Connect with us

Politique

Dr Raffick Soreefan: “Alan Ganoo est un dictateur, pire que Paul Bérenger. Il a trahi ses membres »

Bam Fareedun

Published

on

Dr Raffick Soreefan: “Alan Ganoo est un dictateur, pire que Paul Bérenger. Il a trahi ses membres »

Propos catégorique du Dr Raffick Soreefan, lors d’une conférence de presse cet après-midi.

Le torchon brule entre Alan Ganoo et la majorité de ses membres. Ils étaient cinq meneurs à animer une conférence de presse cet après-midi pour faire part de leurs griefs et des raisons qui les ont poussé a claquer la porte du MP. Le Dr Raffick Soreefan, Lysie Ribot, Jenny Mooteealoo, Danen et Jimmy Chowreemootoo ont en effet rencontré la presse pour laver leurs linges sales en public. Ils ont tous été très critique envers la manière de faire de leur leader Alan Ganoo au sein du MP.

A tour de rôle, les intervenants ont dénoncé l’attitude autoritaire de leur leader dans la façon qu’il dirige le parti. Ainsi, selon Lysie Ribot, les principes fondamentaux du MP ont été bafoués. Elle a avancé que, selon la ligne directive du parti, aucune direction communale ne serait prise, les jeunes auraient leurs place, avec un rôle important, et la femme aussi était appelée à se valoriser. Or, Lysie Ribot affirme que tel n’a jamais été le cas.

De son côté Danen Bheemadoo déplore que les élections qui ont eu lieu samedi dernier pour choisir les membres des différentes instances du parti, n’ont pas été fair and just. Il est reproché à Alan Ganoo d’avoir voulu accaparer le pouvoir, surtout qu’un grand nombre de sympathisants du No 14 étaient présents devant le quartier général, alors que les élections avaient lieu. Il explique ainsi pourquoi lui et ses amis démissionnaires se sont abstenus de ces élections.

Danen Bheemadoo affirme que le droit des jeunes était complètement bafoué au MP. Mais, avec ces démissions en masse, il pense que cela apportera un souffle nouveau sur l’échiquier politique à Maurice. Pour lui, le Printemps Mauricien pe prend forme.

Quant au Dr Raffick Soreefan, il devait continuer à fustiger Alan Ganoo parce que celui-ci avait demandé son expulsion du parti. Le Dr Soreefan n’a pas mâché ses mots a l’égard de Alan Ganoo, rappelant a ce dernier qu’il lui doit quatre mois de loyer, affirmant que c’est bien lui, le Dr Soreefan, qui a puisé de ses poches, pour honorer le loyer pendant les quatre derniers mois.

L’autre intervenante, Jenny Mooteealoo, s’est dit déçue de la tournure des évènements. Elle déplore que l’objectif de la création du MP, était de faire de la politique autrement. Or, selon elle, tel n’a jamais été le cas.

Il a été dit que Joe Lesjongard et Kavi Ramano vont suivre le pas et démissionner officiellement de toutes les instances du MP. Nous avons essayé d’avoir Joe Lesjongard au téléphone pour une réaction, mais il nous a dit qu’il était à la clinique.

Advertisement

Politique

Le leader du MNC, Vivek Pursun, convoqué au CCID

Published

on

Le leader du MNC, Vivek Pursun, convoqué au CCID

Vivek Pursun, leader du Mauritian National Congress (MNC), a été convoqué par les enquêteurs de la CCID. Cela fait suite à des allégations qu’il aurait postées sur les réseaux sociaux, Facebook, contre Soodesh Callichurn,  ministre du Travail. Il commentait principalement sur l’octroi de permis des travailleurs étrangers.

À noter que Vivek Pursun avait consigné une déposition à l’ICAC pour réclamer une enquête approfondie pour « unexplained wealth » sur :

  1. Prakash Ramchurun, officier au ministère du Travail;
  2. Krishna Chendriah, conseiller du ministre Callichurn;
  3. Feizal Mooniarack, un membre de la VIPSU attaché au service du ministre Callichurn;
  4. Anass Rawoo, ancien conseiller du ministre du Travail.

Ce jeudi 19 juillet, c’est le deuxième jour d’affilée que le leader du MNC répond aux enquêteurs du Cyber Crime Unit attachée au CCID.

Continue Reading

Politique

Peine capitale contre les trafiquants de drogue : Les opinions divergent

Sarvesh Bhugowandeen

Published

on

Peine capitale contre les trafiquants de drogue : Les opinions divergent

Peine capitale contre les trafiquants de drogue : Les opinions divergent

« Si cela ne tenait qu’à moi, je ré-introduirai la peine de mort pour les trafiquants de drogue! »: tels sont les propos de sir Anerood Jugnauth, ministre Mentor. C’était lors de la tranche réservée à la Private Notice Question, hier, mardi 17 juillet à l’Assemblée nationale.

