Connect with us

Sport Local

[Vidéo] Murugen Chetty (entraîneur de l’AS Rivière du Rempart) : « Il n’y a pas de cohésion entre la MFA et la MPFL »

Published

on

[Vidéo] Murugen Chetty (entraîneur de l’AS Rivière du Rempart) : « Il n’y a pas de cohésion entre la MFA et la MPFL »

Murugen Chetty, entraîneur de l’équipe de football, AS Rivière du Rempart brosse un tableau plus ou moins sombre du football local. Il est d’avis que le manque de cohésion entre la Mauritius Football Association (MFA) et la Mauritius Professional Football League (MPFL) serait une des causes. Il aborde en exclusivité pour Inside News les sujets brûlants de l’actualité footballistique. Il évoque la situation peu enviable de son équipe, qui se retrouve à la dernière place de la MPFL.

MPFL : Rivière du Rempart…lanterne rouge 

« Oui, il est vrai qu’on se retrouve dans une position peu enviable au classement.  Cependant, il faut comprendre que j’ai repris l’équipe il y a à peu près un mois. J’ai fait un constat de la situation et je suis parvenu à la conclusion que le problème était la condition physique des joueurs qui était au plus bas. Après deux semaines de travail, je constate que les joueurs ont réalisé des progrès, ce qui est de bons augures pour la reprise du championnat. On dispute notre premier match de 2017 le 8 janvier et je pense que déjà qu’on réalisera de bons résultats. »

Professionnalisation…qu’un mot

« Je pense qu’on a faussé les débats à ce sujet. Un joueur ne devient pas un professionnel en le faisant courir matin et soir. Il aurait fallu débuter avec des jeunes qui auraient appris la discipline. Avec ce système d’un championnat constitué d’une unique division, on risque de voir une équipe professionnelle devenir amateur du jour au lendemain et vice-versa. Je pense qu’il existe d’autres lacunes. Comment peut-on parler de professionnalisme alors que des équipes n’ont même pas de terrain d’entraînement,  de salle de projection de vidéo et encore moins de salle de musculation?» 

Sur le quota des joueurs étrangers

« C’est un aspect positif, car ainsi un entraîneur est certain de commencer sa séance d’entraînement avec les cinq joueurs étrangers. Sans être méchant, le retard fait partie de notre culture et il n’y a que de rares cas où je peux commencer mes entraînements à l’heure prévue. Je peux aussi dire que la mentalité des footballeurs mauriciens a évolué. Ils doivent réaliser qu’ils ont choisi le football comme leur métier et qu’ils doivent consentir à de sacrifices. L’apport des joueurs étrangers pourrait s’avérer bénéfique dans ces circonstances. Toutefois, le point sombre c’est la qualité des expatriés qui évoluent dans notre championnat qui mérite que l’on s’y attarde. » 

Et s’il était à la tête de la MFA?

« Je pense que je réunirais d’abord toutes les personnes concernées autour d’une table. Actuellement il y deux équipes. D’un côté la MFA qui gère le football à Maurice et la MPFL qui lui gère le football professionnel. Je ne sais pas ‘which is which’, car il n’y a pas de cohésion entre ces deux instances. Le championnat en souffre, car je me demande si la MFA fait un suivi des équipes. Est-ce que la Fédération est au courant que des clubs n’ont toujours pas monté une équipe junior qui demeure la pépinière des clubs ? Je pense qu’on n’a pas the ‘right man in the right place’ qui n’est pas au courant de ce qui se passe au niveau du championnat. Je parle du président de la MFA et de l’équipe qui travaille avec lui. À titre d’exemple, j’ai obtenu mon diplôme d’entraîneur de niveau C il y a cinq ans. Depuis j’attends toujours les examens pour monter en grade. C’est comme-ci je détenais un certificat de SC et que j’attends depuis cinq ans de passer des examens de la HSC. Les candidats ne manquent pas portant. Le président de la MFA aurait dû être au courant de ce problème et remédier à la situation. Ce n’est qu’un exemple. »

On continue à reculer

« J’ai brossé un tableau, il est vrai, négatif étant un amoureux du football. Au bout de 10 ans, on aurait dû reculer pour mieux sauter. Mais je suis d’avis qu’on continue à reculer. Ce qui est chagrinant dans tout cela, est qu’il y des personnes autour du football qui peuvent apporter leur pierre à l’édifice. Mais il se trouve que ces personnes ne sont pas ‘on board’. Mais notre football est appelé à progresser. Nous avons des talents qu’il nous faudra exploiter. Nous possédons des diamants que nous pouvons transformer en bijoux. Et on peut amputer la faute qu’aux administrateurs. »

Vœux pour 2017

«  Notre vision s’arrête aux Jeux des îles. Il nous faudra nous tourner vers l’Afrique et pourquoi ne pas viser la Coupe du monde. Ce sont des objectifs que l’on peut atteindre si on passe par certaines étapes. Mais il faudra nous ressaisir y mettre du sien. Je parle de la MFA, des dirigeants de clubs, au gouvernement et aux entreprises privées, entre autres. La relance du football local est possible, mais pas en passant par ce qui se fait actuellement. Il faut se dire que le football peut réunir toute une nation, qui peut aider un jeune à sortir de l’enfer de la drogue. C’est dommage que ce soit un aspect qu’on ait tendance à ignorer. »

Advertisement

Sport Local

Marathon  : 10km de course pour conscientiser les jeunes

Published

on

Marathon  : 10km de course pour conscientiser les jeunes

Comment concilier la pratique du sport  tout en apportant sa contribution à une bonne cause ? L’occasion est offerte par l’Albatros Club à travers un marathon, long de 10km qui aura lieu le dimanche 11 mars entre Triolet et Sollitude.

