Actu de l'ile Maurice
Actualités

Budget 2017/2018 : Les principales priorités selon certains économistes

Budget 2017/2018 : Les principales priorités selon certains économistes

Le Premier ministre et ministre des Finances présentera le budget 2017/2018 demain jeudi 8 juin. Entre relancer l’investissement privé, l’exportation, réduire le seuil de pauvreté et dynamiser la création d’emploi, deux économistes nous font part de leurs attentes.

Pour Eric Ng, les deux axes prioritaires demeurent la relance de l’exportation et l’investissement privé. Pour lui, ce sont là « deux points essentiels. » Il est d’avis que l’investissement privé ne décolle pas vraiment. Il faut relancer ce secteur et ainsi créer des emplois durables dans le secteur privé. Il soutient qu’en créant plus d’emplois dans le secteur public que le privé, « cela fait gonfler la dette publique. »

Arvind Nilmadhub, pour sa part, affirme que les priorités de Pravind Jugnauth devraient être avant tout une réduction du seuil de pauvreté de la classe moyenne et aussi la création d’emploi. Il souligne que le budget doit être un budget pro-social et pro-business.

Parlant du Brexit, l’économiste pense qu’il y aura certainement des répercussions. Il ne faut cependant pas oublier les avantages du Brexit.  Toutefois, tous les pays Africains devront s’unir pour négocier des accords à notre avantage avec l’Union Européenne.

Eric Ng estime pour sa part que l’exportation est remise en cause ici car le Brexit nous affecterait dans les années à venir. Maurice va renégocier les accords commerciaux avec la Grande-Bretagne car jusqu’à présent, nous exportons sans droits de douanes à travers l’Union Européenne.

Arvind Nilmadhub s’exprime aussi sur le fait que l’Inde a taxé son or sur 3%. Cela n’aura pas d’effets négatifs sur le budget mais aura un impact sur le remboursement. Le prix de l’or va connaître une croissance surtout depuis que Donald Trump assure la présidence des Etats-Unis. Les investisseurs délaissent le dollar pour l’or.

Commentant la ligne de crédit de 500 million de dollars, Arvind Nilmadhub explique que «  je me pose la question si ce prêt n’est pas une épée de Damoclès. » Il ajoute que Maurice a plusieurs autres partenaires à part la Grande Péninsule. Cela peut avoir un effet négatif car ils ont les yeux braqués sur Maurice.