Connect with us

Monde

Une écrivaine sud-africaine de 7 ans qui fait rêver les enfants

Published

on

Une écrivaine sud-africaine de 7 ans qui fait rêver les enfants

Michelle n’a que sept ans mais une assurance aussi désarmante que son sourire, qui trahit une dentition encore parsemée. En convaincant ses parents de publier son livre, elle est devenue une des plus jeunes écrivaines africaines et une source d’inspiration pour ses camarades de classe.

C’est en cachette que la petite Sud-Africaine a écrit, au stylo vert et violet, “Attendre les vagues”, en vente sur le site internet du géant américain Amazon.

Les lignes du manuscrit original tanguent un peu. Mais les pages format A4 pliées en deux et reliées par des agrafes et du scotch ressemblent déjà à un véritable livre, avec le nom de l’auteure en herbe et le titre de son oeuvre sur la couverture.

Sur la dernière page, un grand coeur aux traits hésitants et un message plein de la candeur des sept ans de Michelle: “J’espère que vous avez passé un agréable moment à lire ce livre”.

“Mes frère et soeurs savaient” que j’écrivais “parce qu’ils viennent toujours dans ma chambre. Mais je leur ai dit de garder le secret car je voulais faire une surprise à papa et maman”, raconte la fillette d’un ton enjoué.

Mais la surprise tourne court. Les parents de Michelle accueillent avec circonspection le manuscrit.

“Quand elle m’a donné son livre, se souvient sa mère Lolo Nkamankeng, je l’ai mis dans la bibliothèque”. Au milieu des Bibles, dictionnaires et autres magazines qui en garnissent les maigres rayons.

Mais Michelle ne baisse pas les bras. Elle revient à la charge quelques semaines plus tard avec un deuxième et même un troisième livre. “Si vous ne me prenez pas au sérieux, j’arrête d’écrire”, menace-t-elle.

Un an plus tard, son rêve est devenu réalité. “Attendre les vagues” est un ouvrage d’une cinquantaine de pages imprimé sur papier glacé et joliment illustré par une artiste sud-africaine.

Et Michelle s’est imposée en Afrique du Sud comme une petite célébrité, enchaînant interventions dans les écoles et interviews dans la presse.

– ‘Poursuivez vos rêves’ –

Le livre, largement édité, raconte l’histoire de Titi, double de Michelle, qui apprend à dépasser sa peur des vagues.

“Si l’on est vraiment honnête, cela reste un ouvrage écrit par un enfant”, reconnaît l’auteur de la préface, Colin Northmore, directeur du Sacred Heart College de Johannesburg où est scolarisée la fillette.

“Il y a probablement un million d’enfants dans le monde qui peuvent écrire un livre comme ça”, concède-t-il. “Plus que du livre lui-même, je suis fier de la capacité de Michelle à s’exprimer avec autant de confiance”.

Une formidable maturité qui, couplée à des minauderies très médiatiques, participe sans aucun doute à son succès. Michelle est déjà intervenue devant 700 lycéens et dans un centre communautaire pour enfants défavorisés.

A travers son expérience, “d’autres enfants découvrent qu’il est possible de réussir des choses remarquables parce qu’ils ont un exemple, un modèle qui l’a fait”, juge Colin Northmore.

“Voici les conseils que je donne aux enfants qui veulent écrire des livres: poursuivez vos rêves, ayez toujours confiance en vous, ne laissez personne vous mettre des bâtons dans les roues et, si vous ne savez pas lire, vous ne pourrez pas écrire”, récite Michelle dans un discours déjà bien rodé.

Elle passe cependant sous silence une des clés de sa jeune réussite. Un parent, comme sa mère entrepreneure, prêt à débourser 100.000 rands (6.600 euros) pour publier le livre à compte d’auteur et en faire la promotion…

Sur la table de la cuisine, Michelle finit ses devoirs. Sur la couverture de son cahier de vocabulaire, ces quelques mots en guise d’ambition: “Je dois apprendre ces mots et les emmagasiner dans ma tête pour pouvoir les utiliser plus tard”. Elle veut devenir pédiatre. Et bien entendu écrivain.

Source : AFP

Advertisement

Monde

À bras ouverts : la Grande Bretagne pour la réintégration du Zimbabwe au Commonwealth

Published

on

À bras ouverts : la Grande Bretagne pour la réintégration du Zimbabwe au Commonwealth

À bras ouverts : la Grande Bretagne pour la réintégration du Zimbabwe au Commonwealth

La Grande Bretagne soutient la réintégration du Zimbabwe au sein du  Commonwealth. Les porte-parole Britanniques ont félicité le travail effectué par le nouveau président, Emmerson Mnangagwa depuis son accession au pouvoir en novembre dernier. Ce dernier succède au président, Robert Mugabe qui au long de sa longue carrière avait instauré un climat de frayeur et une politique de dictature.

