Actu de l'ile Maurice
Actualités

Lutchmeenaraidoo invite le Japon à s’engager plus activement dans l’économie bleue et la stratégie Afrique de Maurice

Lutchmeenaraidoo invite le Japon à s’engager plus activement dans l’économie bleue et la stratégie Afrique de Maurice

Le ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo, a eu une session de travail ce jeudi 19 janvier 2017 avec une délégation japonaise, dirigée par deux Sénateurs du Parlement du Japon, Iwao Horii et Hideya Sugio. L’agenda Afrique de Maurice, l’économie bleue, la vulnérabilité écologique des Petits Etats Insulaires et la gestion des calamités naturelles étaient parmi  les dossiers abordés. La rencontre s’est déroulée en présence de l’ambassadeur japonais à Maurice (avec résidence à Tananarive) Ichiro Ogasawara. Le Chef de la diplomatie évoque un renforcement des liens diplomatiques et économiques entre Maurice et le Japon avec l’ouverture récente d’une ambassade japonaise à Port Louis.

Les deux Sénateurs japonais sont à Maurice dans le cadre d’une mission d’évaluation des projets financés sous le Japanese Official Development Assistance. Les projets en cours sont la gestion des glissements de terrain, le système des eaux usées à Grand Baie et l’installation d’un radar dernier-cri pour les services météorologiques à Trou-aux-Cerfs.

Le ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo, a remis aux Sénateurs une lettre qui fait état des inquiétudes de Maurice en tant que Petit Etat Insulaire face au changement climatique. Maurice sollicite l’aide du gouvernement japonais pour que ces sujets d’inquiétude soient pris en compte dans le cadre des projets sous le Japanese Official Development Assistance.

Les perspectives de coopération se présentent bien dans l’économie bleue et dans la stratégie Afrique de Maurice, deux piliers de la nouvelle architecture de l’économie mauricienne. Le Chef de la diplomatie a invité le Japon à s’engager plus activement dans le secteur de la pêche à Maurice, dans le sillage, notamment, de la construction prochaine d’un port de pêche moderne à Port Louis. Cette nouvelle infrastructure comprendra des facilités de transformation et de distribution de produits de mer, ouvrant des pistes d’une coopération plus étroite avec le Japon dans ce secteur. Maurice et le Japon entretiennent, en effet, une longue histoire de collaboration dans le domaine de la pêche.

Le ministre des Affaires étrangères a, d’autre part, exposé la stratégie Afrique aux membres de la délégation japonaise.  Maurice et le Japon peuvent coopérer, souligne-t-il, pour développer les affaires dans des pays africains, ciblés par Maurice dans le cadre de sa stratégie. Le ministre a suggéré que laTokyo International Conference on African Development (TICAD), instrument de développement du Japon en Afrique, soit partie prenante de la mise en œuvre des pôles de croissance, tels les zones économiques spéciales (ZES) que projette Maurice dans certains pays, dont le Ghana, le Sénégal et Madagascar. Des véhicules financiers spéciaux sont mis en place pour mobiliser les ressources financières et les canaliser vers ces SEZ. Maurice peut, à ce titre, jouer un rôle stratégique dans le corridor de financement entre le Japon et le continent africain.