Connect with us

Monde

Qui est Al-Baghdadi, le calife de Daesh qui préfère l’ombre à la lumière ?

Published

on

Qui est Al-Baghdadi, le calife de Daesh qui préfère l’ombre à la lumière ?

Un personnage énigmatique qui préfère l’ombre à la lumière. Proclamé « calife » de tous les musulmans par l’organisation de l’Etat islamique (EI), Abou Bakr Al-Baghdadi, qui a appelé jeudi les jihadistes à résister à l’avancée de l’armée irakienne à Mossoul, est l’un des hommes les plus recherchés de la planète.

Les Etats-Unis offrent 10 millions de dollars pour sa capture. Mais il reste introuvable et invisible, alors même que l’EI a développé un vaste arsenal médiatique en diffusant de multiples photos ou vidéos de ses offensives et exactions. « Il est plutôt remarquable que le chef du groupe terroriste le plus soucieux de son image soit si discret », soulignait en juin 2015 Patrick Skinner, du cabinet de consultants Soufan Group.

Une seule apparition en deux ans

En deux ans, le « calife Ibrahim » n’est apparu que sur une seule vidéo, filmée dans une mosquée de Mossoul et diffusée en juillet 2014. Portant barbe grise, turban et habit sombres, il ordonne à tous les musulmans de lui « obéir », quelques jours après la proclamation du « califat » sur les larges territoires sous son contrôle à cheval entre la Syrie et l’Irak.

Jeudi, Al-Furqan, un média affilié à l’EI, a diffusé un message audio dans lequel une voix présentée comme étant celle de Baghdadi appelle ses troupes à résister à l’avancée de l’armée irakienne à Mossoul, qui a lancé une vaste opération mi-octobre. Sa dernière déclaration publique remontait à décembre 2015.

Baghdadi « a une dimension mystérieuse qui vient du fait qu’il a survécu à de multiples tentatives pour le faire disparaître », indiquait en juin 2015 Aymenn al-Tamimi, expert au Middle East Forum. Selon un document des services secrets irakiens, Baghdadi, né en 1971 à Samarra au nord de Bagdad, possède un doctorat en études islamiques et a été professeur à l’université de Tirkrit (nord). Il a eu quatre enfants avec sa première femme entre 2000 et 2008, puis un autre fils avec sa deuxième femme.

Un « père de famille normal »

Dans un entretien au quotidien suédois Expressen en mars 2016, Saja Al-Doulaimi, qui l’a quitté après trois mois de mariage, le décrit comme un « père de famille normal », professeur d’université, adulé des enfants. Il a rejoint l’insurrection en Irak peu après l’invasion américaine en 2003, et aurait été incarcéré dans un camp de détention américain.

Les forces américaines avaient annoncé en 2005 la mort d’Abou Douaa – l’un de ses surnoms – dans une frappe. Mais il est réapparu en 2010 à la tête du groupe Etat islamique en Irak (ISI), branche irakienne d’Al-Qaïda. Baghdadi est ensuite parvenu à transformer ce groupe en la plus puissante, riche et brutale organisation jihadiste au monde. Profitant de la guerre civile en Syrie et de l’instabilité en Irak, son organisation, affranchie d’Al-Qaïda, prend pied dans le premier pays en 2013, avant de lancer en juin 2014 une offensive fulgurante chez le voisin irakien. Baghdadi avait en effet rejeté l’ordre de son rival, le chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri, de se concentrer sur l’Irak et de laisser la Syrie au Front Al-Nosra.

Parcours différent de ben Laden

Le parcours de Baghdadi diffère également de celui d’Oussama ben Laden, qui avait développé Al-Qaïda grâce à sa fortune et était connu internationalement bien avant les attaques du 11-Septembre, notamment grâce à des vidéos.

« Son accession à la célébrité ne peut se comparer à celle des autres chefs terroristes. Le nom (ben Laden) était célèbre, (ce dernier) mettait en scène sa piété », notait en juin 2015 M. Skinner. Baghdadi au contraire « évite la lumière » et parle dans ses discours « de son califat et de ses ennemis, pas de lui-même ».

Dans un enregistrement diffusé le 14 mai 2015, il exhortait les musulmans, soit à rejoindre le « califat », soit à mener la guerre sainte dans leur pays. « L’islam n’a jamais été la religion de la paix, l’islam est la religion de la guerre », martelait-il.

