Connect with us

Monde

Un pêcheur philippin secouru après avoir dérivé 56 jours en mer

Published

on

Un pêcheur philippin secouru après avoir dérivé 56 jours en mer

Un pêcheur philippin âgé de 21 ans, a été secouru au large de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, après avoir dérivé 56 jours en mer. Un bateau de pêche a retrouvé le 9 mars le jeune homme particulièrement affaibli et sans nourriture à bord.

Après 56 jours en mer, un pêcheur philippin a été secouru au large de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le jeune homme âgé de 21 ans a pu survivre en buvant de l’eau de pluie. Son oncle qui voyageait à ses côtés n’a pas survécu, a raconté samedi à l’AFP la mère du survivant.

Selon le journal papouasien Post Courier citant la police locale, un bateau de pêche a retrouvé le 9 mars le jeune pêcheur, Rolando Omongos, affaibli et hagard alors qu’il dérivait, sans nourriture à bord. Il a été transporté à Rabaul, sur l’île papouasienne de Nouvelle-Bretagne, où il a été examiné par des médecins. Le jeune homme se trouve toujours à bord du bateau pendant qu’est organisé son voyage de retour aux Philippines, selon le Post Courier.

Sans nourriture ni carburant

En janvier, une tempête avait éloigné le canot dans lequel il se trouvait avec son oncle de leur navire de pêche, parti le 21 décembre du port de General Santos, a expliqué à l’AFP la mère du survivant Rosalie Omongos. Tous deux se sont alors retrouvés sans carburant, sans nourriture et sans matériel pour pêcher, a poursuivi cette femme âgée de 40 ans qui est également la soeur de l’homme décédé. “Rolando m’a dit qu’ils avaient perdu leur voix en une semaine et que mon frère est mort ensuite. Mon fils dit qu’il a pleuré mais que ses yeux étaient secs”.

“Il m’a dit avoir gardé le corps de son oncle à bord au cas où un bateau viendrait les secourir mais il a fini par le jeter à l’eau quand il a commencé à sentir mauvais”, a-t-elle ajouté, précisant avoir parlé à son fils le 12 mars, trois jours après son sauvetage.

La peau “brûlée par le soleil”

Rolando et son oncle, âgé de 31 ans, ont recueilli de l’eau de pluie dans un récipient en plastique pour la boire, a-t-elle indiqué. “Ils ont souffert de la faim et de la soif, leur peau était brûlée par le soleil”.

Quand le navire de pêche est rentré après la tempête avec son équipage sans Rolando et son oncle, la famille les a crus morts tous les deux. “C’est difficile pour nous d’accepter la mort de mon frère mais nous avons été très heureux en apprenant que mon fils était vivant”, a dit la mère du survivant.

Le patron des deux hommes a déclaré le sauvetage de Rolando et la mort de son oncle aux garde-côtes philippins le 10 mars. Ni les garde-côtes, ni la mère de Rolando ne savaient quand il pourrait rentrer chez lui. Son employeur n’a pu être joint samedi.

Advertisement

Monde

Manifestations en Corée du Sud, les craintes des uns face aux attentes des autres

Published

on

Manifestations en Corée du Sud, les craintes des uns face aux attentes des autres

Manifestations en Corée du Sud, les craintes des uns face aux attentes des autres

Le Sommet des deux Corées a déjà été fixé pour ce vendredi 27 avril. Tandis que les deux dirigeants Coréens se montrent favorables aux pourparlers, la tension monte en Corée du Sud.

À un jour du sommet des deux Corées,  la tension est palpable. Des manifestations ont été tenues en Corée du Sud. Alors que la semaine dernière, une ligne directe avait été établie entre les deux dirigeants Coréens Moon Jae-in et Kim Jong-un, des manifestants ont descendu aujourd’hui dans les rues pour contester le sommet.

Tandis que ce sommet laisse entrevoir l’espoir de la paix entre le sud et le nord, les nationalistes Sud Coréens prennent, quant à eux, contrepartie de cette vision pour le moins utopique. Ainsi, une portion de la population sud coréenne se montre très sceptique à ce sujet. Ces derniers gardent toujours des séquelles du passé épineux entre les deux Etats voisins. Les manifestants déclarent que ce sommet est une mascarade et que le dirigeant Nord Coréen, Kim Jong-un, n’est pas prêt à enterrer la hache de guerre. Ce dernier, a annoncé il y a une semaine l’arrêt des essaies nucléaires, une déclaration qui sonne, néanmoins, faux aux oreilles des nationalistes sud coréens.  Ces derniers s’appuient sur la guerre de Corée, suite à laquelle l’Etat Nord Coréen avait failli à honorer les engagements bilatéraux, notamment des sur le sujet qui fâche : les essaies nucléaires.

