Connect with us

Actualités

“Mo bisin la loi pou protége mo sekirite”

Bam Fareedun

Published

on

“Mo bisin la loi pou protége mo sekirite”

Telle pourrait être la réplique à la jeune femme de 24 ans qui avait agressé une vieille dame de 78 ans. En effet, celle qui avait attaqué Yvette sur la route à Baie du Tombeau le 7 juin dernier, pour lui voler son sac, a fourni cette explication aux policiers : « Mo ti bisin cash pou acter dilait pou mo zenfant »

Faut-il en pleurer ou la détester ?

Ces derniers temps les agressions sur les personnes âgées ont pris une ascendance dans notre société. Rien qu’au mois de Juin, trois vieilles personnes ont été la proie des bandits. Le 3 juin dernier, Kosila Pokun, 77 ans, habitante de Quatre Bornes, est assaillie sur la route par deux énergumènes. Ils lui arrachent sa chaine en or. Dans la lutte, elle est projetée sur le sol. La chute est violente. Sa tête heurte le bitume et elle entre dans le coma. Deux semaines après, elle rend l’âme.

Autre agression sur une habitante de Pamplemousses. Nous sommes le vendredi 16 juin. Cette vieille dame de 82 ans reçoit la visite des bandits chez elle. Elle est ligotée et brutalisée. Les malfrats s’emparent de ses bijoux. Heureusement pour elle (je me permets de dire heureusement ici) qu’elle n’a pas été tuée. Elle se libère et alerte ses voisins. Elle est admise à l’hôpital pour traitement.

Les vieilles personnes sont les proies faciles pour les bandits. Certains trouvent que les autorités, ou la police ne peut être partout à la fois pour escorter les gens. En d’autres mots, un gouvernement ne peut jamais prévenir les crimes. Ainsi il faut laisser aller les choses comme elles sont. Ils attaquent, sont arrêtés par la police, passent en cour, sont condamnés et purgent une peine de prison. A leur sortie le même cycle reprend. Ils sont légion, ceux qui ont fait de la prison leur « lacase mama » La prison n’a jamais vraiment changé les gens. Ceux qui sont condamnés pour violence ou vol n’ont jamais cessé de récidiver. Les statistiques nous ont démontré que seulement ceux qui ont commis des délits civils, tels que fraude financières ou administratives, sont plus enclins à se réhabiliter après leur détention. Pour les criminels ou agresseurs avec violence, leur réhabilitation n’est pas pour sitôt.

En attendant les victimes ou proches des victimes continuent à en faire les frais. Les défendeurs des droits de l’homme crient sur les toits qu’il ne faut pas appliquer la peine de mort. Ils veulent à tout prix protéger la vie des criminels. N’y a-t-il personne pour crier haut et fort qu’il faut protéger la vie des innocents qui marchent sur la rue ? Toujours protéger les coupables et ne jamais penser aux victimes ? Qui pourra jauger le trauma qu’a vécu cette innocente vieille dame qui a passé un sale quart d’heure aux mains de ses assaillants ? Attaquée, battue, ligotée et volée. Combien elle a dû souffrir, alors que ses assaillants seront envoyés en prison pour quelques temps, où ils seront logés, nourris et blanchis avec les deniers des contribuables, sans compter ceux de leurs propres victimes.

A en rire ou à en pleurer ? Et ces délinquants qui font le va-et-vient en prison, sont-ils vraiment affectés par leur détention ? Souffrent-ils vraiment de ce manque de liberté ou ils en prennent plaisir ?

En attendant, nos proches, jeunes ou vieux, subissent des agressions dans leurs maisons ou sur la rue, et les défendeurs des droits de l’homme s’en frottent les mains.

La société moderne prescrit, pour les coupables, un accompagnement psychologique et du counselling. Ils affirment qu’il faut leur donner une deuxième chance dans la vie. Vous avez raison. Donnez-leur une deuxième chance pour voler, agresser et tuer. Laissez aux innocents la seule chance qui leur reste : celle de subir et contribuer à nourrir nos détenus agresseurs.

