Connect with us

Cinéma

Bollywood – 2016 : L’année des déceptions

Krsna Coopoosamy

Published

on

Bollywood – 2016 : L’année des déceptions

Difficile d’y croire, mais l’année 2016 touchera à sa fin d’ici la fin de la semaine. Une année tragique sur le plan de l’actualité, qui aura également marqué la disparition de très nombreuses légendes de la musique ou du cinéma. Et l’année n’a pas forcément été rose pour le cinéma hindi non plus. A l’heure des bilans, commençons la traditionnelle série d’articles en mode rétrospective par les aspects les plus négatifs de l’année, avant d’aborder dans les jours à venir les bonnes surprises et les grands succès, dont l’exceptionnel Dangal qui conclut l’année sur une touche historique. Car si l’année a été riche en surprises de la part des “petits” films inattendus, elle a marqué la chute de nombreux gros projets…

La chute des grands favoris

Cette année, l’impensable s’est produit. Après plus de 11 ans à confirmer sa suprématie absolue à chaque sortie, le King Khan a connu son premier échec commercial en tant que star principale depuis Paheli. Shahrukh Khan revenait avec l’ambitieux FAN, projet intriguant dans lequel il tenait un double rôle passionnant. Les critiques ont unanimement salué le film et la performance de Shahrukh Khan restera dans les favoris de la course au titre de Meilleur Acteur de l’année dans la plupart des grandes cérémonies à venir. Cependant, le public indien ne l’a pas entendu de cette oreille là. Pas de chanson au montage final, pas de romance, un thriller prenant à contre-pied les attentes du grand public indien, aucune actrice connue et un King Khan méconnaissable dans le rôle du fan virant à la folie… Après un démarrage très solide, le film s’est effondré et a terminé sa course autour des 80 crores. Pour un budget approximatif de 100-110 crores. Et même si le total mondial reste positif (un peu plus de 60 crores de recettes à l’étranger), l’échec local reste une déception pour le King.

Il est d’ailleurs à noter que les films ayant plus de 100 crores de budget cette année se sont souvent retrouvés dans une mauvaise posture. Car si FAN a été déclaré flop sur le plan local, d’autres ont été des désastres sur le plan mondial. C’est notamment le cas de Mohenjo Daro. Le grand retour du duo Ashutosh Gowariker-Hrithik Roshan après Jodhaa Akbar, une époque jamais explorée au cinéma auparavant, un budget imposant de 115-120 crores, la première sortie de Hrithik Roshan après près de deux ans d’absence… En début d’année tous les paris misaient sur Mohenjo Daro dans la liste des 5 voire même des 3 plus gros succès potentiels de l’année. Au lieu de quoi on s’est retrouvé avec un échec cuisant, un véritable désastre commercial relevant également du naufrage artistique à en juger par sa moyenne presse qui fait partie des pires de l’année. Le film ne passera même pas les 60 crores au box-office local et constitue un des plus gros échecs de la carrière de Hrithik Roshan. Il a été presque complètement retiré de l’affiche après deux semaines de diffusion à peine.

Et dans la liste des films avec plus de 100 crores de budget ayant connu l’échec au box-office, Shivaay tient lui aussi une place de choix. Après près de deux ans à teaser le projet, Ajay Devgan présentait enfin ce Diwali son projet extrêmement ambitieux qu’il a réalisé, produit et dans lequel il tenait le rôle principal. Problème, ce qui devait être un monument du blockbuster moderne a été un échec critique de grande ampleur et a perdu un clash très controversé contre Ae Dil Hai Mushkil. En plus de l’attitude contestable d’Ajay Devgan, on retiendra de ce clash les controverses autour des chiffres truqués. Le budget annoncé par Ajay Devgan était de 130 crores avant la sortie, puis est subitement descendu à 110 crores après la sortie. Idem pour les recettes locales annoncées à 100,25 crores par le producteur alors que de nombreux analystes affirment qu’il a terminé sa course juste en dessous des 85 crores. Voilà qui souligne plus que jamais le besoin en Inde d’avoir un organisme indépendant comme Rentrak pour donner les chiffres officiels plutôt que de compter sur ceux (facilement manipulables) des producteurs. Quoi qu’il en soit, le film a été un flop en Inde et un échec cuisant à l’étranger malgré un très large distribution.

