Actu de l'ile Maurice
Actualités

Bérenger demande la suppression de la taxe de Rs 4 sur le carburant

Bérenger demande la suppression de la taxe de Rs 4 sur le carburant

Si le gouvernement avait éliminé la surtaxe de Rs 4 placée au Build Mauritius Fund, l’augmentation des prix du carburant n’aurait pas été nécessaire.

C’est l’avis de Paul Bérenger, qui intervenait ce samedi lors d’un point de presse. « Il n’y avait pas lieu d’augmenter les prix du carburant, il fallait simplement éliminer la surtaxe de Rs 4 du Build Mauritius Fund qui a rapporté Rs 1,625 milliard en 2015/16 alors que cette taxe était censée régler le problème d’eau et seulement Rs 10 millions ont été dépensées pour l’eau et Rs 300 M ont été transférés aux fonds du gouvernement », a dit le leader des mauves. Pour lui, la surtaxe est plus forte que le taux d’augmentation des prix du carburant.

Pour ce qui est des résultats à Rodrigues, Paul Bérenger avance que « cette réforme a été approuvée par le Parlement en présence de Serge Clair et par l’Assemblée régionale de Rodrigues et la Commission électorale avait l’obligation d’appliquer la loi ». Il ajoute que le MR a eu 43% de votes et seulement 2 sièges et OPR a eu 57 % et 10 sièges, « c’est bon ce qui est arrivé avec le système de proportionnelle à Rodrigues ».

Le leader du MMM revient à la charge avec une réforme électorale à Maurice, « car le système First Past The Post est injuste contre la démocratie, on ne peut continuer avec des 60-0, il faut une proportionnelle comme en Afrique du Sud et en Israël et plus la dose de proportionnelle est forte, plus il y aura de la stabilité ». Il dit qu’avec ce gouvernement, il ne faut pas compter sur une réforme électorale, ni une loi sur la ‘Declaration of Assets’ ou sur le transfugisme.

Le leader du MMM prend position pour la présidente de la République : « Il est inconcevable que le gouvernement ne permet pas à la présidente de choisir ses collaborateurs et veut imposer les leurs, c’est contraire à l’esprit de la Constitution ».

Quant à la polémique autour d’Air Asia X, Paul Bérenger dit ne pas croire en un quelconque lobby de la part de Maurice, « si l’entreprise s’est cassée le nez, c’est normal qu’elle cesse ses activités, mais pour ce qui est d’Air Mauritius, elle voudrait garder le monopole et n’aime pas les autres compagnies compétitrices ».

Jean-Claude Dedans