Connect with us

Actualités

Terres et logement : Le plan d’action pour les squatters activé

Krsna Coopoosamy

Published

on

Terres et logement : Le plan d’action pour les squatters activé

Un recensement du ministère du Logement et des Terres a établi que 1,054 familles occupent illégalement les terres de l’Etat. Un plan d’action a ainsi été élaboré en vue de venir à bout du problème de squatters.

Il est important de préciser qu’une date limite, soit le 1er juillet 2015, avait été arrêtée afin de mettre en application des actions pour contrer la problématique des squatters. Ce plan de régularisation vise les familles qui occupaient illégalement un terrain de l’Etat avant cette date. Tous ceux qui s’approprient illégalement d’un terrain de l’Etat après cette date devront ainsi faire face aux procédures légales d’évacuation. « L’imposition d’une date limite était nécessaire afin de ne pas inciter des nouveaux cas d’occupation illégale », précise le vice-Premier ministre et ministre du Logement et des Terres, Showkutally Soodhun.

Parmi les 1,054 cas dénombrés, 16 familles ont déjà quitté les sites. 333 familles ont été régularisées là où elles résident actuellement et 230 cas ont été approuvés pour entamer un processus de relogement dans un autre endroit.

Le ministère du Logement et des Terres a noté que 127 cas sont susceptibles d’être régularisés, mais les familles concernées n’ont pas soumis les documents requis jusqu’à présent, et ce malgré plusieurs correspondances qui leur ont été adressées.

Il est important de mentionner que 134 squatters qui étaient recensés à la Ferme seront relogés par le ministère des Utilités publiques en raison des travaux de réhabilitation du réservoir qui seront effectués dans cette région.

Par ailleurs, le ministère du Logement et des Terres a constaté que des 1,054 familles concernées, 214 ne pourront être régularisées pour les raisons suivantes :

  1. Certaines personnes sont déjà propriétaires d’un terrain ou d’un bien immobilier.
  2. Des familles résident sur des pentes supérieures à 20% et les experts en urbanisation ne recommandent pas la régularisation sur ces hauteurs.
  3. Certaines personnes ont construit  des structures commerciales.
  4. Certaines familles squattent partiellement un terrain de l’Etat et un terrain privé.
  5. Dans certains cas, les terrains squattés ne sont pas appropriés pour des besoins résidentiels.
  6. Les détenteurs de baux qui disent avoir constaté la présence de squatters sur le terrain destiné à leur projet doivent entamer les démarches d’évacuation, car il est de leur responsabilité de sécuriser le lieu après l’allocation du terrain.

Le plan d’action en vue de régler le problème des squatters s’inscrit dans la philosophie du gouvernement de combattre la pauvreté absolue. C’est une façon de s’assurer que les enfants issus de ces familles puissent s’épanouir dans un environnement meilleur, a souligné le ministre Showkutally Soodhun, qui ajoute que le gouvernement veut trouver des solutions humaines tout en restant ferme par rapport aux nouveaux cas d’occupation illégale.

Advertisement

Actualités

Débats budgétaires – Yogida Sawmynaden: « Pravind Jugnauth, avec ses trois derniers budgets, a relancé l’économie»

Georges Alexandre

Published

on

Débats budgétaires – Yogida Sawmynaden: « Pravind Jugnauth, avec ses trois derniers budgets, a relancé l'économie»

Débats budgétaires – Yogida Sawmynaden: « Pravind Jugnauth, avec ses trois derniers budgets, a relancé l’économie»

«Les Mauriciens savent que « we mean business » et que Pravind Jugnauth, avec ses trois derniers budgets, a relancé l’économie. Il a surtout toujours misé sur l’allègement du fardeau des Mauriciens avec des mesures telles que la baisse du prix des carburants, de la bonbonne de gaz et diverses mesures fiscales visant à augmenter, de manière significative, le pouvoir d’achat des mauriciens» : propos de Yogida Saqwmynaden, ministre de la Technologie Informatique, lors de son intervention, en marge des débats budgétaires, à l’Assemblée Nationale, ce mardi 19 juin.

Ainsi, il soutient que que c’est avec fierté et satisfaction qu’il intervient pour commenter le Budget 2018-2019. «Le budget 2018-2019 est à l’image de notre Premier ministre : juste, moderne et responsable !», renchérit-il.

