Actu de l'ile Maurice
Actualités

Carte d’identité numérique: les contestataires prennent position ferme

Carte d’identité numérique: les contestataires prennent la position ferme

La plateforme ‘No to Biometric on ID Card’, la CTSP (Confédération des Travailleurs du Secteur Privé), le groupe Cannabis Legalization And Informative Movement (CLAIM), ReA(Rezistans ek Alternativ),Free Art, L’Union of the Artisans of the Sugar Industry( UASI) , le groupe RAFAL ainsi que le Mouveman Premier Mai (MPM) ont uni leur voix dans un même combat. Les membres s’opposent fermement à la nouvelle carte d’identité dont la date limite pour se la procurer est le 31 mars 2017.

Face à la presse ce vendredi 17 mars, ces contestataires ont lancé un appel à d’autres mouvements ainsi que les membres du public à se joindre à eux. Ils organisent un rassemblement le 24 mars prochain. L’heure et le lieu n’ont pas encore été communiqués pour le moment. Jeff Lingaya, porte-parole de la plateforme ‘No to Biometric on ID  Card’ indique qu’une série d’actions ‘ferme’ sera organisée à partir de cette date. « nous pou regroupe enn maximum dimoune qui pe tenir ferme lor zot conviction, nous pu al devant biro NIC à partir sa zour la pou ena enn point de rencontre soutenu » indique le travailleur social.

Il affirme que l’Etat oblige les membres du public à faire une ‘action illégale et immorale’. Selon lui, le consentement du citoyen a été bafoué depuis le début. Jeff Lingaya ajoute que « zot bizin donn nou enn vrai choix pou enn vrai consentement ».

D’autre part, le porte-parole de la plateforme remet en question les chiffres avancés par le ministère des TIC.  Jeff lingaya affirme que les données fournies par le gouvernement  sont « bizarres ». Selon le contestataire il y a beaucoup plus de personnes qui ne se sont toujours pas enregistrées pour l’obtention de la nouvelle carte d’identité.

Le travailleur social se demande si les politiciens qui ne sont plus dans l’hémicycle, à l’instar de l’ex Premier ministre Navin Ramgoolam, sont à l’aise pour aller donner leurs empreintes. Jeff Lingaya n’a pas été tendre envers l’ex ministre de la Bonne Gouvernance.  Il s’interroge «  Eski Roshi Badain péna enn devwar pou vinn dire la populasion si sa nouveau carte la pas enn danzer pou nou ?? »