« A l’ocassion du 50e anniversaire de l’indépendance de Maurice, nous voulons conscientiser les jeunes aux dangers dont face  la société mauricienne actuellement. Plusieurs de nos jeunes sont tombés dans l’enfer de la drogue. Rien n’est encore perdu et nous pensons que le sport, par exemple, peut être un alternatif à nos jeunes », affirme  Parvez Rostom, président d’Albatros Club.

Le départ du marathon sera donné à 16h à Triolet alors que l’arrivée sera jugée à Sollitude.  Les participants, de 9 à 99 ans sont invités à s’inscrire gratuitement en téléphonant au 59 01 35 07. Les organisateurs s’attendent à la participation d’au moins 400 marathoniens en herbe. A ce jour, ils sont 300 à s’être inscrits.

Notons que cette compétition a obtenu le soutien de First Media et Inside News. Des prix seront offerts aux 20 premiers arrivés.

 

Continue Reading

Sport Local

Dix-neuf pays en lice aux Championnats d’Afrique d’haltérophilie

Published

on

Dix-neuf pays en lice aux Championnats d’Afrique d’haltérophilie

Les Championnats d’Afrique d’haltérophilie (individuel hommes et dames et par équipes) démarrent jeudi au gymnase Pandit Sahadeo à Vacoas, en Ile Maurice, avec la présence de pas moins de 19 pays, selon les organisateurs.

La réunion technique et la cérémonie d’ouverture effectuées dans l’après-midi de mercredi, c’est au tour des meilleurs leveurs de fonte du continent d’entrer en lice. Les Tunisiens et les Nigérianes, sacrés respectivement chez les hommes et les dames l’année dernière à Yaoundé, au Cameroun, seront à nouveau les adversaires à battre.

Ile Maurice compte jouer les premiers rôles, elle qui avait trois médailles d’or, une d’argent et deux de bronze lors des dernières joutes continentales. Pour ce rendez-vous, le pays hôte a bénéficié de l’expertise chinoise pour peaufiner sa préparation.

Les Championnats d’Afrique d’haltérophilie sont qualificatifs pour les Mondiaux de la discipline prévus du 17 octobre au 25 octobre prochains en Malaisie.

Ils serviront également de tremplin en vue d’une qualification pour les Jeux du Commonwealth, prévus du 4 au 15 avril 2018 à Gold Coast, en Australie.

Continue Reading

Sport Local

Championnat de slalom automobile : Jaisen et Reetesh Newaj consolident leur première place

Published

on

Championnat de slalom automobile : Jaisen et Reetesh Newaj consolident leur première place

Et de deux pour Jaisen et Reetesh Newaj qui ont remporté pour la deuxième fois consécutive les épreuves de slalom automobile échelonnées sur toute l’année. Cette deuxième étape du Championnat, qui s’est tenue ce dimanche 14 mai au stade Anjalay, a certainement ravi les fans d’automobile. D’ailleurs, ils étaient 5 000 spectateurs à s’être déplacés pour ce show exceptionnel, parrainé par Monster Energy.

« Je tiens à remercier le Motor Racing Club ainsi que les sponsors d’avoir rendu ce championnat possible. C’est une expérience formidable et une fierté d’être récompensé à deux reprises dans une compétition de cette envergure », confie Jaisen Newaj. « Je pratique cette discipline depuis l’âge de 16 ans. Cette passion, je l’ai héritée de mon père qui est un ex-champion de rallye. Mon coéquipier et moi-même avons l’intention de nous accrocher jusqu’à la dernière épreuve », souligne-t-il.

Deux nouvelles épreuves sont prévues avant la cérémonie de remise des prix qui se tiendra en novembre. « Ce championnat a suscité un véritable engouement chez les pilotes et nous sommes heureux de parrainer le Championnat de slalom à travers notre  boisson énergisante, Monster Energy », déclare Diana Chakowa, Senior Brand Manager de PhoenixBev. « Cette compétition cadre avec les valeurs de la marque et nous avons le souhait d’accompagner toute l’équipe au cours de cette année. »

Le slalom automobile est une épreuve d’adresse chronométrée qui met à rude épreuve l’agilité des pilotes. En effet, plus qu’une course de vitesse où la puissance du moteur est décisive, la différence se fait surtout sur la compétence des équipages. Les circuits de slalom ont généralement une longueur d’un à deux kilomètres et ont tendance à imposer des exigences au niveau de la mécanique. Les circuits peuvent être temporaires et marqués par des cônes de signalisation.

Continue Reading

Trending