Actu de l'ile Maurice
Actualités

Air Asia X Shakeel Mohamed : « Le monopole doit cesser »

Air Asia X – Shakeel Mohamed : « Le monopole doit cesser »

L’Air Asia X, la firme aviation « low-cost », arrêtera ses opérations sur le sol local à partir du 25 mars prochain. Plusieurs questions restent sans réponse pour le moment. Aurait-elle déjà été programmée à l’avance ? Est-ce un coup monté pour avantager un monopole ?

Pour le très sérieux journal en ligne The Independant (Singapour), dans son édition du 13 janvier, selon ses propres sources, ce serait un lobby local qui aurait amené la compagnie d’aviation malaysienne à stopper ses opérations chez nous. « The sudden decision could be due to peer pressure by local ethnic groups, lobbying to the authorities in Mauritius to stop the highly successful flights », peut-on lire sur le site.

Shakeel Mohamed, le chef de file du Ptr au parlement, dit que cette situation l’interpelle. « Cette décision aura son importance sur le tourisme et, éventuellement, sur l’économie mauricienne», avance-t-il. le député rouge dit qu’il faut cesser avec la politique de monopole de la compagnie nationale Air Mauritius. « Ce n’est pas possible qu’à chaque fois qu’une autre compagnie aérienne décide de s’implanter à Maurice, on la voit partir, au bénéfice d’AML », souligne le député rouge. Il est d’avis que c’est la compétition qui amènera une meilleure qualité de services au sein de la compagnie nationale.

En ce sens, il fait un appel au Premier ministre, Pravind Jugnauth pour qu’il prenne les choses en main. « Il faut qu’il trouve une ouverture pour une nouvelle compagnie aérienne à la place d’Air Asia X, il ne faut pas se fier à AML seulement». Il se pose des questions quant à l’avenir du Corridor Afrique-Asie.

Pour sa part, un expert en aviation a affirmé que toute cette affaire est « louche », car « c’est étrange de voir une compagnie de la trempe d’Air Asia X arrêter ses opérations, cinq mois seulement après son implantation à Maurice ».

Pour Bissoon Mungroo, membre du Board d’Air Mauritius, c’est une décision « qui devait être prise depuis un certain temps ». Il est d’avis que cette décision est due au fait que la direction de la compagnie aérienne Air Asia X n’a pu couvrir ses coûts. Par rapport au “lobby allégué”, il le réfute catégoriquement, “sinon le gouvernement ne lui aurait même pas accordé un permis pour opérer à Maurice”, insiste-t-il.