Connect with us

Monde

Les autorités françaises démolissent un camp de refugiés

Published

on

Les autorités françaises démolissent un camp de refugiés

Une petite armée d’ouvriers en tenue fluo et casque, sous la supervision de policiers, ont démoli un camp de réfugiés près de l’entrée du tunnel sous la Manche à Calais, connu comme ‘la jungle’. Les débris des abris de fortune ont été emportés dans plusieurs camions.

Le plan des autorités françaises est d’évacuer et de relocaliser quelque 6 300 réfugiés qui squattent le camp. Plusieurs réfugiés convergent vers un ‘centre de réception et d’orientation ‘ provisoire érigé à l’extérieur du camp pour pouvoir être relogés ailleurs et faire une demande d’asile politique. Pour rappel,  une destruction partielle et désorganisée de ce camp l’année dernière avait provoqué des affrontements entre réfugiés et forces de l’ordre et attiré plusieurs critiques des associations défenseurs des droits de l’Homme.

Cette fois-ci, les autorités ont mis des gants de velours, ou presque. La destruction du camp a été soigneusement planifiée et la mise en exécution est plus méthodique. On s’assure que personne n’est resté dans les abris de fortune. Les mineurs non-accompagnés sont relogés provisoirement dans des abris propres et chauffés. On en appelle à la bonne volonté des réfugiés qui finissent par démolir eux-mêmes leur abris.

Pour ce premier jour, le ministre de l’Intérieur français, Bernard Cazeneuve,  a indiqué que 1,918 personnes, soit près d’un tiers de la population du camp, ont été évacuées vers 80 localités dans toute la France. Toutefois, plusieurs réfugiés n’ont pas hésité à faire état de leur déception car leur but a été daller en Angleterre.

 

 

Advertisement

Monde

Espagne: manifestation de soutien aux prisonniers de l’ETA à Bilbao

Published

on

Espagne: manifestation de soutien aux prisonniers de l'ETA à Bilbao

Espagne: manifestation de soutien aux prisonniers de l’ETA à Bilbao

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Bilbao, dans le nord de l’Espagne, pour réclamer de meilleures conditions de détention pour les membres de l’ETA emprisonnés, quelques semaines avant la dissolution annoncée de l’organisation séparatiste basque.

La plupart des prisonniers de l’ETA sont soumis au régime de détention le plus strict qui les autorise des promenades de trois à quatre heures par jour dans la cour mais leur interdit les permissions de sortie.

Scandant “prisonniers basques à la maison” et brandissant des drapeaux basques rouge-vert-blanc, les manifestants ont demandé que les prisonniers soient transférés plus près de leur région d’origine alors qu’ils sont détenus à des centaines de kilomètres de là.

Continue Reading

Monde

Nicaragua: 10 morts et 80 blessés dans des manifestations

Published

on

Nicaragua: 10 morts et 80 blessés  dans des manifestations

Nicaragua: 10 morts et 80 blessés dans des manifestations

Le président Daniel Ortega est sorti de son silence samedi pour assurer que son gouvernement allait renouer le dialogue, après les violentes manifestations contre une réforme des retraites qui ont fait au moins dix morts au Nicaragua.

Le gouvernement est totalement d’accord pour reprendre le dialogue pour la paix, pour la stabilité, pour le travail afin que notre pays ne soit pas confronté à la terreur que nous vivons en ces moments“, a déclaré M. Ortega à la télévision nationale.

Il a toutefois affirmé que les manifestations étaient soutenues par des groupes politiques opposés à son gouvernement et financés par des organisations extrémistes des Etats-Unis, sans toutefois les identifier.

Continue Reading

Monde

Émirats arabes unis : après son évasion, la princesse Latifa “ramenée” à Dubaï

Published

on

Émirats arabes unis : après son évasion, la princesse Latifa "ramenée" à Dubaï

Émirats arabes unis : après son évasion, la princesse Latifa “ramenée” à Dubaï

En mars, une princesse de l’émirat, cheikha Latifa, une des filles de cheikh Mohammed Ben Rashid Al-Maktoum, était apparue dans une vidéo sur YouTube pour annoncer son “évasion” de son propre pays où elle dit avoir été maltraitée par son père. Mardi 17 avril, une source proche du gouvernement local rompait le silence sur le sujet, sous le couvert de l’anonymat, en affirmant que la princesse avait été “ramenée” auprès de sa famille et qu’elle allait “bien“. Cette source disait ne pas savoir où cheikha Latifa ben Mohammed ben Rashid al-Maktoum, 32 ans, avait été retrouvée, ni par qui.

Dans sa vidéo mise en ligne en mars, la princesse déclarait : “Je fais cette vidéo parce qu’elle pourrait être la dernière que je fais “. Elle y racontait être la fille de cheikh Mohammed et d’une mère algérienne, Houriya Ahmed, et qu’elle avait déjà essayé de s’échapper dans le passé. Cheikha Latifa avait expliqué que son évasion était ” le début de sa vie, de sa liberté “.

Toutefois, la source proche du gouvernement de Dubaï a déclaré que le sort de la princesse était une “affaire privée” qui a été “exploitée” par une “bande d’escrocs” et par le Qatar, grand rival des Émirats dans le Golfe. Les deux pays ont rompu leurs relations diplomatiques en juin 2017.

Continue Reading

Trending