Connect with us

Actualités

Madagascar : un nouvel élément dans l’affaire sur le kidnapping de Yanish Ismaël

Published

on

Madagascar : un nouvel élément dans l’affaire sur le kidnapping de Yanish Ismaël

Trois jours après le kidnapping d’Yanish Ismaël, dont son papa est d’origine mauricienne,  le propriétaire du 4X4 utilisé par les ravisseurs aurait pu être identifié.

La police malgache vient d’annoncer que l’identité du propriétaire du 4×4 utilisé par les kidnappeurs lors de l’enlèvement d’Yanish Ismaël est désormais connue, rapporte Midi Madagascar.
Le nom de la personne en question n’a pourtant pas été dévoilé, tout ce que l’on sait c’est qu’il s’agit d’un Malgache. Ce dernier va aussi être auditionné sans tarder, selon les policiers.
A titre de rappel, Yanish Ismaël qui est fils de Daniel Ismaël, un important opérateur économique à Madagascar, a été kidnappé le dimanche 14 mai dernier en fin de matinée à la sortie d’un lieu religieux.
La famille de l’homme kidnappé n’a pas porté plainte. La police a tout de même pris l’initiative d’ouvrir une enquête pour une saisie d’office. Aucun des policiers chargés de l’enquête n’est entré en contact avec les proches de la victime d’enlèvement, jusqu’ici.
La communauté indienne de nationalité française à Madagascar a notamment réclamé le soutien de l’Etat français. Par contre, elle n’a rien demandé auprès du gouvernement malgache.
Ce dernier s’est manifesté lundi dernier pour condamner cet acte de kidnapping. Dans la foulée, il a aussi promis de faire le nécessaire pour éradiquer ce fléau qui touche la cimmunauté indienne.

Véronique Vouland-Aneini s’insurge

 

Selon l’ambassadrice de France à Madagascar, la recrudescence du kidnapping atteint un niveau inacceptable. Une situation qui risque de plomber l’image de Madagascar auprès des investisseurs surtout.

 

Inacceptable. Ce mot a été utilisé par Véronique Vouland-Aneini en réaction à la recrudescence des rapts des membres de familles d’opérateurs économiques de nationalité française, ces derniers temps, selon Midi Madagascar.
« C’est inacceptable. La recrudescence du kidnapping est très mauvais pour l’image de Madagascar vis-à-vis des investisseurs », a déclaré la diplomate, en marge d’une réception à l’occasion de la fête nationale de la Norvège à Ivandry. La diplomate a fait part de son inquiétude et a regretté la nouvelle frénésie que semble connaître le phénomène de rapt de Français d’origine indienne, alors qu’« il y a deux mois de cela, j’ai rencontré le président de la République pour parler du cas de cette communauté ».
Les opérateurs d’origine indienne et pakistanaise, de nationalité française pour la plupart, et les membres de leur famille sont fréquemment la cible des kidnappeurs. Des actes criminels, où les ravisseurs monnaient à prix fort la libération des captifs. Les autorités semblent avoir du mal à mettre fin au phénomène, bien que des arrestations aient déjà été faites. Deux évènements récents ont, semble-t-il, entraîné la consternation générale auprès des ressortissants français de Madagascar.
Le premier s’est déroulé à Ambohibao. Un élève du lycée Français a été kidnappé par un gang armé, au nez et à la barbe de policiers, alors qu’il attendait le bus scolaire à Ambohibao le 11 avril. Le second s’est déroulé à Ilafy dimanche. Alors que la famille de Yanish se recueillait sur la tombe d’un proche, une douzaine d’hommes armés de gros calibres ont emmenés de force Yanish Ismaël, fils de Danil Ismaël, président du groupe SMTP
« Je considère qu’un enfant français enlevé sur le chemin de l’école est un mauvais signal envoyé à l’ensemble de communauté scolaire et éducative. Pour nous, il n’y a pas de distinction, quelle que soit l’origine, le lieu de naissance, la couleur de la peau, la confession de l’enfant, c’est un élève et sa sécurité nous préoccupe », a déclaré Jean-Hervé Fraslin, conseiller consulaire des français de Madagascar

 

Advertisement

Actualités

Des structures limitées pour accueillir les SDF

Redacteur

Published

on

Des_structures_limitées_pour_accueillir_les_SDF

Des structures limitées pour accueillir les SDF

Les structures pour accueillir des sans domicile fixe (SDF) sur le long terme sont quaisi-inexistants à Maurice. Ils ne sont pas nombreux non plus les abris de nuit, qui comme dans certains pays, disposent d’un lit et offrent des repas chaud aux SDF.

