Connect with us

Interview

Ramalingum Maistry : « Je rêve d’une nation unie, intelligente et autosuffisante… »

Bam Fareedun

Published

on

 Ramalingum Maistry, président du PMSD :  « Je rêve d’une nation unie, intelligente et autosuffisante… »

Pour le président du Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD), Ramalingum Maistry, il existe un ‘feel good factor’ dans le pays. La population, dit-il, croit dans les actions du gouvernement. Il évoque aussi les mesures budgétaires qui visent entres autres à combattre la pauvreté et donner à tous une maison. Ramalingum Maistry rêve d’une nation unie, intelligente et autosuffisante.

– Comment trouvez-vous la situation politique dans le pays ?

Nous bénéficions actuellement d’une stabilité politique qui fait du bien au pays. Il y a un « feel good factor ». Malgré les petites tensions qui peuvent surgir çà et là, il n’y a rien d’alarmant. La confiance est de mise et le PMSD se donne à fond pour le bien-être de la population. Pour en revenir à ces petites tensions dont je vous ai parlé au début, c’est la preuve que nous évoluons dans une démocratie réelle et déconcertante. La population croit toujours en ce gouvernement et le tout dernier budget de Pravind Jugnauth en est une preuve tangible que ce gouvernement « means business » et ne laissera jamais tomber le peuple. En tant que partenaire du gouvernement, le PMSD se pliera en quatre pour satisfaire aux besoins de la population. D’ailleurs, dans la basse-cour bleue, nous misons beaucoup, en plus du Welfare State, sur un développement intégré.

– Que pensez-vous du dernier budget ?

Il comporte des mesures très encourageantes, surtout pour combattre la pauvreté et donner à tous une maison. Le « Low Cost Housing » est un projet phare dans ce contexte. On trouve des mesures ciblées pour la création d’emplois. Le gouvernement mise beaucoup sur cet aspect et si la population dans son ensemble se sent soulagée, cela amènera à une stabilité sociale. Le PMSD se trouve parfaitement dans ce budget. Les mesures prises par Xavier Duval se répercutent parfaitement ici, en l’occurrence l’Employment Youth Programme et l’Africa Strategy, entre autres. Il faut souligner que ce budget vise à aider ceux au bas de l’échelle sociale. Regardez, par exemple, l’effort que le gouvernement a fait pour les enfants autrement capables concernant leur frais d’examen. Il ne faut pas oublier les facilités offertes aux PME.

– Comment trouvez-vous la position du PMSD sur le terrain ?

Le PMSD cultive actuellement une proximité avec le peuple. D’année en année, l’affluence des jeunes ne cesse d’augmenter. Nous avons tenu deux congrès récemment, et, on a pu constater combien les Bleus ont gagné en termes d’adhérents.

– Quels sont les projets politiques et sociaux du PMSD ?

Nous voulons inculquer une culture du travail aux Mauriciens. L’avenir du pays en dépend. Le progrès du pays est l’affaire de tous. Au PMSD, nous voulons apporter un développement pérenne, et pour cela, nous devons tous mettre la main à la pâte. Nous avons apporté des résultats et nous voulons en apporter davantage. Le PMSD insiste aussi sur la démocratie sociale dans tous ses états, assurer la richesse pour tous. Je ne dis pas que nous allons faire de tout le monde des millionnaires, mais au moins nous ferons de notre mieux pour qu’ils améliorent leur train-train quotidien.

– Le rêve de Ramalingum Maistry pour le pays ?

Saisir chaque opportunité pour donner le meilleur de moi-même afin de mieux servir mon pays avec passion. Je rêve d’une nation unie, intelligente et autosuffisante.

– Un message à la jeunesse mauricienne ?

Votre avenir réside dans vos efforts. Je vous fais confiance. Faites-vous confiance.

 

Advertisement

Interview

[VIDEO] Roubina Jadoo-Jaunbacus: «Une unité de psychologues attachée aux shelters»

Bam Fareedun

Published

on

ubina Jadoo-Jaunbacus: «Une unité de psychologues attachée aux shelters»

[VIDEO] Roubina Jadoo-Jaunbacus: «Une unité de psychologues attachée aux shelters»

La ministre de l’égalité des Genres l’a annoncé lors d’une interview sur Inside News.

Enfants maltraités, conditions déplorables de certains shelters, abus des sinistrés dans les centres communautaires, autant de dossiers épluchés par la ministre Roubina Jadoo Jaunbacus lors de cette entrevue.

Dans le sillage des sinistrés post-Berguita, la ministre affirme avoir donné tout son soutien aux victimes. Toutefois, elle avance qu’il y a certains paramètres qu’il ne faut pas dépasser. Aussi concernant les shelters, la ministre annonce la mise sur pieds de nouvelles mesures pour éviter les mêmes cafouillages dans les deux shelters appelés à fermer leurs portes récemment.

Continue Reading

Interview

Bashir Taleb: “Si on arrive à diminuer le ratio prof/élève, on assurera une éducation de meilleure qualité”

Bam Fareedun

Published

on

Bashir Taleb: "Si on arrive à diminuer le ratio prof/élève, on assurera une éducation de meilleure qualité"

Bashir Taleb: “Si on arrive à diminuer le ratio prof/élève, on assurera une éducation de meilleure qualité”

Une réduction d’élèves par classe, création d’un maths lab, l’allongement de la journée scolaire sont entres autres les propositions de la Managers of Private Secondary Schools Union (MPSSU). Des propositions ont émergé après le séminaire qui a été organisé sur deux jours en vue de rehausser la performance des apprenants. Inside news a rencontré Bashid Taleb, représentant des Managers des collèges privés pour en connaître davantage. Nous en avons profité pour discuter du fléau de la drogue qui touche les jeunes.

