Connect with us

Actualités

Maltraitance des hommes : Un calvaire pas encore pris en considération

Krsna Coopoosamy

Published

on

Maltraitance des hommes : Un calvaire pas encore pris en considération

On parle souvent de l’égalité des genres à Maurice, mais qu’en est-il de la situation des hommes dans notre société patriarcale? Inside News s’est attardé sur le sujet. On le sait, on l’a répété plusieurs fois. La femme compte beaucoup à nos yeux. Une femme c’est une perle. Mais l’homme aussi est important dans notre société qui dérive souvent de ses traditions. C’est dommage que, bien que le chiffre ne soit pas énorme, il existe des hommes qui subissent des maltraitances, que ce soit au niveau du couple, dans la société ou psychologiquement.

C’est en tout cas, l’avis de Darmen Appadoo, le président de l’association SOS papa. Il soutient que de nos jours, les hommes ne sont plus pris en considération aux yeux de la loi mauricienne. En premier lieu, il cite comme exemple le ministère de la Gender Equality, autrement appelé le ministère de la Femme, qui opère toujours dans le but d’apporter du soutien uniquement aux femmes alors qu’« avec la vie moderne beaucoup d’hommes sont aussi victimes des abus verbaux de la part de leurs conjointes», avance-t-il. Il affirme que c’est grâce à la proposition de son association en 2010 que le ministère a vu son appellation changer de nom, car « ce n’est pas logique qu’on se soucie que de la femme, car cela avait un trait de discrimination envers les hommes».

Solution raisonnable

Il nous fait comprendre que son association, unique à Maurice, a pour but de militer contre les injustices encourues par les hommes. L’objectif principal, souligne-t-il, est de conseiller ces derniers en cas problèmes de couples pour qu’il y ait une solution raisonnable et pour éviter un divorce. Il précise cependant qu’il est conscient du problème de maltraitance des femmes, qui selon lui, mérite tout le respect du monde.

Mais ce qui pose problème, selon lui; est la perception des gens à Maurice, qui faire croire que c’est uniquement des femmes qui subissent de la maltraitance. C’est complètement faux », martèle-t-il.

En ce sens, il se demande s’il y a des campagnes de sensibilisation qui sont faite par rapport aux violences domestiques envers les hommes. Selon lui, la réponse pour le moment est malheureusement non; alors que pour les femmes, c’est le cas. « Lorsqu’un homme abuse de son épouse, la femme part vers la Familly Support Unit, et elle reçoit des conseils de la part des officiers, mais dans le cas d’un homme, ce n’est pas le cas ». Il souligne la responsabilité du ministère de la Gender Equality : « il faut qu’il y ait un programme pour tous, afin que tout le monde puisse avoir du soutien».

Ces cas de maltraitance des hommes est-il surprenant ? Non nous répond notre interlocuteur. « Les cas sont nombreux, car souvent on retrouve des cas où l’homme subit des problèmes psycologiques liés au chantage de leurs conjointes». Plusieurs fois, ces femmes profèrent des menaces à leurs époux, comme « si to pa donne moi sa, mo pu met twa la police», c’est l’une des phrases qu’on entend souvent dans des couples mauriciens.

Autre problème qu’il trouve être une forme de discrimination est le cas des hommes qui ont des rapports sexuels avec des mineurs. Selon le président de SOS Papa, « c’est incompréhensible comment, d’après la loi mauricienne, même si la fille est consentante ou pas, c’est uniquement l’homme qui a des problèmes avec la justice». Il est d’opinion qu’il est « grand temps que cela change», car pour lui, dans certains cas, les deux ont commis une entorse à la loi. Sinon, avec un brin d’humour, il nous dit que « sinon garson la pu bizin demande tifi la 1 carte identité avant gagn rapport sexuel avk li».

Loi amendée

Parlant du violence domestique à Maurice, Darmen Appadoo, nous fait comprendre que la loi a été amendée afin de contrecarrer ce phénomène. Mais ironiquement les cas de violences conjugales est en hausse. Au lieu de durcir les lois, qui se montrent très futiles, il demande à ce que les autorités fassent des études pour comprendre pourquoi en dépit de la sévérité des lois, le nombre de cas augmente de jours en jours. Il fustige également le département de la Police Family Protection Unit, qui selon lui est composé uniquement des femmes. « Alors si un homme  a des  soucis, comment pourra-t-il se tourner vers cette institution? Toutes sont des femmes. Sera-t-il libre pour s’exprimer? Mais non! » S’insurge-t-il. De ce fait, il fait un appel au commissaire de Police, Mario Nobin, pour qu’il revoit cette situation. Notre interlocuteur nous fait parvenir par ailleurs, que son association avait fait un proposition a l’ex-chef juge pour avoir un homme et une femme comme juge au Family Fourt, qui avait été approuvé, « ce n’est pas qu’on est discriminatoire envers les femmes, mais juste qu’on veut voir ce concept d’égalité des genres», précise-t-il.

