Actu de l'ile Maurice
Politique

Remaniement et réallocation des marocains : Quelle marge de manœuvre ?

Remaniement et réallocation des marocains : Quelle marge de manœuvre ?

La situation politique actuelle semble être très complexe, surtout avec le départ du PMSD. Pravind Jugnauth, comme nouveau premier ministre, aura du pain sur la planche. Quatre postes ministériels et deux choix de PPS semble être un badinage merven. Mais à bien voir dans le fond, ce n’est pas si facile. Il faut satisfaire les uns sans blesser les autres. Et c’est là que l’affaire se corse.

Les connaisseurs que nous avons interrogé pensent que le mieux c’est de mettre du sang nouveau dans ce gouvernement Lepep. Il est un secret de polichinelle que bien de ministres n’ont pas été performants. Qu’ils soient partis ou qu’ils soient restés. Les profs disent « There is room for improvement » pour certains et « Very weak » pour d’autres.

Que proposent-ils ?

Choisir sur la compétence, couplée de sincérité et de loyauté.

Nous avons fait une incursion dans le profil des ministrables dans les rangs du MSM. Les députés back-benches sont les plus concernés. Qui trouvons-nous ?

Le PPS Rampoortab semble être assez affairés avec ses projets de développement au No 9. Bashir Jehangheer donne l’impression qu’il avait trop parlé, sans compter que son profil ethnique jouera contre lui. Aucun ministre de sa communauté n’a démissionné. Mahen Jugroo pourrait avoir la côte. Mais il accomplit sa tache de Chief Whip avec une telle élégance, qu’on serait tenté de le laisser à son poste. Les autres Boygah ou Rubinah Jadoo broient du noir avec les on-dit et ce ne serait pas approprié de les nommer. Raj Dayal en a fait voir de toutes les couleurs. Il doit beaucoup patienter. Deux membres du MSM semblent les plus côtés. Ils sont Stephane Toussaint et Sudhir Sesunkur. Pour le premier nommé, à l’éternelle chemise orange, tout baigne. Sincère, fidèle et travailleur, il se trouve dans le Good Book Orange. Sudhir Sesunkur pourrait être le petit bonhomme qui sort du lot. Il semble être la force tranquille. Il a gardé un low profile, tout en gardant la tête haute dans sa circonscription. Une analyse plus approfondie sur sa personne mérite un détour. Militant MSM dans l’âme, il a toujours fait preuve d’un élément infatigable.

Mérite-t-il un marocain ?

Travailleur social, professionnel endurci dans le domaine de la finance, il a déjà fait ses preuves sur plusieurs fronts. De plus, le parti n’a rien à lui reprocher. Son track record politique et professionnel jouera beaucoup en sa faveur. De plus, sa formation lui donne accès à différents marocains. Les finances n’ont pas de secret pour lui. Les PMEs non plus. Il serait également très à l’aise au Commerce et Industrie. Aussi, même avant son élection, il avait montré ce dont il est capable sous différentes casquettes. Le social, les finances, les négociations, les créations. En professionnel accompli, Sudhir Sesunkur devrait être le choix ferme lizier de SAJ. Nous savons que c’est le premier ministre seul qui décide. Nous savons aussi que SAJ a toujours eu les pieds sur terre.

On ne dit pas que les autres ne sont pas méritants. Mais pour donner un nouveau boost à ce gouvernement Lepep, il nous faudrait des personnes avec des trempes hors normes. Si le fils prend la relève du père, il lui faudra des gens mentalement solides autour de lui.

Quand on allie loyauté, sincérité et savoir-faire, choisir quatre ministres et deux PPS ne sera pas un casse-tête.