Mauvaise année pour les suites…

Il ne valait mieux pas être une suite au box-office Bollywoodien cette année ! En effet, on a compté pas moins de 11 suites hindies en 2016. Kya Kool Hain Hum 3, Ghayal Once Again, Tere Bin Laden Dead Or Alive, 1920 London, Housefull 3, Great Grand Masti, Raaz Reboot, Rock On 2, Tum Bin 2, Force 2 et Kahaani 2 sont ainsi sortis sur les écrans… Résultat ? 9 flops/désastres/losings, 1 average et 1 hit/semi-hit selon les analystes. A peine 10% de succès et 20% de suites ayant remboursées leur budget, le bilan est on ne peut plus négatif. Voilà qui rappelle l’importance de ne pas faire des suites par pur intérêt commercial et manque d’inspiration car souvent personne n’avait demandé un nouvelle opus de ces franchises improvisées. Avec Kya Kool Hain Hum 3, Great Grand Masti et Mastizaade (qui n’était pas une suite), on a également pu constater la mort commerciale de la comédie sexuelle cette année. Le genre avait pu être très bénéfique pour ses producteurs lors des années précédents, mais il faudra se réinventer et attendre plusieurs années avant que le public cible ne se réconcilie avec le genre.

Mais rassurons-nous, les suites devraient bien mieux se porter l’année prochaine avec notamment Baahubali 2 – The Ending et Tiger Zinda Hai à attendre dans le top 5 de l’année au minimum, ainsi que 2.0, Badrinath Ki Dulhania, Jolly LLB 2, Naam Shabna ou encore Judwaa 2 qui présentent tous des arguments très convaincants et sont attendus avec impatience par de très nombreux fans. Sous bien des aspects, 2017 promet d’être une année bien plus généreuse en terme de gros succès commerciaux et de star power.

Ces projets qui avaient une chance

Sans être grands favoris, certains projets avaient des arguments non négligeables laissant espérer de belles choses. C’était le cas notamment de Fitoor, adaptation libre et au budget très élevé des Grandes Espérances de Dickens. Un bon réalisateur, un casting de qualité, une bande-originale absolument somptueuse…le tout pour un très beau packaging malheureusement vide. Beaucoup d’application sur la forme et un sens visuel saisissant n’a pas suffit à compenser un scénario creux qui a vidé l’œuvre originale de sa substance. N’est pas Bhardwaj qui veut et réadapter un classique de la littérature dans un contexte politique local et moderne est loin d’être chose aisée. Le film compte parmi les plus gros échecs commerciaux de l’année.

Autre gros échec commercial, A Flying Jatt a été une déception totale. Que Tiger Shroff soit annoncé à l’affiche d’un film de super-héros avait créé un énorme buzz chez sa jeune fan-base, d’autant que ses faux airs de Hrithik Roshan le comparaient immédiatement à Krrish. Et l’arrivée à bord d’un réalisateur ayant eu de gros succès auprès du public adolescent confirmait l’intention des producteurs.  Jacqueline Fernandez était la touche bonus et les titres musicaux ont gagné une certaine popularité. Mais la bande-annonce d’une médiocrité rare ne trompait pas : le film est un nanar en puissance et même les enfants n’ont pas pu adhérer à ce super-héros n’étant qu’une excuse pour un préchi-précha écolo moralisateur et cliché au possible. Les meilleures des intentions ne suffisent pas. Sans oublier qu’on ne tente pas un genre dépendant sur les effets spéciaux lorsqu’on a un budget limité sous peine de n’avoir l’air que d’une série b fauchée.

Dans la liste des projets bénéficiant d’un excellent marketing mais qui n’ont pas attiré le public on citera également les biopics Azhar, Sarbjit ainsi que la sympathique romcom Baar Baar Dekho. Et enfin, bien qu’il ne s’agisse pas d’un échec commercial, on en attendant bien plus de Dishoom. Censé créer une nouvelle franchise dans la lignée de Dhoom, ce buddy-action movie a déçu tout le monde avec sa bande-annonce fade et le film n’offrait pas grand chose de mieux. Avec ses 70 crores de recettes il s’en sort tout de même bien même si on l’attendait idéalement dans le club des 100 crores. Qui sait, peut-être que la suite relèvera le niveau – si jamais suite il y a. Ce qui a manqué à Dishoom, c’est avant tout un réalisateur sachant aborder le genre avec talent.

Et on s’arrête là pour la liste des déceptions. Bien évidemment, comme dit en introduction, l’année n’a pas été uniquement marquée que par les échecs. Il faut cependant avouer qu’on en attendait plus de 2016 sur le plan box-office. Lors des prochains articles, nous saluerons cependant la qualité qui a répondu présent cette année avec la possibilité pour le cinéma indépendant de s’illustrer “grâce” aux déceptions du cinéma commercial. Sur le plan personnel, le cinéma d’auteur m’intéresse bien plus que les blockbusters et je dois donc avouer que cette année nous a réservé de nombreuses pépites artistiques. La suite au prochain épisode, donc ! Et n’hésitez pas à partager votre point de vue sur ces numéros spéciaux de la rubrique India Thema.

Advertisement

Cinéma

Cinéma : Deadpool 2 détrône Avengers

Redacteur

Published

on

Cinéma : Deadpool 2 détrône Avengers

Cinéma : Deadpool 2 détrône Avengers

En démarrant à 125 millions de dollars, Deadpool 2 est parvenu sans effort à vaincre Avengers. Infinity War et à prendre la première place du box-office américain. C’est un très gros score, mais rappelons que le premier Deadpool démarrait à 132,4 millions de dollars en février 2016, et terminait sa carrière américaine à 363 millions. Deadpool 2 est bien parti pour suivre ses traces, mais démarre donc plus court de 7,4 millions.