Par conséquent, il nous fait part la situation d’un de ses amis qui avait des problèmes conjugaux et ce dernier avait demandé une Protection Order de la part des officiers de la Family Protection Unit. « Il était stupéfié en apprenant en arrivant en Cour, que son désormais ex-épouse avait elle aussi fait la demande pour une protection order à son encontre ». Alors pour se venger du mari, la femme aurait « fait tout pour que le mari fasse quelque chose pour qu’il ait matière à poursuite ».

Situation délicate

Il égratigne même l’approche des officiers de police quand c’est une femme qui leur rapporte un cas de maltraitance. Il soutient que quand il s’agit d’une femme, « la force policière ne fait pas vraiment une enquête pour savoir s’il y a eu fausse accusation ou pas ». Pour lui, c’est une situation délicate pour ces derniers, car la plupart de ces « victimes » de violences domestique, en payant des amendes, cela a une conséquence négative sur leurs certificats de moralité. « Ce qui implique ne plus être employable».

De ce fait quel est vraiment le rôle de SOS Papa? Et bien, selon son président, c’est simple, «beaucoup d’hommes ne connaissent pas leurs droits, donc notre travail est de le faire connaître ses droits et aussi de le conseiller sur comment se comporter  quand l’individu se présente en Cour ». « Souvent, les victimes ne dénoncent pas leur partenaire. L’ego, ajouté à la honte et le qu’en-dira-t-on, les enferment dans une bulle où ils souffrent en silence.  C’est peut-être pour cette raison que ce phénomène, qui n’était même pas imaginable quelques années auparavant, reste tabou. L’émancipation de la femme est une des causes de cette situation ».

Melany Nagen, avocate : « Homme battus, toujours un sujet tabou »

Melany Nagen

  • Quel impact l’émancipation des femmes a-t-elle sur la vie conjugale ?

Malheureusement, une des répercussions de l’émancipation de la femme dans la société mauricienne fait qu’il y a bon nombre d’homme qui sont sujets aux violences exercées par leur conjointe.

  • Quel sont les violences que subissent les hommes dans la société ?

Il est important de faire ressortir que la violence envers les hommes ne se limite pas à la violence physique, mais aussi aux abus verbaux comme des commentaires insultants et dérisoires. Ils sont victimes d’abus psychologiques, en termes de chantages, manipulations ou même des instances d’intimidations. Ces hommes victimes cèdent souvent sous le poids de la pression par peur d’être privés des enfants. Ce genre de violence reste subtil et la plupart du temps les hommes ignorent même le fait qu’ils en en sont victimes. De plus, ils sont physiquement agressés et brutalisés par leurs compagnes.

  • Que dit la loi concernant la violence domestique ?

à Maurice, la “Domestic Violence Act 1997” a été instituée pour assurer la protection des femmes, des enfants et aussi bien des hommes victimes de sévices conjugaux. La Family Protection Unit a été mise en place pour rapporter cas d’abus et tout comme pour leurs épouses, les  hommes aussi peuvent déposer leurs complaintes pour etre protégés contre leurs conjointes violentes.

Et les hommes ont aussi le droit d’être protégés de la violence de leur conjointe et peuvent faire une application en Cour pour ainsi se voir accorder une ordonnance de protection, plus connue a Maurice comme le “protection order”, dans laquelle les mesures de protections sont stipulées. Le “Protection order” sera limité durant une période spécifique et sera renouvelable si les circonstances l’exigent.

Cependant, étant une société avec une mentalité toujours quelque peu archaïque, les hommes battus à Maurice restent incontestablement un sujet tabou. Les hommes quoi qu’ils souffrent des maltraitances conjugales, préfèrent ne pas rapporter les cas d’abus, par honte ou par crainte d’être ridiculisé. Il est incontestable qu’un nombre très faible d’hommes ose porter plainte et faire une demande de « protection order » contre leurs épouses.

