Connect with us

Monde

Trump président : Ce qu’il faut retenir de son premier discours à contre-courant de sa campagne

Krsna Coopoosamy

Published

on

Trump président : Ce qu’il faut retenir de son premier discours à contre-courant de sa campagne

Après l’annonce des résultats, Donald Trump a pris la parole ce mercredi à New York, à l’hôtel Hilton. Le 45ème président des Etats-Unis a livré un discours de quinze minutes assez consensuel, à contre-courant du ton adopté pendant sa campagne, dont voici les temps forts.

1. Un Donald Trump étonné ?

S’attendait-il à gagner ? S’il était surpris de sa propre victoire, Donald Trump n’en a rien montré. Il a en tout cas temporisé au début de son allocution, parlant plus lentement que de coutume, et répétant « merci, merci beaucoup ».

2. Pas d’insultes à Hillary Clinton

Le milliardaire affublait quasi systématiquement sa rivale de l’adjectif « corrompue » pendant la campagne (« Crooked Hillary » en VO). Mais ce mercredi, aucun nom d’oiseaux pour Hillary Clinton, sobrement appelée par son prénom, ou bien « ancienne secrétaire d’Etat ». Le candidat républicain s’est payé le luxe d’être fair-play, reconnaissant la combativité de sa rivale et la félicitant pour sa campagne. « Je viens de recevoir un appel de la secrétaire d’Etat Clinton, qui nous a félicités pour notre victoire, et je l’ai félicitée pour cette dure et longue campagne (…) Nous devons être reconnaissants pour tout ce qu’elle fait pour ce pays ».

3. Un discours de rassembleur

« Il est temps pour l’Amérique de panser les blessures de la division, il est temps de se rassembler, comme un peuple uni. Je serai le président de tous les Américains ». La posture est assez classique pour un président fraîchement élu, mais peut surprendre venant du très clivant Donald Trump. Le magnat de l’immobilier s’est adressé aux « nombreux » (selon ses propres termes) électeurs qui n’ont pas voté pour lui : « notre mouvement est composé d’Américains de toutes sortes d’origines. Nous allons travailler ensemble pour reconstruire la Nation ».

4. De la pommade pour les vétérans

Alors que Donald Trump avait touché à un symbole sacré aux Etats-Unis en critiquant le vétéran Mitt Romney et un soldat, il a eu un mot pour les vétérans dans son discours. « Nous allons enfin nous occuper de nos merveilleux vétérans (…) les vétérans sont des gens incroyables ».

5. Un message à la communauté internationale

Conscient de l’inquiétude suscitée chez certains par sa victoire, Donald Trump s’est adressé à « la communauté internationale » : « bien que nous mettrons toujours les Etats-Unis en premier, nous aurons des relations honnêtes. Nous nous entendrons avec tous les autres pays qui ont la volonté de s’entendre avec nous (…) Nous chercherons des partenariats plutôt que des conflits ». Un indice sur une future politique étrangère très différente de Clinton, plus va-t-en-guerre qu’Obama.

6. La touche « American dream »

On ne peut s’empêcher de penser aux livres de développement personnel écrits par Trump en entendant certains passages de son discours. « Chaque Américain et Américaine aura l’opportunité de réaliser entièrement son potentiel. Les femmes et les hommes oubliés dans ce pays, ne seront plus oubliés ».

Et de conclure : « Pour être véritablement “historiques”, nous devrons faire du bon boulot. Et je vous promets de faire du bon boulot », continue Donald Trump. « Nous allons travailler pour vous rendre fiers de votre président. J’aime ce pays. Merci beaucoup ». Après ce discours modéré, qui tranche avec ses déclarations incendiaires de la campagne, il a savouré sa victoire en prenant un bain de foule.

Advertisement

Monde

Japon – UE : signature d’un accord ‘historique’ en vue     

Herve Runga

Published

on

Japon - UE : signature d’un accord ‘historique’ en vue     

Japon – UE : signature d’un accord ‘historique’ en vue

Le président du Conseil européen, Donald Tusk (C) et le chef de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker (G) sont attendus au Japon ce mardi en vue de la signature d’un accord de libre-échange jugé historique avec le pays du soleil-levant.

Initialement prévue la semaine dernière à Bruxelles, cette rencontre a été reportée à cause des inondations qui ont frappé le Japon et qui ont fait jusqu’ici  122 morts. Les négociations entre ces deux pays au sujet de l’échange commercial ont débuté en 2013. L’accord a été baptisé, Jefta  (Japan-UE free trade agreeement) et concernera près d’un tiers du produit intérieur brut mondial.

Les produits laitiers, dont le fromage, d’autres produits alimentaires, sont concernés par le Jefta.

Continue Reading

Monde

Europe : le plombage dentaire interdit aux enfants et aux femmes enceintes

Rachel

Published

on

By

Europe : le plombage dentaire interdit aux enfants et aux femmes enceintes

Europe : le plombage dentaire interdit aux enfants et aux femmes enceintes

Bien que les plombages dentaires soient pratiqués depuis des années, il semblerait qu’ils soient néfastes pour la santé. Selon plusieurs études réalisées dans cette optique, le mercure présent dans les plombages représente un danger pour la santé. Ainsi comme mesure de sécurité, le Parlement européen a donc pris l’initiative, le 1er juillet dernier, d’interdire cette pratique chez les moins de 5 ans, les femmes enceintes et les mamans qui allaitent leur bébé.

Le mercure présent dans les plombages dentaires aurait, semble-t-il, un lien avec le développement des maladies neurologiques telles que la sclérose en plaques, la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson. Libéré sous forme de vapeurs, il s’accumule dans le cerveau, les reins ou le foie.

Cependant, si un dentiste doit impérativement avoir recours au plombage pour des besoins médicaux, il devra alors utiliser des capsules prédosées.

Continue Reading

Monde

Brexit : Une semaine décisive pour Theresa May

Herve Runga

Published

on

Brexit : Une semaine décisive pour Theresa May

Brexit : Une semaine décisive pour Theresa May

Les négociations seront lancées cette semaine entre le Royaume-Uni et Bruxelles sur l’épineux sujet qu’est le Brexit. Une tache ardue pour Theresa May qui devrait, pas la même occasion, contenir  les eurosceptiques au Parlement britannique. Ceux-ci montent au créneau pour dénoncer la stratégie du gouvernement conservateur britannique par rapport à la sortie de la Grande Bretagne de l’Union européenne.

Le principal sujet de discorde demeure sans conteste le plan Chequers. Ce plan a été présenté par Theresa May pour entretenir certaines relations avec l’Europe après la mise en application du Brexit.  Rappelons que c’est ce même plan qui a été la source du départ du gouvernement britannique du ministre des Affaires Etrangères britannique, Boris Johnson et celui du Brexit, David Davis.

C’est dans ce contexte que la rencontre entre Dominic Raab, successeur de David Davis et Michel Barnier, négociateur de l’Union européenne, est attendue. Les deux hommes essayeront surtout de relancer les discussions sur la frontière irlandaise, un véritable casse-tête  pour l’UE comme pour la Grande-Bratagne.

La frontière irlandaise ne sera toutefois qu’un obstacle de franchie dans le cas où les deux hommes parviennent à un accord.

Notons que selon les plans établis, la Grande-Bretagne sera officiellement en dehors de l’UE le 29 mars 2019.

Continue Reading

Trending