A Maurice, l’association Caritas dispose de deux abris de nuit pour accueillir et accompagner les SDF dans leur réhabilitation sociale, dont une se trouvant à Trou-Fanfaron, alors que la deuxième est située à Saint-Jean. Les portes s’ouvrent à 16h. Pas question de fumer et de consommer de l’alcool dans les abris. Avec des horaires très stricts, les sans-abri peuvent s’y rendre pour se doucher et dîner, tout en aidant aux tâches communes. Toutefois, les pensionnaires d’un soir doivent quitter les lieux après avoir passé la nuit car les abris n’opèrent pas en journée. Selon les législations, l’abri de nuit n’a ni le droit de forcer quelqu’un à rester, ni d’accueillir du monde au-delà de ces horaires.

Il faut aussi savoir que ces rares abris disposent des ressources bien limitées. A titre d’exemple, des dizaines de SDF arpentent les rues de la capitale, mais moins de 50 d’entre eux peuvent être accommodés dans des structures existantes.

Et quid pour les dames ?

Durant le jour il y en a qu’une seule ONG qui s’occupe des femmes sans-abri, soit celle de l’ONG Passerelle de St-Pierre. L’objectif de cette association est d’assurer la prise en charge de ces femmes tout en les accompagnant sur le plan légal et médico psycho-social. Toujours limité en matière d’espace, ce centre ne peut accueillir que 20 personnes pour le moment. Depuis 2016, plus de 25 femmes SDF sont accueillie par mois. Plus de 70 % de ces femmes  sont accompagnées de leurs enfants. Par contre, le nombre des femmes SDF est difficile à évaluer car la plupart d’entre elles se cachent de peur d’être agressés.

Dans ce contexte, il fait aussi citer l’ONG Faith à Grande Rivière qui offre de la nourriture, Lakaz A à Port-Louis qui peut accommoder une vingtaine de personnes durant la journée.

Avinash Dhondoo

Continue Reading

Actualités

Débats budgétaires – Fazila Jeewa-Daureeawoo: «Ce budget établit la balance entre les mesures sociales et la croissance»

Georges Alexandre

Published

on

Débats budgétaires – Fazila Jeewa-Daureeawoo: «Ce budget établit la balance entre les mesures sociales et la croissance»

Débats budgétaires – Fazila Jeewa-Daureeawoo : «Ce budget établit la balance entre les mesures sociales et la croissance»

Lors de son intervention lors des débats budgétaires, ce mardi 19 juin, à l’Assemblée Nationale, la ministre des Administrations Régionales, Fazila Jeewa-Daureeawoo affirme : «Ce présent budget établit la balance entre les mesures sociales et la croissance économique»

Il souligne que ce budget préconise 16 mesures pour améliorer la qualité de la vie des personnes handicapées, les chômeurs, les Petites et Moyennes Entreprises, le logement social, alléger le fardeaux des contribuables, entre autres.

Fustigeant l’opposition parlementaire pour son «manque de sérieux», la ministre des Administrations Régionales vante les qualités du Premier ministre et ministre des Finances. «C’est quelqu’un qui est toujours prêt à écouter. Il a pris tout son temps pour diriger le pays. Je crois fermement qu’il fera de son mieux pour rehausser la qualité de vie de la population», dit-elle.

S’agissant les mesures énoncées pour les personnes âgées, Fazila Daureeawoo affirme : «La priorité est veiller à ce que les personnes âgées aient un bon encadrement. L’important est la mise en œuvre des mesures ciblées.»  Elle soutient que le gouvernement est très concerné par le sort des aînés.

Elle loue les efforts du gouvernement qui a augmenté la Carer’s Allowance et annoncé le projet pour la mise en place de deux Day Care Centres, l’un à Bambous et l’autre à Chemin Grenier… «Il est un fait que le gouvernement veut faire de Maurice une société inclusive et œuvrer pour rehausser la qualité de vie des personnes handicapées», dit-elle.