Faisant référence au titre du Budget 2018-2019 « Pursuing our transformative journey », , le ministre Sawmynaden maintient qu’il s’inscrit dans la continuité du précédent, qui évoquait une nouvelle ère de développement. «Ce titre témoigne de la mission que le Premier Ministre a fait sienne : moderniser notre pays et en faire une économie à haut revenu. Une société qui avance, mais qui ne laisse personne sur le bas-côté.»

Le ministre des TIC soutient qu’il n’y a qu’à voir le nombre de travaux d’envergure qui est entrepris à travers l’ile pour comprendre que les Mauriciens ont affaire à «un homme d’action, un homme qui tient ses promesses.» «Il faut remonter aux années 1985-87 (sous Sir Anerood Jugnauth) pour voir autant de projets… bref Maurice est devenu un immense chantier», ajoute-t-il.

Il souligne qu’il suffit de traverser des localités, telles que Piton, Bambous, Chemin Grenier ou Dagotière pour constater de visu les travaux de réfection des drains, le remplacement des tuyaux de la CWA et l’asphaltage des routes et cela à travers tout le pays. «Tout ceci prouve que tous les Mauriciens sont égaux pour ce gouvernement», dit-il.

Arguant que ce budget ne déroge pas à la règle, Yogida Sawmynaden mentionne pas moins de Rs 37 milliards pour l’amélioration des infrastructures au cours des trois prochaines années.

«Le National Regeneration Scheme veillera au « upgrading » de nos collectivités locales, avec 1,2 milliard de roupies consenties à la construction de drains… et une enveloppe de 5,6 milliards de roupies pour mener à bien plus de 1150 projets de la National Development Unit (NDU)», déclare-t-il.

Aux détracteurs qui parlent d’un budget « labous dou », il donne la réplique : « N’est-ce pas là le rôle d’un gouvernement responsable, d’un gouvernement qui travaille pour le bien-être de la population et qui a comme priorité d’améliorer le quotidien des Mauriciens les plus mal lotis ? »

Accentuant son intervention sur certaines mesures phares du budget, le ministre des TIC, notamment le Film Rebate Scheme, le Film Promotion Fund – créé avec un capital de départ de 500 millions de roupies – un Foreign Manpower Scheme, Yogida Sawmynaden insiste : «Ce sont là des mesures significatives dans notre quête de poursuivre la transformation de notre société. Je note aussi que le Premier Ministre a voulu garantir à nos start-ups de solides assises.»

 

Continue Reading

Actualités

Sainte-Croix : le Lord maire exige l’asphaltage de l’Allée Père-Laval

Published

on

Sainte-Croix : le Lord maire exige l’asphaltage de l’Allée Père-Laval

Le lord maire, Daniel Laurent, s’est rendu à l’Allée Père-Laval, ce mardi 19 juin, suite aux doléances des habitants de la localité. Ces derniers se disent incommodés par de la poussière.

Après avoir fait un constat des lieux, le Lord maire qui était accompagné des officiers de la mairie et ceux du Waste Water Management a déploré certaines lacunes dans les travaux de tout-à-l’égout.

Il a exigé l’asphaltage d’une partie du tronçon dont les travaux de tout-à-l’égout ont déjà été achevés. Il a aussi demandé  à ce l’Allée Père Laval soit lavée à grande eau, afin que la poussière n’incommode plus les habitants du quartier.

Selon le Lord maire, une partie des travaux d’asphaltage débutera, dans la soirée de ce mardi.

Continue Reading

Actualités

Metro Express : des commerçants affirment ne plus pouvoir opérer à Rose-Hill

Deborah Momplé

Published

on

Metro Express : des commerçants affirment ne plus pouvoir opérer à Rose-Hill

Les travaux entrepris dans le cadre du Metro Express à Rose-Hill, dérangent les propriétaires des magasins. C’est ce qu’affirme le président du Front Commun des Commerçants (FCC), Raj Appadu. Ceux-ci, affirme l’intervenant, peinent à opérer. Certains commerces sont même paralysés. « depi ki zot in craz Arab Town. Biziness nepli marsé. Depi ki bann otorité inn met tol, dimunn pa trop anvi vini. »

D’autre part, Raj Appadu se plaint que les piétons ne se rendent plus dans les environs où se trouvent les magasins, soit à la rue John Kennedy, à Port-Louis. Pour cause, des mains-courantes y ont été installées, privant l’accès à ces magasins.

Continue Reading

Trending