Advertisement

Actualités

Tourisme durable : Huit établissements de l’océan Indien obtiennent la certification Green Globe

Published

on

Tourisme durable : Huit établissements de l’océan Indien obtiennent la certification Green Globe

Tourisme durable : Huit établissements de l’océan Indien obtiennent la certification Green Globe

Les huit établissements du groupe LUX* Resorts & Hotels présents dans l’océan Indien sont désormais certifiés ‘Green Globe’. Il s’agit de LUX* Le Morne (Maurice), LUX* Grand Gaube (Maurice), LUX* Belle Mare (Maurice), Tamassa (Maurice), Merville Beach (Maurice), LUX* Saint Gilles (La Réunion), Hôtel Le Récif (La Réunion) et LUX* South Ari Atoll (Maldives). La remise de certification a eu lieu le samedi 30 juin.

« Cette certification est pour nous une confirmation que nous sommes sur la bonne voie dans notre stratégie de développement durable, enclenchée depuis des années par le groupe LUX* Resorts & Hôtels. Cela illustre le dévouement de nos Team Members, de tous les départements confondus à offrir un service de qualité tout en s’engageant fermement en faveur de la bonne gouvernance, la responsabilité sociétale, de respect des normes éthiques et environnementales, le respect des droits des travailleurs et les chances égales dans nos exercices de recrutement et de promotion », souligne Paul Jones, Chief Executive Officer du groupe LUX*

LUX* est le premier groupe hôtelier coté sur l’indice de développement durable de la bourse de Maurice et participe à l’adoption du reporting intégré en tant que membre de la GRI Gold Community. La stratégie actuelle de LUX* en faveur du développement durable comprend des projets phares, reconnus localement et au niveau international, tels que Tread Lightly by LUX*©, et Ray of Light by LUX*© pour rehausser la qualité de vie dans les communautés où il opère.

« Notre stratégie développement durable dans toutes nos destinations touche plusieurs axes simultanément. Notre adhérence aux pratiques de bonne gouvernance, notre stratégie RSE et notre démarche écologique encouragent le concept d’économie circulaire. L’environnement fait partie des éléments dont notre business dépend et il est de notre devoir de le préserver maintenant et pour les générations futures. Nous accordons une importance égale aux piliers du développement durable tels que les droits de l’homme, les ressources humaines, le respect des cultures d’autrui, l’intégration et l’inclusion des communautés qui nous entourent qu’à la qualité de service. Une bonne gouvernance est primordiale. Nous remercions toute l’équipe », confie Vishnee Sowamber, Group Sustainability & Corporate Social Responsibility Manager de LUX*.

« Depuis sa création, LUX* a mis au cœur de sa raison d’être les valeurs tels que l’intégrité, l’innovation ou le leadership. Nos 8 établissements sont heureux de recevoir cette reconnaissance de leur dévouement aux valeurs et à la stratégie développement durable de LUX*. C’est un travail de plusieurs années implémenté dans tous nos hôtels et toutes nos destinations, incluant toute nos parties prenantes, » Dominik Ruhl, Chief Operating Officer de LUX*.

Green Globe est l’un des programmes les plus prestigieux de certification et d’amélioration des performances conçu spécialement pour l’industrie du voyage et du tourisme. Cette récompense accompagne les établissements ayant opté pour une démarche d’amélioration de la gestion environnementale et sociale de leurs activités reposant sur des valeurs telles que la bonne gouvernance, les droits de l’homme, la transparence, les audits indépendants, le respect des cultures et l’éthique dans la gestion des ressources humaines et dans les opérations.

L’exercice d’audit s’est déroulé en février et mars derniers avec une liste complète de plus de 380 critères, notamment les départements à être audités et évalués tels que le management, les ressources humaines, les finances, la comptabilité, les achats et les cuisines, les normes, les législations, etc. LUX* a obtenu le Green Globe Certification (Standard 1.7), soit les toutes dernières normes de cette certification. Le groupe hôtelier rejoint ainsi la ligue de milliers d’établissements hôteliers à travers le monde ayant obtenu cette certification, qui démontre non seulement un engagement, mais aussi une conviction dans la nécessité d’accorder la priorité au tourisme durable.

Continue Reading

Actualités

Environnement/Éco-Bins : Étienne Sinatambou qualifie l’initiative de « moderne et écologique »

Rachel

Published

on

By

Environnement/Éco-Bins : Étienne Sinatambou qualifie l’initiative de « moderne et écologique »

Un petit pas pour la New Chinatown Foundation, un grand pas pour l’environnement à l’île Maurice. L’introduction de l’Eco-Bin est en effet une initiative très louable et exemplaire de la part de l’ONG New Chinatown Foundation et le ministre de l’Environnement, Étienne Sinatambou n’a pas manqué de saluer le bon travail écologique de la Fondation, présidée par Jean-Paul Lam. C’était lors de la conférence de presse qui s’est tenue à l’Héritage Court ce mercredi matin. Ceci dans le cadre de l’installation d’une vingtaine de poubelles écologiques  dans les rues de China Town à Port-Louis. Le ministre de l’Environnement et le Lord-maire, Daniel Laurent étaient les invités d’honneur pour promouvoir cette démarche.