Pour une réunification « Illuminer nos vies malgré les circonstances… »

Photo d’illustration

Hormis ceux qui s’opposent à ce sommet, certains sud coréens espèrent vraiment la fin des conflits. La nouvelle génération fait parti de ceux qui adhèrent à l’idée d’une possible réunification. Cette jeunesse, espèrent grâce à l’assouplissement  des relations, des échanges culturelles. Parallèlement, bon nombre de personnes se sont réunis à Seoul afin de se recueillir. Ainsi, de nombreux religieux se sont groupés et ont illuminés des flambeaux, afin de transmettre un message fort, à moins de 48 heures du sommet.  Les flambeaux illustrent « comment nous sommes capables d’illuminer nos vies malgré les circonstances… », a déclaré un religieux.

Dans l’attente du sommet, et suite aux descentes dans les rues, les forces de l’ordre ont été déployées pour  parer à toute éventualité.

 

Continue Reading

Monde

Corée du Nord/Corée du Sud: Une rencontre historique ce vendredi entre Kim Jong Un et Moon Jae-In

Published

on

Kim Jong Un et Moon Jae-in se retrouveront pour un sommet historique ce vendredi. Deux sujets sensibles, les essais nucléaires nord-coréens et l’éventualité d’un traité de paix pour mettre fin formellement à la guère de 1950-53, devraient être évoqués. Le monde retient son souffle…

Une rencontre historique à la frontière. Ce vendredi, les dirigeants des deux Corées se retrouveront sur La ligne de démarcation militaire qui divise la péninsule, en vue de leur sommet. Un événement qui promet d’être hautement symbolique: lorsque Kim Jong Un franchira cette ligne, il deviendra le premier dirigeant nord-coréen à fouler le sol sud-coréen depuis la fin de la Guerre de Corée, il y a 65 ans.

Ce sommet sera seulement le troisième du genre, après deux réunions intercoréennes à Pyongyang en 2000 et 2007, et résulte de l’effervescence diplomatique qui s’est emparée ces derniers mois de la péninsule. La réunion doit être le précurseur d’un autre face-à-face historique très attendu, entre Kim Jong Un et le président américain Donald Trump.

La question de l’arsenal nucléaire nord-coréen devrait figurer parmi les sujets prioritaires. En 2017, Pyongyang a mené son essai nucléaire le plus puissant à ce jour et testé des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) mettant à sa portée le territoire continental des États-Unis.

Des tensions qui semblent s’apaiser depuis que Kim Jong Un a annoncé le 1er janvier, à la surprise générale, la participation de son pays aux jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang, au Sud. Un rapprochement spectaculaire s’en est suivi.

Les deux dirigeants pourraient aussi aborder la question d’un traité de paix pour mettre formellement un terme à la Guerre de 1950-1953. Le conflit s’était achevé sur un simple armistice si bien que les deux pays sont toujours techniquement en guerre. La reprise des réunions de familles divisées par la guerre pourrait également être discutée.

Après la séance du matin, les deux dirigeants iront à pied vendredi jusqu’à la Maison de la paix, où fut signé l’armistice.  Par la suite, les deux délégations déjeuneront chacune de leur côté, les Nord-Coréens franchissant la frontière dans l’autre sens pour leur collation.Et avant que début la séance de l’après-midi, Kim Jong Un et Moon Jae-In planteront un pin. Cet arbre “représentera la paix et la prospérité sur la Ligne de démarcation militaire, qui est le symbole de la confrontation et de la division depuis 65 ans”, a ajouté Im Jong-seok.

La terre viendra du Mont Paektu, endroit sacré aux yeux des Nord-Coréens, et du Mont Halla, sur l’île sud-coréenne de Jeju. Après la signature d’un accord, un communiqué conjoint devrait être publié.

Continue Reading

Monde

Insolite : Jake et Esme, ces jumeaux nés avec 5 ans d’écart

Published

on

Insolite : Jake et Esme, ces jumeaux nés avec 5 ans d’écart

Insolite : Jake et Esme, ces jumeaux nés avec 5 ans d’écart

L’incroyable histoire de ces jumeaux Jake et Esme qui font le buzz actuellement en Angleterre. Ils sont des vrais jumeaux, nés à cinq ans d’intervalle, car leurs parents avaient décidé de congeler l’un des deux embryons. L’histoire insolite de cette famille anglaise fait la Une de l’actualité.

En 2011, après avoir eu des complications de concevoir de nouveau, Claire et Ben Seddon se sont rendus dans un centre de fertilité de Manchester pour commencer un traitement de fertilité. Avec le programme pas moins de huit embryons se sont produits, parmi deux embryons étaient du même ovule, des jumeaux !

Certes au lieu d’opter pour une grossesse gémellaire, Claire Seddon avait décidé d’implanter un seul des embryons et a donné naissance en avril 2012 à Jake, un petit garçon. Quant a l’autre embryon, il a été conservé et congelé pendant cinq ans jusqu’à le couple décide de mettre au monde leur troisième enfant.

Et voila qu’une petite fille a vu le jour en février 2017, Esme. Elle reste la jumelle de Jake bien que cinq ans après. Claire Seddon s’est exprimée : « Jake adore le fait d’avoir une petite sœur. Il est tellement gentil avec elle, ils ont attendu longtemps avant de se rencontrer et d’être réunis à nouveau ! ».

Continue Reading

Trending