Actu de l'ile Maurice
Actualités

Gaz ménager : Des régulateurs inadaptés et dangereux en vente

Gaz ménager : Des régulateurs inadaptés et dangereux en vente

 « J’ai dû en échanger quatre en une année à raison de Rs 275 l’unité. Ma bonbonne de gaz (bleue) qui dure normalement entre trois et quatre mois s’est dévidée en 28 jours ». C’est le témoignage d’un habitant d’Albion qui, excédé par une récurrente perdition, a fini par se tourner vers Inside News pour dénoncer la vente de ces produits défectueux et surtout dangereux.

Ce consommateur n’a en effet pas été au bout de ses peines. Au début, il pensait que c’était la bonbonne qui était défectueuse, car aussitôt le détendeur (ou régulateur) branché, il y avait une perdition. « Après avoir échangé de bonbonne à trois reprise, j’ai compris que c’est le régulateur qui clochait », explique-t-il, « j’ai alors changé de régulateur. Mais au bout de deux mois, le même problème intervenait. Ce mois-ci, j’ai acheté un régulateur neuf une nouvelle fois. Et la perdition continue ».

Inside News a fait une petite enquête sur la commercialisation de ce détendeur. Si les commerçants se refusent de donner le nom du distributeur, nous pouvons par contre constater qu’il n’y a pas la moindre information sur l’emballage en carton du régulateur de couleur bleu (voir photo). Les seules information qu’on peut y lire sont : « Type S300 ; Snap On Compact ; Low pressure Regulator ». Et rien de plus. Même pas la provenance du produit, le nom du distributeur ou du fabricant et encore moins le pays d’origine. Est-ce un produit contrefait ?

Le consommateur invite ainsi les consommateurs à faire preuve de vigilance, car il est difficile parfois de constater une perdition lorsque la bonbonne est installée à l’extérieur de la maison. « J’invite également les associations consommateurs, le ministère du Commerce et de la Protection des consommateurs d’enquêter comment ces produits entrent à Maurice et comment ils sont contrôlés, car c’est un réel danger pour les nombreux foyers qui utilisent le gaz bleu », soutient-il.