Actu de l'ile Maurice
Uncategorized

[Vidéo] Bollywood : Le CBFC refuse de certifier ‘Lipstick Under My Burkha’

[Vidéo] Bollywood : Le CBFC refuse de certifier ‘Lipstick Under My Burkha’

Il a encore frappé ! Avec un nombre limité de scandales depuis l’immense polémique autour de l’excellent Udta Punjab, on aurait pu penser que le CBFC avait retenu la leçon et qu’il commençait à accepter son rôle limité dans une société modernisée n’ayant plus vraiment besoin de dictateur de conscience. Bien évidemment, c’était trop espérer ! On vient d’apprendre ce matin que le CBFC a refusé de certifier Lipstick Under My Burkha, interdisant par la même occasion sa sortie dans les salles indiennes.

Ce film réalisé par Alankrita Shrivastava et produit par Prakash Jha réunit notamment Konkona Sen Sharma et Ratna Pathak Shah pour un scénario au propos radicalement féministe et libertaire. Le film suit le parcours de plusieurs femmes et traite la question du désir sous l’angle des générations, de la condition sociale ou de la religion. Un sujet osé et provocateur assumé avec courage qui a permis à Lipstick Under My Burkha d’être salué dans divers festivals, notamment le Tokyo International Film Festival. Le film a également remporté le Oxfam Award du Meilleur Film sur l’Egalité des Genres. Mais avec un propos osé et à contre-courant de la pensée conservatrice, ne fallait-il pas se douter que le CBFC allait contester une telle réalisation ? La réponse semble tristement évidente.

Ainsi, le producteur Prakash Jha a reçu une lettre du CBFC expliquant l’impossibilité de certifier le film autrement dit de lui donner l’autorisation de sortir en salles. Dans les raisons du refus de certifier le film, on trouve bien évidemment les scènes de sexe, les dialogues explicites et une approche “un peu délicate d’une certaine section de la société”. Cependant c’est bien la première phrase qui suscite le choc et la révolte de plusieurs membres de l’industrie, dont Farhan Akhtar qui s’est librement exprimé aujourd’hui contre le CBFC.

En effet, la toute première raison de refus est expliquée ainsi : “L’histoire a une orientation féminine, traitant de leurs fantasmes dans la vie”. Oui, en 2017 il est encore possible d’interdire la sortie en salles d’un film pour la simple raison qu’il évoque le désir féminin et que l’orientation de son propos soit en faveur de la libération des femmes. L’argument, en plus d’être aberrant, prouve une fois encore que le CBFC n’a toujours pas compris que sa raison d’exister doit se limiter au fait d’établir la classification des films (-12 ans, -18 ans, etc) et non pas de décider ce que le public a le droit de voir ou non. Avec un film radicalement indépendant à si petit budget, il est difficile de savoir si la lutte nécessaire aura réellement lieu. Udta Punjab avait été sauvé par un soutien unanime de la part de tous les grands noms de l’industrie, mais malheureusement Lipstick Under My Burkha risque de ne pas recevoir un tel soutien. On souhaite à ce film courageux de se battre jusqu’au bout pour arracher la sortie qu’il mérite.