M. Bashir Taleb, parmi les propositions qui ont émergé après ce séminaire figure une demande pour une réduction d’élèves par classe. Pourquoi une telle demande ?

Actuellement une classe compte au moins 40 élèves et c’est trop. Si on arrive à diminuer le ratio prof/élève, on pourra fournir une éducation de meilleure qualité. Aussi, dans les collèges privés il y a une baisse dans le nombre d’élèves et au lieu licencier les enseignants surnuméraires, on peut améliorer le ratio prof/élèves.

Si vous dites que 40 élèves par classe c’est beaucoup, ce même nombre ne cause-t-il pas de problèmes pour les leçons particulières. Il n’y a pas de l’hypocrisie quelque part ?

Non, ce n’est pas vrai de dire que nous sommes hypocrites à ce sujet. D’ailleurs, pour les leçons privées le contexte est différent. Ici ce sont les parents qui en veulent et ils cherchent toujours un enseignant qui a fait un renom dans la matière. Peu importe le nombre d’élèves, ils sont tous partants. Une leçon privée c’est une session at one go, sans pause, sans récréation. On ne doit pas comparer l’incomparable.

Il est aussi suggéré qu’il faut rallonger la journée écolière…ça risque de faire bouger les syndicats?

Ce n’est pas une proposition facile à mettre en pratique. Il y a beaucoup de facteurs qui entrent en jeu. Il faut reconsidérer les moyens de transport, la sécurité et autres éléments pratiques. De toute façon, avant de venir avec une telle mesure, il faut consulter et les élèves et les parents. Laissez-moi vous dire que dans les pays où cette formule est en vigueur, ils ont une tout à fait autre culture. Nous sommes très loin de là.

Etes-vous en faveur des Maths lab et autre Language lab ?

Oui, parfaitement. Mais dans certains établissements il y a déjà des Maths lab. Par contre pour les Language labs cela demande de gros investissements pour les équipements appropriés. Mais je suis convaincu que ces labs seront très bénéfiques aux élèves.

Parlez-nous de la Teachers Academy, comme proposée par les autorités?

Si c’est pour valoriser les enseignants, c’est une bonne chose. Mais il ne faut pas banaliser une telle instance. Ce sera dommage si la Teachers Academy sert seulement à remettre des prix à d’éventuels gagnants des concours quelconques.

Bashir Taleb, la drogue synthétique gangrène notre jeunesse. Cela vous fait peur en tant que pédagogue ?

Non, je n’ai pas peur mais je suis inquiet. D’ailleurs, laissez-moi vous dire que l’Association des Managers des collèges privés a déjà déposé devant la Commission d’enquête sur la drogue. Nous avons bien mis l’accent sur le besoin de créer des instances appropriées pour traiter les cas de drogue dans les écoles. La situation dans les écoles est déjà grave, et voilà que la drogue s’y met. Nous avons proposé à la Commission la formule aux grands maux les grands moyens. Il nous faut un monitoring, une surveillance accrue des comportements douteux des élèves. Pour le moment on ne peut qu’alerter la police, et certains collèges sont réticents à le faire, puisqu’il y va de la réputation de l’établissement. Aujourd’hui, quand on découvre qu’un élève se drogue, on fait tout pour le transférer dans un autre collège. On est en train, tout simplement de shifter le problème, et ce n’est pas la solution. On ne peut pas éliminer l’élève. Il faut trouver moyen de le réhabiliter.

On parle de l’introduction de l’enseignement des valeurs morales. Qu’en dites-vous ?

Cela existe déjà dans les collèges confessionnels. Mais si on veut que l’enseignement des valeurs morales améliore la disposition des élèves, cela ne doit pas être didactique seulement. Pour que les valeurs morales puissent avoir un effet positif et constructif sur l’enfant, il faut que ces valeurs soient basées sur des activités concordantes. L’enfant doit vivre ces valeurs pour que ça lui reste dans la peau, sinon c’est peine perdue.

Continue Reading

Interview

[vidéo] Vivian Gungaram: «Le harcèlement sexuel dans le domaine sportif existe à Maurice, comme partout dans le monde»

Bam Fareedun

Published

on

Vivian Gungaram: «Le harcèlement sexuel dans le domaine sportif existe à Maurice, comme partout dans le monde»

[vidéo] Vivian Gungaram: «Le harcèlement sexuel dans le domaine sportif existe à Maurice, comme partout dans le monde»

Le président de la Mauritius Athletics Association n’y est pas allé de mains mortes concernant ce sujet qui fait la une actuellement.

Dans une entrevue accordée à Inside News, il a fait le point sur le harcèlement sexuel subi par les athlètes des deux sexes par des entraineurs ou accompagnateurs. Pour Vivian Gungaram, les autorités doivent procurer des conseils aux athlètes constamment. Ils devront aussi être suivis par des psychologues afin de prévenir toute mésaventure en ce sens.

 

Continue Reading

Trending