Connect with us

Société

Santé post-natale : Réduire au maximum le taux de mortalité à l’accouchement

Published

on

Santé post-natale : Réduire au maximum le taux de mortalité à l’accouchement

C’est l’objectif de de la Campagne pour  l’accélération de la réduction de la mortalité Maternelle en Afrique (CARMMA). Selon l’Organisation mondiale de la Santé, chaque année dans le monde, plus de 300 000 femmes meurent pendant la grossesse ou à l’accouchement, et environ  2,7 millions de nouveau-nés meurent pendant les 28 premiers jours de vie. On compte 2,6 millions d’enfants mort-nés et 5,9 millions de décès d’enfants de moins de cinq ans. Ce sont les pays en voie de développement qui en souffrent le plus.

L’OMS souligne que plus de deux tiers des décès sont dus à des maladies que l’on peut éviter ou traiter par des interventions simples et peu coûteuses. Toutefois, en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud, le taux de mortalité infantile est en nette augmentation.

En 2015 à Maurice, le taux de mortalité était de 13,6 pour 1 000 naissances vivantes, équivalant à 173 décès. Au cours de la même année, le nombre d’enfants mort-nés s’élevait à 125. Quant à la mortalité maternelle pour l’année 2015, on compte six décès.

Pour arrêter ce cataclysme, une conférence sera organisée par l’Union africaine (UA), en collaboration avec le ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie, les 3 et 4 novembre 2016 au Hilton Mauritius Resort and Spa à Flic en Flac.

Cette conférence s’inscrit dans le cadre de la semaine des célébrations 2016 de la Campagne pour l’Accélération de la Réduction de la Mortalité Maternelle en Afrique (CARMMA). Lancée en 2009 par l’UA, cette campagne a pour but de déclencher des actions concertées en vue d’améliorer la santé maternelle et assurer la survie des mères et des nouveau-nés sur le continent.

La conférence aura pour thème « Célébrons les progrès accomplis dans la mise en œuvre de CARMMA dans les Etats insulaires : Aucune femme ne doit mourir en donnant la vie. » Un des objectifs est d’encourager une sensibilisation accrue et soutenir les engagements des Etats membres pour diminuer au maximum les décès maternels et infantiles évitables. La conférence vise aussi à promouvoir la priorisation de la santé maternelle, néonatale et infantile de même que la santé sexuelle et reproductive parmi les Etats membres. La conférence sera également l’occasion de lancer la CARMMA à Maurice.

Une quarantaine de délégués venant des Etats insulaires africains, dont la République du Cap Vert, l’Union des Comores, la République de Madagascar, la République démocratique de Sao Tomé-et-Principe et la République des Seychelles, ainsi que des Etats membres de l’UA notamment les Républiques du Kenya et de Guinée équatoriale partageront leurs expériences sur les problèmes de santé maternelle, néonatale et infantile.

En outre, l’Association des premières dames d’Afrique contre le VIH-Sida projette d’organiser pendant cette conférence une rencontre pour qu’elles apportent leur soutien pour combattre ce fleau.

 

 

Advertisement

Société

[Vidéo] Anna, 103 ans : Le séga encore dans les veines

Published

on

Anna, 103 ans : Le séga encore dans les veines

[Vidéo] Anna, 103 ans : Le séga encore dans les veines

Elle croque toujours la vie à pleines dents. Elle c’est Anna Avare, qui fêtera ses 103 le 25 mai prochain.  Nous l’avons rencontrée à son domicile à Bois Marchand, hier, lundi 2 avril. «Méticuleuse» et « timide» comme la décrivent ses proches, Anna n’aime pas quand « so diri kanz» et surtout  lorsque son jus est fade. Elle ne manque également pas une occasion pour s’adonner à son activité préférée : Danser le séga. « Mo asize mo danser.  Mo leve leve mo lame». Attention. Anna est très sélective. « Mo na pa danse tou kalité sega. Faude enn ki ena la gam. Lerla ki mo pou danser».

Anna Avare habite avec ses deux enfants, Marcelo Avare et Liseby Amadis. Qu’en est-il des célébrations à l’occasion de son anniversaire ? « Nous le célébrerons en famille, » nous confie Liseby.

La vie n’est pas toujours aussi rose pour Anna. Malgré son âge, elle peine à trouver un fauteuil roulant qui l’aiderait à se déplacer plus facilement. Elle est sous l’impression que la sécurité sociale la boycotte, puisqu’elle avait entamé des démarches auprès de cette autorité, mais en vain. Finalement ses proches ont dû en acheter un. Les autorités concernées ne se sont toujours pas déplacées pour lui procurer sa nouvelle carte d’identité.

Continue Reading

Société

Parvovirose canine : La MSAW alerte les propriétaires

Published

on

Parvovirose canine

Parvovirose canine : La MSAW alerte les propriétaires

La parvovirose canine, aussi appelée la gastro-entérite hémorragique, est une maladie infectieuse qui affecte le système digestif des chiens. Capable de survivre pendant plusieurs mois dans des excréments, le parvovirus est extrêmement contagieux et peut être mortel s’il n’est pas soigné rapidement.

Pour protéger votre compagnon à quatre pattes, il est important de connaître les symptômes afin d’agir le plus rapidement possible. Ils apparaissent entre 3 et 7 jours après la transmission et il est important de consulter un vétérinaire au plus vite.« Il faut réaliser un test soit par prise de sang ou analyse de selles et commencer le traitement le plus tôt possible, en cas de contamination effective. » souligne le Dr Arjun Kailaysur, vétérinaire à la Mauritius Society for Animal Welfare à Rose Hill. Selon lui, les symptômes les plus visibles sont les suivants : une perte d’appétit durable, un abattement général, de la fièvre, des vomissements répétés et une diarrhée sévère.

La prévention est la meilleure façon de protéger efficacement les chiens. Il est primordial de faire vacciner vos chiens. La MSAW a toujours accentué ses campagnes. Cependant, sachez que le vaccin n’est totalement efficace qu’après 2 semaines. Si votre chien est infecté malgré vos efforts de prévention, ne perdez pas une minute pour l’emmener dans une clinique vétérinaire.

A savoir que la MSAW compte trois cliniques à travers le pays notamment à Rose Hill, Calodyne et Union Park. La vaccination coûte Rs350 dans ces cliniques.

Continue Reading

Société

[Vidéo] PhoenixBev : Une mise en boîte à l’ère technologique

Published

on

PhoenixBev : Une mise en boîte à l’ère technologique

[vidéo] PhoenixBev : Une mise en boîte à l’ère technologique

Un projet unique à hauteur de Rs 200 millions. PhoenixBev a mis en place sa nouvelle ligne de production de canettes dans sa brasserie de Phoenix.

L’inauguration de cette nouvelle unité à la pointe de la technologie a eu lieu ce lundi 26 février, en présence du Premier ministre, Pravind Jugnauth. Cette initiative, coïncide avec le 50e anniversaire de l’indépendance de l’île Maurice. Jean-Bruno Henriot, Process & Packaging  Manager de la compagnie, nous fait découvrir le fonctionnement de l’usine.

Continue Reading

Trending