De plus, Deadpool 2 a coûté 110 millions, soit un peu moins du double du premier (estimé à 58 millions). Cela reste un excellent démarrage, d’autant plus remarquable que Deadpool 2 a été classé Restricted (déconseillé aux moins de 17 ans non accompagnés). Et Deadpool 2 a battu un record, celui du meilleur démarrage “premier jour” pour un film Restricted, avec 53,3 millions de dollars gagnés vendredi, battant ainsi le film d’horreur Ça et ses 50,4 millions raflés en une journée l’an dernier. Vendredi prochain, Disney va tenter de reprendre la première place avec Solo : A Star Wars Story.

Infinity War se retrouve donc en deuxième position, après avoir squatté le trône pendant trois semaines. Avec un quatrième week-end à 28,6 millions, le 19ème film du Marvel Cinematic Universe a raflé 595 millions aux USA et est donc le deuxième plus gros carton de 2018 pour l’instant derrière Black Panther (697,7 millions). Et dans le reste du monde, Infinity War en est à 1,8 milliard.

Continue Reading

Cinéma

Box-office français : Avengers 3 a déjà doublé Black Panther

Redacteur

Published

on

Box-office français : Avengers 3 a déjà doublé Black Panther

Box-office français : Avengers 3 a déjà doublé Black Panther

Avengers Infinity war a perdu près de 60 % de fréquentation en deuxième semaine, mais il avait démarré tellement fort que cela représente tout de même plus d’1 million d’entrées supplémentaires. En quinze jours, le dernier blockbuster de Marvel atteint ainsi 3 616 779 tickets écoulés dans 843 salles, doublant ainsi son prédécesseur Black Panther, qui est juste en dessous avec 3 613 897 billets. Le nouveau Avengers intègre ainsi le top 10 des plus gros succès de films de super-héros au box-office français, délogeant du classement X-Men : Days of Future Past, qui avait été vu par 3,2 millions de curieux en 2014.

Face à un tel carton, même Dwayne Johnson ne fait pas le poids. Son nouveau film d’action Rampage-Hors de contrôle, a été vu par 344 794 personnes réunies dans 473 cinémas. L’acteur a fait mieux récemment grâce à Jumanji : Bienvenue dans la jungle, qui démarrait au-delà des 600 000 entrées, et a fini sa course à 3,3 millions.

Taxi 5 perd 56 % de son public, ce qui est dans la moyenne des chutes, cette semaine : tous les films déjà sortis voient leur fréquentation divisée par 2 au minimum. Sans doute à cause de la fin des vacances scolaires et du beau temps.

Avinash Dhondoo

Continue Reading

Cinéma

Avatar 2 : retour sur Pandora en 2020

Redacteur

Published

on

Avatar 2 : retour sur Pandora en 2020

Avatar 2 : retour sur Pandora en 2020

Après avoir charmé les petits et les grands en 2009, James Cameron compte revenir avec la suite de l’immense succès qu’est Avatar. De son nom Avatar 2, le film n’a pas dévoilé grand-chose de sa superbe. Le premier volet nous permettait de découvrir l’arrivée des humains sur Pandora, le second devrait se concentrer sur la nouvelle vie de Jake Sully et notamment, sa vie de famille.

Souvenez-vous, en 2154, les humains débarquent sur la planète géante gazeuse du nom de Pandora. Leur but est simple : récolter l’Unobtainium dans l’espoir de résoudre la crise énergétique terrienne. Seulement voilà, les autochtones vont tenter de les empêcher de détruire la faune et la flore de cette planète.

Leur lien avec leur déesse Eywa est si fort que si les hommes détruisent l’arbre des âmes, leur communion avec la déesse sera endommagée voir brisée. Jake Sully, un scientifique humain, va alors tout faire pour leur venir en aide.

Les humains parviennent à mettre en place une machine permettant de cloner des Na’Vis et de transposer leur esprit d’un corps humain à un corps Na’Vi. De cette manière, les deux peuples peuvent se rapprocher d’une manière plus pacifique. Jake s’éprend également d’une des locales, Neytiri. Et alors qu’ensemble et avec l’aide de tous les clans, ils parviennent à repousser l’assaut humain, les deux tourtereaux devront faire face à d’autres dangers.

C’est là que devrait se concentrer l’intrigue d’Avatar 2. Un nouveau danger, une vie de famille et de nouveaux paysages galactiques. Côté casting, on retrouvera Sam Worthington, Zoe Saldana ou encore Sigourney Weaver. Le tournage devrait également débuter cet été comme a pu l’annoncer Sam Worthington au cours d’une interview américaine.

Avinash Dhondoo

Continue Reading

Trending