Fazila Jeewa-Daureeawoo dit noter que le Grand Argentier a énoncé des mesures excellentes pour l’égalité des genres à Maurice. «Le Premier ministre s’est engagé à faire son maximum pour l’émancipation de la gente féminine. Je crois fermement que les femmes et les jeunes filles seront libérées de toute forme de discrimination», renchérit-elle.

 

Continue Reading

Actualités

Débats budgétaires – Yogida Sawmynaden: « Pravind Jugnauth, avec ses trois derniers budgets, a relancé l’économie»

Georges Alexandre

Published

on

Débats budgétaires – Yogida Sawmynaden: « Pravind Jugnauth, avec ses trois derniers budgets, a relancé l'économie»

Débats budgétaires – Yogida Sawmynaden: « Pravind Jugnauth, avec ses trois derniers budgets, a relancé l’économie»

«Les Mauriciens savent que « we mean business » et que Pravind Jugnauth, avec ses trois derniers budgets, a relancé l’économie. Il a surtout toujours misé sur l’allègement du fardeau des Mauriciens avec des mesures telles que la baisse du prix des carburants, de la bonbonne de gaz et diverses mesures fiscales visant à augmenter, de manière significative, le pouvoir d’achat des mauriciens» : propos de Yogida Saqwmynaden, ministre de la Technologie Informatique, lors de son intervention, en marge des débats budgétaires, à l’Assemblée Nationale, ce mardi 19 juin.

Ainsi, il soutient que que c’est avec fierté et satisfaction qu’il intervient pour commenter le Budget 2018-2019. «Le budget 2018-2019 est à l’image de notre Premier ministre : juste, moderne et responsable !», renchérit-il.

Faisant référence au titre du Budget 2018-2019 « Pursuing our transformative journey », , le ministre Sawmynaden maintient qu’il s’inscrit dans la continuité du précédent, qui évoquait une nouvelle ère de développement. «Ce titre témoigne de la mission que le Premier Ministre a fait sienne : moderniser notre pays et en faire une économie à haut revenu. Une société qui avance, mais qui ne laisse personne sur le bas-côté.»

Le ministre des TIC soutient qu’il n’y a qu’à voir le nombre de travaux d’envergure qui est entrepris à travers l’ile pour comprendre que les Mauriciens ont affaire à «un homme d’action, un homme qui tient ses promesses.» «Il faut remonter aux années 1985-87 (sous Sir Anerood Jugnauth) pour voir autant de projets… bref Maurice est devenu un immense chantier», ajoute-t-il.

Il souligne qu’il suffit de traverser des localités, telles que Piton, Bambous, Chemin Grenier ou Dagotière pour constater de visu les travaux de réfection des drains, le remplacement des tuyaux de la CWA et l’asphaltage des routes et cela à travers tout le pays. «Tout ceci prouve que tous les Mauriciens sont égaux pour ce gouvernement», dit-il.

Arguant que ce budget ne déroge pas à la règle, Yogida Sawmynaden mentionne pas moins de Rs 37 milliards pour l’amélioration des infrastructures au cours des trois prochaines années.

«Le National Regeneration Scheme veillera au « upgrading » de nos collectivités locales, avec 1,2 milliard de roupies consenties à la construction de drains… et une enveloppe de 5,6 milliards de roupies pour mener à bien plus de 1150 projets de la National Development Unit (NDU)», déclare-t-il.

Aux détracteurs qui parlent d’un budget « labous dou », il donne la réplique : « N’est-ce pas là le rôle d’un gouvernement responsable, d’un gouvernement qui travaille pour le bien-être de la population et qui a comme priorité d’améliorer le quotidien des Mauriciens les plus mal lotis ? »

Accentuant son intervention sur certaines mesures phares du budget, le ministre des TIC, notamment le Film Rebate Scheme, le Film Promotion Fund – créé avec un capital de départ de 500 millions de roupies – un Foreign Manpower Scheme, Yogida Sawmynaden insiste : «Ce sont là des mesures significatives dans notre quête de poursuivre la transformation de notre société. Je note aussi que le Premier Ministre a voulu garantir à nos start-ups de solides assises.»

 

Continue Reading

Trending