«China Town se fait vieux et est délaissé, nous avons voulu apporter la solution en rendant le quartier plus moderne et attirer les touristes tout en mettant l’accent sur la protection de l’environnement», souligne Jean Paul Lam. A savoir que la  vingtaine d’Eco-Bins sont dotées de quatre compartiments ; pour le tri des déchets organiques, recyclables, les mégots de cigarettes, et les CD/DVD usés.

Le ministre de l’Environnement juge que la New Chinatown Foundation est un exemple pour les Mauriciens et que cette initiative est «moderne et écologique ». Il lance, d’ailleurs, un appel aux citoyens à venir eux aussi de l’avant avec des projets écologiques qui contribueront à rendre Maurice plus durable et ajoute que «Li vre ki gouvernman kapav amenn la lwa, sanksyon me gouvernma pa kav fer tou tousel, bizin popilasyon ed nu. Mo agreableman impresynone ki linisiativ New ChinaTown Foundation pa zis cote infrastrictir me osi cote lenvironman. »

Par ailleurs, le Président de la Fondation, Jean Paul Lam annonce la venue d’un artiste tout droit de Shanghai pour réaliser une sculpture de dragon à Chinatown à partir de déchets recyclables tels que le plastique. La sculpture devrait mesurer 10 mètres de haut soit la plus grande de ce genre en Afrique.

Continue Reading

Actualités

Stockage des produits pétroliers – STC : le projet MROST inauguré bientôt

Georges Alexandre

Published

on

Stockage des produits pétroliers – STC : le projet MROST inauguré bientôt

Stockage des produits pétroliers – STC : le projet MROST inauguré bientôt

Le Projet Mer Rouge Oil Storage Terminal (MROST), réalisé au coût de Rs 550M et ayant une capacité de stockage de 25 000 tonnes de produits pétroliers (essence et diesel) sera inauguré bientôt par le Premier ministre, Pravind Jugnauth. Ce projet mis en place par la State Trading Corporation (STC) a pour objectif principal de répondre aux besoins du pays en cas de pénurie. Le MROST est toujours au stade de commissioning, voici deux mois.

«D’habitude, Maurice a une capacité de stoctage des produits pétroliers pour une durée de 22 jours. Compte tenu de ce nouveau projet MROST, notre capacité de stockage s’étend sur une durée additionnelle de dix jours», affirme une source bien informée de la STC.

Il est souligné que la STC importe des produits pétroliers depuis 1985. Mais, le souci majeur était le fait que la STC ne dispose pas de stockage pour ces produits, contrairement à la farine et le riz pour lesquels le pays est doté des espaces dédiées.

Les premiers coups de pioche pour ce projet MROST ayant été donnés en juillet 2016, les travaux étaient échelonnés sur 20 mois. Voici deux mois environ, les nouvelles cuves de stockage étaient fin prêtes à accueillir une première cargaison de 4 400 tonnes métriques  de produits pétroliers pour des essais.

A la STC, on fait remarquer : «Au cours de ces cinq dernières années, nous avons constaté une augmentation moyenne de 5% dans la vente de l’essence. Ces calculs ont donc été pris en considération lors de la conception des cuves pour nous assurer qu’un surplus de produits peuvent être stocké.»

MOST a un réseau de conduits, doté d’une puissante capacité de pompage, reliant la New Oil Jetty et le Quai 1 aux cuves.  Les conduits en acier sont aux normes européennes et le réseau du MOST qui s’étend sur une distance de 15km est résistant aux cycloniques et les raz des marées

En cas de mauvais temps, le débarquement des produits pétroliers se fera dans un endroit protégé, soit au Quai 1. Les réservoirs sont équipés d’un système permettant la détection précoce d’éventuelle fuite, souligne la STC. «Même si les risques de fuites sont quasi inexistants, les cuves sont entourées d’un ‘Bundwall’ qui assurera qu’aucun produit n’entre en contact avec l’environnement et l’écosystème. Les risques de contamination sont donc presqu’inexistants», précise-t-on à la STC

 

 

 

 

 

 

Continue Reading

Trending