Connect with us

Actualités

[Vidéo] Sherry Singh annonce des revenus bruts de Rs 10,1 milliards pour MT

Bam Fareedun

Published

on

[Vidéo] Sherry Singh annonce des revenus bruts de Rs 10,1 milliards pour MT

L’année 2016 a été faste pour Mauritius Telecom. Les revenus bruts de la compagnie s’élèvent à Rs 10.1 milliard, soit un chiffre qualifié de “record” par le Chief Executive Officer, Sherry Singh, jeudi 25 mai lors d’une conférence de presse. Quant à la profitabilité de l’entreprise, elle a connu une hausse de 16,3 % en une année, passant de Rs 1,02 milliard en 2015 à Rs 1,19 milliard cette année.

MT a eu une excellente année en 2016, on a commencé avec le ‘rebranding’ de MT, on a aussi lancé le 100 mbps et nous avons accéléré le processus des câbles optiques, le deadline étant ramené de 2021 à fin 2017. On a surtout offert aux amoureux du football la Premier League sur MyT et tous ces développements nous ont valu d’être classé comme le premier pays sur le continent africain en ce qui concerne le taux de pénétration de la fibre optique”, a annoncé avec fierté le CEO de MT.

Sherry Singh devait aussi révéler que le groupe a investi Rs 3,9 milliards en 2016, soit une hausse de 62%. “En 2013, il n’y avait que 6 000 maisons connectées aux fibres. En 2016, ce chiffre est passé à 251 000 foyers et nous espérons que d’ici la fin de cette année, toutes les maisons seront connectées”, précise-t-il.

Le CEO souligne que MT doit s’assurer de delivrer un excellent service et avec rapidité et que le ‘call centres’ deviennent plus ‘friendly’, plus rapide et efficients vis-à-vis des consommateurs.

Nous allons nous connecter avec une troisième fibre optique et nous nous devons d’investir à l’international, surtout en Afrique qui sera important pour l’entreprise”, ajoute-t-il. Sherry Singh lève alors le voile sur le désinvestissement de MT au Vanuatu : “MT a racheté Telecom Vanuatu en 2011, les revenus de cette compagnie étaient de Rs 627 millions et les revenus nets de Rs 2,9 millions et en 2016, les revenus sont passés à Rs 727 millions avec des profits de Rs 73,4 millions. Nous avons quand même décidé de nous désengager de Vanuatu qui est un pays ‘exposé’ aux cyclones et que c’est un petit marché. On préfère investir cet argent dans un autre pays africain près de nous et avec lequel Maurice a des liens étroits”.

 

A l’heure des questions

Q : A quand Maurice sera-t-il connecté aux fibres optiques ?

R : MT est en train de négocier pour un troisième cable sous-marin. Nous n’avons pas les moyens de nous connecter directement avec les pays d’Europe, mais nous allons le faire à travers l’un des pays de la région qui est lui-même connecté avec le cable sous-marin. Actuellement, il existe deux câbles, Safe et Easy.

Q : Quelle est la marge de profits qui revient au gouvernement de ces Rs 10,1 milliards ?

R : Le gouvernement détient 60 % de MT. Faites le calcul.

Q : Le rebranding a-t-il apporté un plus à MT ?

R : Le rebranding s’est fait avec le même actionnariat. Le brand Orange a été médiatisé avec les mobiles. Le reste des services tombe sous MT.

Q : Est-ce que les wifi-spots connaissent un succès?

R : Actuellement, il y a environ 10 000 personnes qui sont connectées par jour mais on va redéployer une trentaine de sites qui ne sont pas bien placés.

Q : Est-ce que MT s’est-elle alignée sur le taux mondial pour le prix d’internet?

R : On a reçu plusieurs représentations de la part des entreprises BPO et nous sommes parvenus à nous aligner sur 70%, comme le taux mondial.

Q : N’est-il pas paradoxal que MT se désengage du Vanuatu et en même temps veut investir sur le continent africain ?

R : C’est un pays à risque aux cyclones et le marché est petit mais nous allons investir en Afrique.

Q : Qu’en est-il du projet de Traffic Watch pour tout le pays?

