Actu de l'ile Maurice
Agenda

[Vidéo] De la Suisse au lac sacré

[Vidéo] De la Suisse au lac sacré

Ils sont venus de très loin pour participer à la marche vers Grand-Bassin. Eux, ce sont deux Suisses, la cinquantaine, qui ont pris l’avion pour Maurice, non pas pour des vacances, mais pour le pèlerinage. « Normalement, chaque année mon mari et moi nous allons en Inde pour des pèlerinages, mais cette année nous avons choisi l’île Maurice pour venir nous recueillir devant le Dieu Shiva », nous dit Claudia, dont son nom spirituel est Prachamadri. Son mari se prénomme Bert avec comme nom spirituel Madan Gopal.

Pourquoi ces nom spirituels ? A cette question, la Suissesse répond que son mari et elle se sont convertis à l’hindouisme et sont des adeptes d’Iskon depuis quatre ans : « Nous adorons le Dieu Krishna, mais aussi le Dieu Shiva, les deux prêchent l’éternel et l’amour de l’autre ».

Les deux ont marché depuis La Flora où ils logent : « Le temps est clément et la marche n’est pas astreignante et nous sommes heureux de venir vers le lac sacré ; nous allons passer la nuit ici et demain nous allons retourner chez nous toujours à pied » nous dit Prachamadri. Les deux Suisses ont tout prévu : ils avaient dans leurs sacs des nattes et des couvertures. Ils se disent « émerveillés par cette ferveur, cette joie de vivre, les beaux ‘kawars’, c’est différent ici comparativement en Inde ».

Parmi les milliers de pèlerins, il y avait beaucoup de vieilles dames. Inside News s’est arrêtée vers l’une d’elles pour savoir ses sentiments sur le pèlerinage et le besoin de le faire. Elle s’appelle Sarita Baichoo : « Depi 6h30 nous fine quitte la case, mo sorti depi Bonne Mère ». La septuagénaire, portant un joli sari, casquette sur la tête, se dit heureuse de pouvoir encore faire le pèlerinage : « Tou les ans mo fer moi ene devoir pou vine Grand-Bassin et mo pas fatiguée di tout », nous dit-elle tout sourire. Puis, elle reprend sa marche vers le lac sacré pour les rituels pour ensuite reprendre le chemin du retour après un petit repos bien mérité.

Jean-Claude Dedans