Connect with us

Monde

Yahoo! accusé d’avoir espionné ses utilisateurs pour le compte de la NSA et du FBI

Published

on

Yahoo! accusé d’avoir espionné ses utilisateurs pour le compte de la NSA et du FBI

Yahoo! est accusé d’avoir installé en 2015, sur demande des autorités américaines, un logiciel permettant d’espionner ses utilisateurs.

C’est comme si Snowden et ses révélations sur les pratiques d’espionnage de la NSA n’avaient jamais existé. Depuis 2015, Yahoo! a aidé la NSA et le FBI à surveiller en temps réel les boîtes email de ses utilisateurs, a affirmé l’agence Reuters mardi 4 octobre sur la foi des témoignages de plusieurs anciens employés du géant de l’Internet.

Yahoo! aurait mis au point, dans le plus grand secret, un programme spécial permettant aux espions américains de traquer l’utilisation de certains mots clefs dans les mails envoyés et reçus par 280 millions d’utilisateurs du service de messagerie du célèbre portail dans le monde. Aucune information sur le type de termes qui intéressent la NSA ou le FBI n’a pu être obtenue par Reuters.

Ligne de défense faible

“Yahoo! respecte les lois des États-Unis”, s’est borné à affirmer le groupe en réponse à ces accusations. Une ligne de défense jugée un peu faible par les associations américaines de défense des libertés individuelles. “C’est une violation flagrantes du 4e amendement de la Constitution [qui protège les citoyens contre les perquisitions abusives, NDLR]”, a dénoncé l’American Civil Liberties Union (ACLU).

Le scandale est d’autant plus important qu’il intervient après l’avalanche de révélations depuis l’été 2013 sur les divers programmes d’espionnage massif de la NSA et de la collaboration éventuelle des géants du Net.

Les documents fournis depuis plus de deux ans à la presse par l’ex-collaborateur de la NSA Edward Snowden ont poussé tous les grands noms de la Silicon Valley à réaffirmer leur attachement à la vie privée sur Internet. Google, Microsoft ou encore Apple ont aussi répété à plusieurs reprises mettre les intérêts de leurs utilisateurs avant ceux des cyberespions américains.

Google et Apple réagissent

La collaboration supposée entre Yahoo! et les autorités américaines risque de réduire à néant les efforts de toutes ces entreprises pour regagner la confiance des internautes. Google et Apple se sont d’ailleurs empressés d’assurer que, de leur côté, ils ne feraient jamais ce dont Yahoo! est soupçonné.

Ces accusations ternissent aussi un peu plus l’image de Yahoo! à un moment charnière de son existence. La PDG du groupe, Marissa Meyer, cherche à céder l’essentiel des activités du portail à l’opérateur téléphonique Verizon, qui s’est déclaré intéressé. Mais les révélations, début septembre, autour du vol historique de données personnelles d’utilisateurs de la messagerie Yahoo! et les soupçons quant à l’éventuelle connivence entre le groupe et la NSA ou le FBI pourraient peser sur la valeur de la marque Yahoo!. Verizon risque d’être beaucoup moins enclin à payer près de cinq milliards de dollars pour acquérir l’ex-star du Web.

Advertisement

Monde

Espagne: manifestation de soutien aux prisonniers de l’ETA à Bilbao

Published

on

Espagne: manifestation de soutien aux prisonniers de l'ETA à Bilbao

Espagne: manifestation de soutien aux prisonniers de l’ETA à Bilbao

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Bilbao, dans le nord de l’Espagne, pour réclamer de meilleures conditions de détention pour les membres de l’ETA emprisonnés, quelques semaines avant la dissolution annoncée de l’organisation séparatiste basque.

La plupart des prisonniers de l’ETA sont soumis au régime de détention le plus strict qui les autorise des promenades de trois à quatre heures par jour dans la cour mais leur interdit les permissions de sortie.

Scandant “prisonniers basques à la maison” et brandissant des drapeaux basques rouge-vert-blanc, les manifestants ont demandé que les prisonniers soient transférés plus près de leur région d’origine alors qu’ils sont détenus à des centaines de kilomètres de là.

Continue Reading

Monde

Nicaragua: 10 morts et 80 blessés dans des manifestations

Published

on

Nicaragua: 10 morts et 80 blessés  dans des manifestations

Nicaragua: 10 morts et 80 blessés dans des manifestations

Le président Daniel Ortega est sorti de son silence samedi pour assurer que son gouvernement allait renouer le dialogue, après les violentes manifestations contre une réforme des retraites qui ont fait au moins dix morts au Nicaragua.

Le gouvernement est totalement d’accord pour reprendre le dialogue pour la paix, pour la stabilité, pour le travail afin que notre pays ne soit pas confronté à la terreur que nous vivons en ces moments“, a déclaré M. Ortega à la télévision nationale.

Il a toutefois affirmé que les manifestations étaient soutenues par des groupes politiques opposés à son gouvernement et financés par des organisations extrémistes des Etats-Unis, sans toutefois les identifier.

Continue Reading

Monde

Émirats arabes unis : après son évasion, la princesse Latifa “ramenée” à Dubaï

Published

on

Émirats arabes unis : après son évasion, la princesse Latifa "ramenée" à Dubaï

Émirats arabes unis : après son évasion, la princesse Latifa “ramenée” à Dubaï

En mars, une princesse de l’émirat, cheikha Latifa, une des filles de cheikh Mohammed Ben Rashid Al-Maktoum, était apparue dans une vidéo sur YouTube pour annoncer son “évasion” de son propre pays où elle dit avoir été maltraitée par son père. Mardi 17 avril, une source proche du gouvernement local rompait le silence sur le sujet, sous le couvert de l’anonymat, en affirmant que la princesse avait été “ramenée” auprès de sa famille et qu’elle allait “bien“. Cette source disait ne pas savoir où cheikha Latifa ben Mohammed ben Rashid al-Maktoum, 32 ans, avait été retrouvée, ni par qui.

Dans sa vidéo mise en ligne en mars, la princesse déclarait : “Je fais cette vidéo parce qu’elle pourrait être la dernière que je fais “. Elle y racontait être la fille de cheikh Mohammed et d’une mère algérienne, Houriya Ahmed, et qu’elle avait déjà essayé de s’échapper dans le passé. Cheikha Latifa avait expliqué que son évasion était ” le début de sa vie, de sa liberté “.

Toutefois, la source proche du gouvernement de Dubaï a déclaré que le sort de la princesse était une “affaire privée” qui a été “exploitée” par une “bande d’escrocs” et par le Qatar, grand rival des Émirats dans le Golfe. Les deux pays ont rompu leurs relations diplomatiques en juin 2017.

Continue Reading

Trending