R : On avait introduit le Traffic Watch pour la fête de Grand-Bassin, mais nous ne pouvons faire autant de social, à moins que nous avons la collaboration des companies privées.

Q : Est-ce qu’il y a eu des complaintes par rapport à la connexion l’internet?

R : Avec le réseau en cuivre que nous avions et que nous éliminerons bientôt, on enregistrait 20 % de complaintes alors que la norme devrait être entre 3 et 5 %. Nous sommes à ces chiffres-là désormais. Et quand nous basculerons tous sur les fibres, le réseau connaîtra une nette amélioration.

Q : Si MT est première en Afrique, pourquoi ne pas la lister en Bourse pour que le public puisse en bénéficier ?

R : Pour être listée en Bourse, il faut être prêt, ce qui n’est pas le cas de MT pour le moment. On est en pleine phase de transformation. Pour ce qui est des bénéfices au public, MT paie assez de taxe à l’État chaque année et la CSR, donc c’est une somme qui revient automatiquement au public.

Q : Il y avait une question sur vos salaires au Parlement. Le ministre de tutelle a dit que MT est une compagnie privée et qu’il n’a pas cette information. Pouvez-vous nous le dévoiler ?

R : Ce député a créé une polémique et c’est irresponsable de sa part. Mon salaire est très très loin du million de roupies mentionné. Depuis 2011, MT ne dévoile aucune information sur son entité. Il y a des actionnaires et un conseil d’administration qui décident.  Il y a quelques compagnies qui dévoilent les salaires de leur CEO, sur décision du board.

H.R

Advertisement

Actualités

Gagnante du loto : « Je ferai aussi un don sur un projet qui viendrait en aide aux animaux errants »

Deborah Momplé

Published

on

Gagnante du loto : « Je ferai aussi un don sur un projet qui viendrait en aide aux animaux errants »

Gagnante du loto : « Je ferai aussi un don sur un projet qui viendrait en aide aux animaux errants »

Une habitante du Nord a raflé les Rs 18,9 millions grâce à son ticket du Loto qu’elle a joué au Super U de Grand-Baie. Pendant 9 ans, elle a joué les mêmes numéros sans remporter de grosses sommes, mais cette fois, toutes les étoiles se sont alignées. « Quand j’ai vérifié mon ticket, c’était le choc. Du coup, j’ai eu une boule au ventre et je n’ai pas fermé l’œil de la nuit

Elle s’est déplacée seule au Lottotech hier, lundi 20 juin. La gagnante compte se faire plaisir tout en gardant la tête sur les épaules. Concernant ses projets, c’est déjà décidé : « Dans la vie, je préfère me contenter de ce que j’ai. Donc, ce n’est que quand je mettrai cet argent en banque, que je commencerai  à réaliser mes rêves. Toutefois, comme je tiens beaucoup au travail social, je ferai un don à SOS village et aussi sur un projet qui viendrait en aide aux animaux errants. » D’autre part, elle considère que cet argent sera un plus pour sa santé.

Continue Reading

Actualités

Programme KiboCube : signature d’accord pour l’extension du programme

Sweety Seerutton

Published

on

Programme KiboCube : signature d’accord pour l’extension du programme

Programme KiboCube : signature d’accord pour l’extension du programme

La Japan Aerospace Exploration Agency (JAXA) et la United Nations Office for Outer Space Affairs (UNOOSA) collaborent sous le KiboCube. Ce programme a été lancé en 2015 avec pour objectif de déployer des CubeSats depuis le module japonais Kibo de la Station Spatiale Internationale.

Les deux organisations sont, par ailleurs, d’accord pour étendre le programme de KiboCube pour encore trois ans. Une signature d’accord a eu lieu entre les deux organismes à ce sujet.

Pour rappel, JAXA et UNOOSA ont sélectionné une équipe du Mauritius Research Council (MRC) pour participer au 3e cycle du KiboCube. A travers ce programme, la JAXA et l’UNOOSA visent à contribuer à l’amélioration des technologies liées à l’espace dans les pays en développement. Cela en utilisant la capacité de Kibo par rapport au déploiement du CubeSat et les réseaux de l’UNOOSA avec les Etats membres des Nations Unies.

