Actu de l'ile Maurice
Faits Divers

[Vidéo] Licenciée et abandonnée par son concubin : Enceinte, Shaheen contrainte de se prostituer

[Vidéo] Licenciée et abandonnée par son concubin : Enceinte, Shaheen  contrainte de se prostituer

Elle avait été surprise par des policiers en train de vendre ses charmes à un inconnu à Quatre-Bornes, dans la nuit du 30 mars. Conduite au poste de police de Sodnac, la version que donnera Shaheen, 26 ans, ne laissera pas insensibles les policiers. Abandonnée par son concubin, leur dit-elle, elle est contrainte de se prostituer pour nourrir ses deux enfants âgés de 6 ans et 2 mois. Nous l’avons rencontrée ce mardi 4 avril.

Shaheen semble visiblement nerveuse. Pour cause, c’est la première fois qu’elle aborde le sujet. « Personne n’est au courant que je me prostitue. Mo gagn honté pour fer sa mais mo oblizé parski mo bann fami finn rezet mwa».

Les déboires de Shaheen ont commencé il y a un an. Mère d’un enfant de cinq ans né d’une première union, elle fait la connaissance de Ziad, un jeune homme de 25 ans. Pour Shaheen, c’est un conte de fée. Un nouveau départ pour elle, car depuis son jeune âge, elle a été rejetée par sa famille ainsi que sa mère. Celle-ci lui reprochait d’avoir raté sa vie et qu’elle ne faisait pas honneur à la famille.

A cause de ses problèmes de santé (elle est asthmatique) Shaheen, employée depuis deux ans dans une pâtisserie, est licenciée. Peu de temps après, elle apprend qu’elle est enceinte. Lorsque le père est mis au courant, ce dernier se montre distant et violent envers Shaheen. « J’avais appris qu’il avait une autre femme dans sa vie. Puis, du jour au lendemain, il m’a abandonnée. Je n’ai plus eu de ses nouvelles jusqu’à ce jour», soupire-t-elle. Enceinte de trois mois avec un enfant en bas-âge, Shaheen se retrouve sans rien. « Il arrivait que nous dormions l’estomac vide. J’ai cherché du travail dans plusieurs magasins mais personne n’a accepté de m’embaucher car j’étais enceinte. Mo leker ti  pe fer mal letan mo realiser ki mo zenfant pena narien pou manzer». C’est à ce moment-là qu’elle décide de se prostituer. (voir et écouter son témoignage). « Je loue une chambre à Rs 1500 chez une dame. C’est elle qui surveille mes enfants lorsque je me rends à Quatre-Bornes tous les soirs. Je n’ai pas seulement peur de faire ce que je fais. J’ai honte…». Tout ce qu’elle désire c’est d’avoir une vie normale pour son bien-être et celui de ses enfants.