Le gouvernement actuel disait qu’il était pour la peine capitale concernant les criminels à faute grave. A l’époque, le PMSD était l’obstacle majeur de cette proposition. Aujourd’hui les Bleus broient du noir. Qu’attend la majorité gouvernementale pour mettre son plan à exécution ?

Advertisement

Actualités

Débats budgétaires – Alan Ganoo: «Ce budget, même s’il est intélligent, il est irresponsable»

Georges Alexandre

Published

on

Débats budgétaires – Alan Ganoo: «Ce budget, même s’il est intélligent, il est irresponsable»

Débats budgétaires – Alan Ganoo: «Ce budget, même s’il est intélligent, il est irresponsable»

Lors de son intervention sur le Budget 2018-2019, à l’Assemblée Nationale, ce samedi 23 juin, le président du Mouvement Patriotique (MP), Alan Ganoo s’est montré critique : «Ce budget contient un série de mesures pour amadouer la population. Ce budget, même s’il est intélligent, il est irresponsable»

Selon le député de No 14 ( Savanne/Rivière Noire), ce budget occulte les mesures urgentes pour la nation. Outre les gros emprunts contractés et le dossier des produits pétroliers, il a fait une rétrospective de la fluctuation des prix des produits pétroliers.

Rappelant que tous les partenaires sociaux : syndicats, membres de la société civile, ONGs… ont réagi à ce budget, Alan Ganoo a soutenu que le  leader de l’Opposition avait raison de présenter une Motion de Disallowance sur la hausse des prix des carburants ( essence et diesel). «C’est un manque d’humanisme d’augmenter les prix des carburants par 10%, avant de réduire cette hausse par 50%», a martelé le président du MP.

Faisant état d’une «triste réalité», le député de No 14 a souligné qu’en 2015, alors qu’il y avait une baisse des prix au niveau des produits pétroliers sur le marché mondial, ici à Maurice, les autorités avaient prélevé  Rs 1.70/litre et Rs 2.70/litre, respectivement sur les  prix des carburants.

Alan Ganoo a rappelé qu’en réponse à une PNQ du leader de l’Opposition, adressée au ministre du Commerce, Ashit Gungah le 22 mai dernier, «nous avons appris qu’en 18 mois,  la STC a versé Rs 9 milliards à un fonds (…) Une somme de Rs 715M qu’avait empochée la STC a été utilisée comme subvention. La STC a tranféré un montant de Rs 2,15 milliards comme dividendes. Voilà l’injustice de ce mécanisme utilisé au cours de ces trois années au pouvoir»

Selon, c’est une «superchérie» de procéder à une baisse des prix des carburants. «C’est grave. Pour moi, le peuple est une vache à lait», a déploré le président du MP.

Abordant le secteur de l’eau, Alan Ganoo a souligné : «Je suis davantage plus confus sur le budget en écoutant le Deputy Prime Minister, répondre à la PNQ de ce matin. Le 1er mai, le Premier ministre a dit qu’aucune décision n’a été prise par rapport à la privatisation. Or, le ministre de tutelle a dit qu’il allait moderniser le secteur de l’eau et qu’il allait récruter un partenaire.»

Aussi, Alan Ganoo a dit comprendre que le ministre Ivan Collendavelloo va de l’avant avec le contrat d’affermage et que le bureau du Premier ministre a choisi une «autre option ou encore que la CWA allait récruter massivement pour redynamiser cet organisme.»

