Actu de l'ile Maurice
Edito

L’arroseur arrosé

L’arroseur arrosé

Devient-on PPDA ou Claire Chazal en deux clics ? Certains moucherons de la presse locale se croient investis d’une mission d’acculer nos politiciens juste pour la galerie. Ils se posent en stars et fausses vedettes des médias en se mettant en avant pour tenter de pousser en avant leurs titres de presse afin d’avoir autant d’audience sur leur site web.

Le dernier exemple a été ce confrère qui s’est pris un malin plaisir de pousser au dernier retranchement l’ex-Premier ministre qui, fort de son expérience et surtout de son franc parler, lui a fait ravaler son crachat, jeté en pâture en public lundi après la prestation de serment.

En fait, les journalistes se doivent de poser des questions, mais celles-ci ne doivent en aucun cas avoir un ‘colourable device’ ou faire le jeu des adversaires de l’interviewé. Or, certains se prennent un malin plaisir de mettre des questions « téléguidées » pour mettre hors d’eux leurs interlocuteurs.

C’était sans connaître SAJ qui a remis à sa place comme il se doit le journaliste « faux PPDA » en l’interpellant à son tour jusqu’à ce qu’il ne puisse répondre. C’était presque de l’indécence journalistique, ne parlons pas de l’éthique…

C’est dommage que certains journalistes qui se prennent aujourd’hui pour des vedettes oublient l’essentiel de ce métier : la noblesse. Ils favorisent plutôt la petitesse d’esprit qui est de tambouriner l’esprit.

De nos jours, cette stratégie ne paie plus. Les Mauriciens sont clairvoyants et savent trier le bon du mauvais.

C’est pour cela que nous renvoyons à ces donneurs de leçons le fameux titre : L’arroseur arrosé.