Source : 20minutes

Advertisement

Monde

Émirats arabes unis : après son évasion, la princesse Latifa “ramenée” à Dubaï

Published

on

Émirats arabes unis : après son évasion, la princesse Latifa "ramenée" à Dubaï

Émirats arabes unis : après son évasion, la princesse Latifa “ramenée” à Dubaï

En mars, une princesse de l’émirat, cheikha Latifa, une des filles de cheikh Mohammed Ben Rashid Al-Maktoum, était apparue dans une vidéo sur YouTube pour annoncer son “évasion” de son propre pays où elle dit avoir été maltraitée par son père. Mardi 17 avril, une source proche du gouvernement local rompait le silence sur le sujet, sous le couvert de l’anonymat, en affirmant que la princesse avait été “ramenée” auprès de sa famille et qu’elle allait “bien“. Cette source disait ne pas savoir où cheikha Latifa ben Mohammed ben Rashid al-Maktoum, 32 ans, avait été retrouvée, ni par qui.

Dans sa vidéo mise en ligne en mars, la princesse déclarait : “Je fais cette vidéo parce qu’elle pourrait être la dernière que je fais “. Elle y racontait être la fille de cheikh Mohammed et d’une mère algérienne, Houriya Ahmed, et qu’elle avait déjà essayé de s’échapper dans le passé. Cheikha Latifa avait expliqué que son évasion était ” le début de sa vie, de sa liberté “.

Toutefois, la source proche du gouvernement de Dubaï a déclaré que le sort de la princesse était une “affaire privée” qui a été “exploitée” par une “bande d’escrocs” et par le Qatar, grand rival des Émirats dans le Golfe. Les deux pays ont rompu leurs relations diplomatiques en juin 2017.

Continue Reading

Monde

Ghouta Orientale : Attaque chimique ou pas ? L’OIAC confirmera bientôt

Published

on

Ghouta Orientale : Attaque chimique ou pas ? L’OIAC confirmera bientôt

Ghouta Orientale : Attaque chimique ou pas ? L’OIAC confirmera bientôt

Des experts de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) ont effectué des prélèvements dans la région où s’est déroulée la présumée attaque chimique dans la ville de Douma.

Les résultats des prélèvements effectués par OIAC joueront un grand rôle sur la marche à suivre. L’attaque du 7 avril dans la base rebelle de la Ghouta orientale avait causé la mort à plus d’une quarantaines de personnes, pour la plupart des civils, hommes, femmes et enfants.

Niant toute implication dans l’attaque chimique alléguée, la Syrie et son allié Russe ont toutefois pris d’assaut la Douma et exerce depuis, un contrôle permanent dans cette région du pays. La semaine dernière, en réponse à la présumée attaque chimique, les puissances occidentales ont bombardé plusieurs points centrales de l’état Syrien.

Un communiqué de presse émis par l’OIAC ce samedi, a déclaré que des échantillons avaient été récoltés sur deux sites dans la ville de Douma. Ces échantillons ont été expédiés dans les laboratoires de l’OIAC à Rijswijk à des fins d’analyses.

Continue Reading

Monde

Commonwealth news: Les 53 états membres s’engagent à protéger l’océan et à combattre le cybercrime

Published

on

Les dirigeants des pays membres du Commonwealth sont tombés d’accord pour la présentation d’un “Blue charter” pour protéger l’océan de la pollution et du changement climatique. Autre décision majeure est une déclaration (Cyber-declaration) pour lutter contre la criminalité et les menaces en ligne.

46 chefs d’État du Commonwealth et sept ministres des Affaires étrangères des 53 états membres ont participé à ce sommet de deux jours à Londres. Le Premier ministre mauricien, Pravind Jugnauth, était aussi présent à ce sommet et en a profité pour entamer des discussions avec plusieurs personnalités. Tous les pays membres représentent une population de 2.4 milliards.

Le commerce entre les pays était sur la table des discussions et les dirigeants ont convenu de “combattre le protectionnisme” pour étendre le commerce intra-Commonwealth à 2 billions de dollars d’ici 2030.

Les membres ont aussi annoncé des “engagements spécifiques” qui incluent le renforcement de la paix, la promotion de l’égalité des sexes et la lutte contre le changement climatique.

Ils ont également déclaré qu’ils travailleront pour prévenir l’extrémisme violent et ont promis de réduire de moitié le paludisme dans les pays du Commonwealth d’ici 2023. Les chefs d’État sont aussi tombés d’accord pour tous les garçons et filles reçoivent au moins 12 ans d’éducation d’ici 2030.

A noter que la Reine Elizabeth a proposé à ce que le Prince Charles le remplace comme “head” du Commonwealth. Le prochain sommet du Commonwealth aura lieu à Rwanda en 2020.

Continue Reading

Trending