On a pu remarquer qu’après cette réponse, le Leader de l’opposition s’est montré plus ou moins acculé. Cette déclaration a provoqué de vives réactions de part et d’autres…

Dans une déclaration à Inside News, Bobby Hureeram, le Chief Whip de la majorité adhère à l’opinion de sir Anerood Jugnauth.  Selon lui, le taux de criminalité a beaucoup augmenté, dû à la drogue. « Ces ‘marsans la mort’ ont détruit notre société. Donc, en mon nom personnel, j’estime que ce serait salutaire d’avoir recours à la peine capitale pour les trafiquants de drogue », fait-il ressortir.

Pour sa part, Ravi Rutnah, le Deputy Chief Whip du gouvernement a fait savoir qu’il est contre cette pratique. « Je respecte le point de vue de sir Anerood Jugnauth. Mais, en tant qu’avocat des droits humains, je ne peux être pour la peine de mort dans le sens élargi », soutient-il.   Cependant, le député de la circonscription no 7 estime qu’il est essentiel de revoir le système carcéral. Ravi Rutnah estime qu’il faut trouver un moyen pour réinsérer les personnes dans la société.

Pour sa part, Me Jacques Laval Panglose, un dirigeant du PMSD lance : « Je suis viscéralement contre la peine de mort. Cela ne peut pas se faire dans une société. C’est barbare !» Il ajoute que  « ce n’est pas la peine de mort qui résoudra les problèmes. Si ça existait, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus vie sur terre».

Poursuivant sur sa lancé, Jacques  Panglose soutient « Quand on inflige une punition à quelqu’un, c’est par rapport à un délit commis». Cela avant de s’interroger «Qui est de taille à pouvoir infliger la mort ? Cela relève d’une arrogance incroyable que de croire qu’on peut infliger la mort. Celui qui inflige la mort se croit égal au créateur. C’est impossible !»

De son coté, Me Ritesh Ramphul, député travailliste, estime qu’il faut avant tout « prendre en considération le contexte international. Même les Nations Unies sont contre cette pratique. Cela ne résoudra pas le problème de la drogue dans le pays ! »

Le député rouge est d’avis qu’il faut surtout revoir le fonctionnement des limiers de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU). Le parlementaire du PTr dit attendre les retombées du rapport de la Commission d’enquête sur la drogue avant de tirer des conclusions.

Une réflexion lance un nouveau débat : est-ce que la peine capitale a été efficace dans le passé ?

Continue Reading

Politique

Parlement : le MMM solidaire ou pas d’Alan Ganoo ?

Georges Alexandre

Published

on

Vacances parlementaires : qu’en pensent nos élus ?

Parlement : le MMM solidaire ou pas d’Alan Ganoo ?

Le Mouvement Militant Mauricien (MMM) s’est-il montré solidaire ou pas du député Alan Ganoo ? Ce dernier a été suspendu pour le reste de la journée, d’hier et les deux prochaines séances de l’Assemblée nationale.

A la reprise des travaux en début d’après-midi d’hier, marquée par le ruling de la Speaker, Maya Hanoomanjee, seuls les parlementaire du MMM et deux ou trois menbres du PMSD, dans le camp de l’opposition, qui ont fait leur retour dans l’Hémicycle. Ce n’est qu’après la pause déjeuner vers 14h45, que Xavier-Luc Duval, Aurore Perraud, Malini Sewocksing et Adrien Duval ont brillé par leur absence et ce jusqu’à la fin de la séance.

Cette présence du MMM pour le reste des travaux est perçue par nombre d’observateurs politiques comme étant un manque de solidarité à l’égard du président du Mouvement Patriotique et une solidarité envers la majorité gouvernementale.

Sollicité à pour un commentaire, le secrétaire général du MMM, Rajesh Bhagwan, dans une déclaration à Inside News en début d’après-midi, ce 18 juillet, se défend : «Il n’y a personne d’autre que le MMM qui dénonce le plus la manière de faire de la Speaker. Et hier encore, au Parlement, nous nous sommes fait entendre. Mais, en dehors de l’Hémicyle, il n’y a pas eu de coordination comme il se doit. Nous ignorons de ce qui s’est passé»

Le secrétaire général du MMM soutient : «Nous n’avons pas obtenu d’invitation du leader de l’Opposition pour assister à la conférence de presse» Il laisse entendre que le leader du MMM, Paul Bérenger reprendra toute la question lors de sa conférence de presse hebdomadaire, samedi 21 juillet.

De son côté, intervenant sur une radio privée, ce matin, le député Ganoo, a rappelé que lorsque Rajesh Bhagwan était expulsé du Parlement, récemment, le MP et l’ensemble de l’opposition parlementaire s’étaient montrés solidaires de celui-ci.

Continue Reading

Trending