Le Zimbabwe s’était retiré du Commonwealth depuis 2003. Robert Mugabe, au pouvoir depuis l’Independence en 1980, avait suscité de vives controverses. Ce dernier, avait mis en place un système politique à parti unique, mené par son parti ZANU-PF. Exprimant dans un premier temps le désir de redistribution équitable des ressources au peuple zimbabwéen, le « règne » politique de Mugabe a vite tourné en dérision. Ses nombreuses et violentes saisies de biens ont vite suscité la controverse sur la scène internationale.

Le bureau des affaires étrangères a déclaré « apporter tout son support à la réintégration du Zimbabwe, une nouvelle Zimbabwe disposée à apporter les réformes politiques et économiques pour le bien de son peuple »

Visant une amélioration des liens diplomatiques, les ministres des affaires étrangères des deux pays concernés, Boris Johnson et Sibusiso Moyo, se sont entretenus en présence d’autres ministres des Etats membres, autour d’un petit déjeuner de la Conférence du Commonwealth, tenue à Londres.

Johnson a déclaré que les élections de Juillet serviront de tremplin pour définir la direction de la nouvelle Zimbabwe.

Continue Reading

Monde

Sommet: un pas historique pour les deux Corées, un téléphone rouge installé

Published

on

Un pas historique pour les deux Corées, un téléphone rouge installée à une semaine du sommet

Sommet: un pas historique pour les deux Corées, un téléphone rouge installé

Le sommet entre la Corée du Nord et la Corée du Sud se tiendra à la fin du mois d’Avril et annonce le début d’un réchauffement diplomatique entre les deux partis. En effet, une ligne directe établie entre les deux camps symbolise une grande avancée. Le téléphone rouge aura pour but d’amplifier les discussions en vue de meilleurs rapports.

L’ouverture de cette ligne relie le bureau de la Commission nord-coréenne des Affaires d’État, où siège Kim Jong-Un et la Maison Bleu, où demeure le président Sud Coréen des Affaires d’État. Cette démarche survient une semaine avant le sommet Corée Nord- Sud. Celle-ci se tiendra dans la zone démilitarisée qui divise la péninsule.

Moon Jae-in, président de la Corée du Sud et Kim Jong-Un ont franchi, ainsi, un pas historique. Les deux pays, largement en conflit, avaient jusqu’ici érigé seuls deux sommets. Le dernier en date remonte à la fin de la guerre de Corée (1950-53). Le sommet de fin avril représente, donc, le troisième Sommet où se rencontreront les deux forces Coréennes.

Continue Reading

Monde

Légion d’honneur, Al–Assad remet sa décoration à la France

Published

on

Légion d’honneur, Al–Assad remet sa décoration à la France

Légion d’honneur, Al–Assad remet sa décoration à la France

Le président syrien, Bachar Al-Assad, rend la légion d’honneur à la France. L’Elysée avait décoré le président de la Syrie en 2001 en lui conférant la légion d’honneur, soit, la plus haute distinction de grand-croix. Ainsi, la France rejoint les Etats-Unis et la Grande Bretagne dans sa démarche de punir le dirigeant syrien, suite aux attaques chimiques dans la région de Ghouta.

Alors que la France avait déjà enclenché les procédures pour reprendre la décoration, Al-Assad a, quant à lui, pris les devants. La décoration a été rendue à la France à travers l’ambassade Roumaine. Le président syrien a souligné qu’il ne voulait pas porter la décoration d’un pays soumis aux États Unis. Le ministre des Affaires étrangères, a déclaré que ce n’était:

« point un honneur au Président Bachar Al-Assad de porter une décoration attribuée par un pays esclave et partisan des États Unis qui supporte le terrorisme »

La France accuse le chef de l’état syrien de crime contre l’humanité. Ce dernier avait été décoré après avoir succédé à son père. La France espérait entretenir de meilleures relations diplomatiques avec le nouveau président qui laissait transparaître le souhait de gouverner d’une manière plus démocratique.

Cependant, ses sept années au sommet de l’Etat ont prouvé que ce dernier n’était pas plus disposé que son père à changer ses méthodes de gouvernance.

Continue Reading

Trending