Actu de l'ile Maurice
Turf

Opinion: Vu et entendu !

Opinion: Vu et entendu !

Et comment ils étaient encombrants ces rideaux. S’ils n’étaient pas là, on aurait pu mieux interpréter les évènements. Des petites brisailles, charriées probablement par les contours des collines entourant le Champ-de-Mars nous ont cependant permis d’entendre quelques bribes de cette première empoignade de la saison hippique. On a entendu un « batté rendé pas faire di mal » plein de… sous-entendus. Cette petite phrase lancée comme ça amène en elle-même son lot de questions. « Je n’ai plus le soutien du board », dixit Pierre du Mée post-course. Est-ce cette réunion marathon entre nouveaux et anciens commissaires qui l’a amené vers ce constat ? Ces fichus rideaux nous ont coupé tout contact avec le meeting de mercredi matin du ‘best six’, sinon on aurait pu mieux comprendre les raisons d’une démission, préméditée pour l’un, et coup de tête pour l’autre. 190 dans un camp et 180 dans l’autre. On parle bien sûr de la récolte pré-électorale de proxys. Presqu’à égalité. Les entendus ne nous aident guère à y voir plus clair, essayons les vus.

Retrait d’Amar Deerpalsing une semaine avant. Aucune explication! Plus que cinq partants, Hossenboccus Sheikh Mukhtar, Frantz Merven, Gilbert Merven, Antish Ramdhany et Rajkamal Taposeea. Sur la ligne du départ, c’est au tour de Sheikh Mukhta Hossenboccus d’être déclaré non-partant. Aucune explication! Plus que quatre. Les quatre rescapés s’observent, mais pas d’autre retrait, la course aura bel et bien lieu entre un ancien président et sa doublure et un président à venir et son colistier. Mettons la suite dans le contexte d’une épreuve hippique. Ça donne ça.

Le départ est donné avec un Merven devant, pas Gilbert mais Frantz, suivi de Taposeea. Loin, très loin derrière on retrouve le duo Gilbert et Ramdhany. A l’entrée de la ligne droite finale, les deux poursuivants tentent en retour en force. Mais la messe était dite, Merven/Taposeea premiers, Merven/Ramdhany, battus à plate couture, deuxième. Le public est avisé qu’il peut déchirer son billet, car il n’y aura pas de contestation. Toujours dans le noir, même si les résultats sont clairs comme l’eau de roche. Pourquoi deux retraits de candidature ? Pourquoi tant de proxy’s ? Pourquoi… On n’en finira jamais.

Les faits sont que Gilbert Merven n’arrive toujours pas à se débarrasser du spectre des Rottweillers britanniques. Mukesh Balgobin prône le renouveau, le changement, une nouvelle façon de diriger. A ceux qui partent, basta. Bien le bonjour aux nouveaux arrivants. Du sang nouveau, pourquoi pas ? Et quid du sixième homme ? Jean-Michel Giraud, qui aura vu pouponner son poulain au bas de l’escalier menant à son sacre ? Anoop Madhow, vu dans les parages, à l’heure de la réunion du ‘best six’. Du sang nouveau, pourquoi pas ?

Nous turfistes, notre principal souci est que tout soit transparent pour la saison 2017. Point barre.