Source :

https://cnes.fr/fr/x-cubesat-et-spacecube-ont-ete-mis-en-orbite-depuis-liss-0

A lire également : [Vidéo] Maurice lance son premier satellite

Continue Reading

Actualités

Rodrigues: remise de diplômes à 53 fonctionnaires de la  Pêche et des Bois et Forêts

Georges Alexandre

Published

on

Rodrigues: remise de diplômes à 53 fonctionnaires de la  Pêche et des Bois et Forêts

Rodrigues: remise de diplômes à 53 fonctionnaires de la  Pêche et des Bois et Forêts

53 fonctionnaires de la Commission de la Pêche et des Bois et Forêts qui ont décroché le Diploma in Forestry and Fisheries, ont reçu leurs diplômes lors d’une cérémonie au Centre Culturel et des Loisirs à Mon Plaisir, le 11 juin dernier. Cela en présence des officiels de l’Université de Maurice, notamment le Dr. Jean Claude Autrey, Chancelier et le vice-Chancelier, Prof. Dhanjay Jhurry,, ainsi que le Chef Commissaire, Serge Clair et le Commissaire de la Pêche et des Bois et Forêts, Richard Payendee. Les nouveaux diplômés ont été félicités pour leur détermination et leur réussite.

«Le but de notre gouvernement est de professionnaliser nos ressources humaines cela afin que vous puissiez contribuer au développement économique du pays», a affirmé Serge Clair. «A travers cette formation, j’espère que vous avez eu une vision d’avenir pour Rodrigues, surtout dans le domaine de la pêche et l’écosystème terrestre», a-t-il ajouté. Le Chef Commissaire a exhorté les nouveaux diplômés à œuvrer davantage pour la transformation de île et pour l’éducation de la population.

De son côté, Richard Payendee, a exprimé le voeu que les nouveaux diplômés deviennent des ambassadeurs et des gardiens de Rodrigues. « On a mis au point cette formation parce qu’on veut un changement de mentalité dans la manière de travailler. On souhaite que les forestiers et les garde-pêche deviennent des extension officers qui éduquent la population». A soutenu le Commissaire de la Pêche et des Bois et Forêts. «Ce cours vous a donné les outils nécessaires, il faut sortir de l’amateurisme et devenir des professionnels dans votre domaine respectif », a-t-il souligné. Richard Payendee a soutenu que dans la perspective de réussir le projet de faire de Rodrigues une île écologique, la formation des fonctionnaires est nécessaire. «Ce projet est en ligne avec la gestion intégrée de l’environnement de l’île», a-t-il renchérit.

Pour sa part, Dr. Jean Claude Autrey, a exprimé sa fierté d’avoir pu monter un programme de formation entièrement à Rodrigues. « Nous nous sommes engagés à contribuer au renforcement des capacités des ressources humaines de Rodrigues », a-t-il ajouté. Se joignant autres intervenants, il a encouragé les nouveaux diplômés à partager leurs connaissances  afin de favoriser le progrès de Rodrigues et de Maurice.

Il est souligné que l’Université de Maurice poursuivra sa collaboration avec le gouvernement régional pour la réalisation d’autres projets, à savoir la publication du dictionnaire créole Rodriguais et l’introduction d’un diplôme en Agriculture.

Quant au Prof. Dhanjay Jhurry, il a déclaré cet accomplissement offre de nouvelles opportunités aux diplômés de rejoindre l’Université de Maurice en tant qu’alumni.

Pour rappel : ce Diploma in Forestry and Fisheries, au coût de Rs. 3, 8M, lancé en février 2016, a été organisée par l’Université de Maurice à Rodrigues, grâce l’initiative de la Commission de la Pêche et des Forêts, en partenariat avec la Commission de la Formation. Il est mentionné que cette formation s’inscrit dans la vision du gouvernement régional d’assurer la gestion intégrée de l’environnement de Rodrigues. Un Diploma in Agriculture sera lancé bientôt.

 

Continue Reading

Trending