Actu de l'ile Maurice
Uncategorized

Bollywood : Box-office de début de semaine

Bollywood : Box-office de début de semaine

Des critiques réputés qui crient au génie, le mot chef-d’œuvre écrit dans plusieurs articles de journaux influents, des artistes de grande ampleur autour du projet…mais à l’arrivée Rangoon confirment les grandes craintes que l’on avait à son égard sur le plan du box-office. Après un départ catastrophique aux alentours de 5-6 crores, le film n’a non seulement manifesté aucune progression mais il a même légèrement chuté le long du week-end. En résulte un week-end estimé à 15 crores (on attend encore les chiffres officiels). Pour ordre de comparaison, Bombay Velvet avait remporté 16 crores sur ses trois premiers jours. Une comparaison malheureusement une fois encore appropriée : deux cinéastes au talent immense, réputés dans le monde du cinéma d’auteur, qui tentent d’apporter leur vision artistique à un projet colossal et gros budget, le tout entouré d’un casting trois étoiles.

Le résultat est frappant : un désastre immédiat et total qui entraîne d’immenses pertes pour les producteurs. Avec une telle performance, Rangoon pourrait même arrêter sa course finale au dessous de la barre des 30 crores… Un sort catastrophique pour un film ayant coûté 70-75 crores. C’est malheureusement un DESASTRE au box-office. Cet échec nous révèle beaucoup de choses sur l’industrie indienne ainsi que le public en général…

Tout d’abord, on y constate l’immense décalage entre les grands critiques, les intellectuels, les cinéphiles (une partie du public citadin et des multiplexes) et le grand public dans sa majorité. Si les industries occidentales peuvent se permettre de confier de budgets conséquents à des cinéastes plus indépendants, cela relève du suicide en Inde. On se trouve face à un grand public qui peine à sortir de sa zone de confort et qui n’a pas les connaissances cinématographiques nécessaires pour apprécier un cinéma jugé trop “ennuyeux” (un des adjectifs qui revient le plus sur les sites indiens lorsqu’il s’agit de film indépendant). Des cinéastes comme Bhardwaj ou Kashyap on beau vouloir faire évoluer les choses, pousser le public vers quelque chose de plus profond avec un aspect plus commercial que leurs films habituels, le décalage reste trop immense pour qu’il en résulte autre chose qu’un désastre.

Un bien triste constat qui risque de condamner de nombreux cinéastes indépendants indiens à se limiter aux petits budgets s’ils veulent faire du profit et surtout continuer à produire des films. Pour le reste du box-office, Jolly LLB 2 s’accroche avec un total de 110,71 crores et The Ghazi Attacks reste stable avec un total hindi de 15,05 crores, pour un total de 35,45 crores dans tout le pays…encore une fois la preuve qu’un tout petit budget aide grandement lorsqu’on compte sur le bouche-à-oreille pour s’en sortir.