on à la STC

 

 

 

 

 

 

Continue Reading

Trending