«J’ai cru comprendre que le ministre a répondu que ce n’est pas vrai. Il y a beaucoup de confusion dans la tête de ceux qui suivent ce dossier»,  a déclaré le président du MP avant d’ajouter : «J’espère que cette cacophie disparaîtra après la PNQ de ce matin»

Continue Reading

Actualités

Débats budgétaires : Sir Anerood Jugnauth tâcle le PMSD et le Ptr

Sweety Seerutton

Published

on

Débats budgétaires : Sir Anerood Jugnauth tâcle le PMSD et le Ptr

Débats budgétaires : Sir Anerood Jugnauth tâcle le PMSD et le Ptr

Le ministre Mentor est intervenu pendant au moins deux heures lors des débats budgétaires, ce samedi 23 juin. Selon Sir Anerood Jugnauth, l’opposition n’est jamais satisfaite de tout ce que le gouvernement entreprend. Sir Anerood Jugnauth a également tiré à boulets rouge sur le PMSD, qui, selon lui, « essaye de faire croire qu’il est un vrai patriote. » Il cite comme l’exemple, le fait que les Bleus s’étaient prononcés contre l’Indépendance de Maurice. « Ils voulaient que le pays reste colonisé par les britanniques, » a-t-il lancé.

Le ministre a ajouté qu’après chaque budget, l’opposition utilise les mêmes critiques à l’encontre de son gouvernement. « Elle a toujours affirmé qu’on dupe la population. » Sir Anerood Jugnauth a soutenu que s’il n’avait pas pris certaines décisions dans le passé, de milliers et de milliers de personnes seraient mortes de faim.

Il a également critiqué l’alliance Ptr/PMSD qui était là dans les années 80. « Aucune route n’était asphaltée, sauf les routes principales, il n’y avait pas d’électricité et de téléphone. Et aujourd’hui on parle de pauvreté ? » Le ministre Mentor a affirmé que les membres de l’opposition pensent que le gouvernement n’a pas de considération pour les « ti dimunn. »

SAJ a sévèrement égratigné les membres du Ptr. Il s’est dit choqué depuis le retour d’Arvin Boolell au Parlement. « Après avoir écouté ses arguments au Parlement, il est difficile de concevoir ce qu’il veut dire. J’ai toujours pensé qu’il serait un membre compétent du Parlement. » Le ministre a demandé au député du Ptr de faire des critiques constructives s’il a à cœur, le bien-être de la population.

Sir Anerood Jugnauth a, également, évoqué l’avantage que bénéficieront les étrangers pour obtenir le passeport mauricien. Il a affirmé que la citoyenneté mauricienne ne sera pas octroyée aux personnes douteuses. De plus, il a expliqué que beaucoup de pays ont instauré ce système et ils n’ont pas été vendus aux étrangers.

A la fin de son allocution, le ministre Mentor a été applaudit par les membres de son gouvernement. Les parlementaires de la majorité se sont mis debout pour acclamer Sir Anerood Jugnauth.

Continue Reading

Actualités

Vacoas Popular Multipurpose Cooperative Society : une assemblée générale décisive ce 24 juin

Sweety Seerutton

Published

on

Vacoas Popular Multipurpose Cooperative Society : une assemblée générale décisive ce 24 juin

Vacoas Popular Multipurpose Cooperative Society : une assemblée générale décisive ce 24 juin

Une assemblée générale est à l’agenda de la Vacoas Popular Multipurpose Cooperative Society (VPMCS), ce dimanche 24 juin. La réunion se tiendra au siège de la société, à Bonne-Terre. Selon le comité, cette assemblée générale est cruciale, car des décisions décisives au sujet de l’avenir de ses membres seront prises.

La société affirme que les chiffres parlent d’eux-mêmes et ajoute que le bilan financier démontre que la coopérative demeure dans une situation très précaire. Dans un bulletin d’informations émis récemment, la VPMCS évoque un déficit de Rs 1 millions pour l’année financière se terminant au 30 juin 2017.

Elle pense que cela est lié à la décision prise par l’Assemblée en 2017 de réduire de moitié le taux d’intérêt sur les dépôts, soit de 6% à 3%, donc de Rs 46,2 millions à Rs 22,5 millions.

La société coopérative de Vacoas indique que l’Assemblée générale du 24 juin sera l’occasion unique de s’exprimer et de pouvoir récupérer son argent.

Continue Reading

Trending