Connect with us

Actualités

Roshi Bhadain, est-ce un enfant sérieux de la politique…

Sarvesh Bhugowandeen

Published

on

Roshi Bhadain, est-ce un enfant sérieux de la politique…

On s’y attendait depuis quelques semaines. Roshi, de son vrai nom Sudarshan Bhadain, le bouillant député de la circonscription no 18 (Belle-Rose/Quatre-Bonrnes), a finalement démissionné comme député de l’Assemblée nationale. Ce dernier, élu sous la bannière de l’Alliance Lepep lors des dernières élections de 2014, a néanmoins, décidé de rejoindre les rangs de l’opposition de jour de l’intronisation de Pravind Jugnauth en tant que Premier ministre. C’était en janvier dernier.

Inside News revient sur le parcours du leader du Reform Party, tant du point de vue professionnel que politique. Roshi Bhadain a fait son baptême de feu dans l’arène politique en intégrant le Mouvement Socialiste Militant (MSM).

Légiste de formation, il a été consultant en Grande-Bretagne avant de prendre de l’emploi chez Price Waterhouse Coopers en Afrique du Sud. Roshi Bhadain, décide de retourner au pays pour être embauché comme Head of Forensic Division chez De Chazal Du Mée.

En 2002, il fait son entrée à l’Independent Commision Against Corruption où il occupe les fonctions de consultant. Après quatre ans, le directeur des enquêtes démissionne de l’ICAC. Les raisons sont multiples. Certains avancent qu’ « il en avait marre de combattre contre le système d’alors ».

Finalement, cet expert-comptable, aussi titulaire d’un LLB, décide de se mettre à son propre compte, Bhadain Chambers, pour exercer comme avocat. Pendant ce temps, il intègre le parti soleil afin d’être finalement candidat pour les élections 2014, sous la bannière MSM/PMSD/ML qui écrasa l’alliance PTR/MMM. D’ailleurs, il s’est classé deuxième derrière Xavier-Luc Duval, le leader du PMSD.

A cette époque, son intégration a surpris plus d’un au sein du MSM. Pour cause, son entourage familial est connu d’être proche du Ptr. Autre fait qui saute aux yeux: son fidèle lieutenant en la personne d’Akhilesh Deerpalsingh qui n’est autre que le cousin de Nita Deerpalsingh, responsable à l’époque, de l’aile jeune du parti Rouge.

En décembre 2014, il prête serment en tant que ministre de la Bonne Gouvernance et des services financiers. Très actif, Il voulait mettre de l’ordre, trop vite selon certains, dans les services financiers. Son nom est souvent mentionné dans l’affaire de la BAI comme celle de l’arrêt du contrat de Betamax.

Tambour battant, il a été le principale orateur lors d’un point de presse respectif dans les deux cas pour élaborer les situations. Au niveau du gouvernement, on dit même qu’il serait à la base des couacs du système.

Ironie ou pas, aujourd’hui sans gêne, il joue au héros en témoignant sa solidarité aux victimes du SCBG. Et dans le cas de Betamax, il dirait n’avoir rien à faire dans ce dossier. Ce qui pousse certains à se demander sur les différents réseaux sociaux si ce dernier ne souffre pas d’Alzheimer.

Ceux qui le côtoient quotidiennement, sont d’avis que Roshi Bhadain est quelqu’un qui aime se placer sous les feux des projecteurs et surtout en avant plan, comme en témoigne le fameux baise-main sur la personne de Pravind Jugnauth, après la victoire en cour de ce dernier dans l’affaire Medpoint. Le grand amour tourne au vinaigre quand Roshi Badhain décide de ne pas être présent aux prestations de serment du nouveau Premier ministre et autres ministres. Fait étonnant, surtout qu’il était assuré d’occuper toujours le poste de ministre de la Bonne gouvernance.

Le 27 janvier 2017, il annonce officiellement la création de son parti politique, le Reform Party. Coup de tonnerre: Il avait annoncé dans une interview, alors qu’il était ministre, qu’il quitterait la politique définitivement après ce mandat.

Advertisement

Actualités

Débats budgetaires – Paul Bérenger : « des zigzags sur les produits pétroliers »

Published

on

Paul Bérenger : « des zigzags sur les produits pétroliers »

Le leader du MMM, qui était le dernier membre de l’opposition à prendre la parole dans le cadre des débats budgétaire ce lundi, est revenu sur la baisse des prix du diesel et de l’essence. Paul Bérenger estime que cette baisse est imputable à de « zigzags », rappelant que les prix de ces produits avaient augmenté quelques semaines auparavant.

Dans le même sillage, Paul Bérenger dit noter que même si le taux d’imposition de l’income tax a été revu à 10% pour une certaine catégorie de contribuables, la MRA continuera à engranger davantage à cet item. Paul Bérenger qui s’est aussi dit très inquiet de la situation dans l’industrie sucrière. « L’écroulement de l’industrie sucrière menace », devait ainsi marteler ce dernier. Selon lui, il y a urgence que le gouvernement prenne ce dossier au sérieux au plus vite. « J’espère que dans un futur proche, il y aura des solutions », estime Paul Bérenger.

Autre sujet d’intérêt pour le leader des Mauves : l’eau. « L’on nous fait comprendre que la CWA aura une assistance financière. Mais il faudra savoir combien cela coûtera et aussi jusqu’à quand il y aura cette assistance », a souligné Paul Bérenger. Et faire ressortir qu’il n’y a toujours aucune décision prise au sujet du projet d’affermage. Ce dernier qui devait aussi demander au gouvernement de ne pas aller de l’avant avec le projet de vente de passeport et de la nationalité aux étrangers. D’un point de vue économique, le leader des Mauves a fait état de son inquiétude pour le taux de croissance, la dette publique ainsi que le déficit budgétaire.

Pour Paul Bérenger, le taux de croissance ne devrait pas atteindre les 4, 1% du Produit Intérieur Brut pour la prochaine année financière comme annoncé dans le budget. Et de faire ressortir que le déficit budgétaire dépassera 5% du PIB en 2018/19.

Didier Hortense

Continue Reading

Actualités

World Elder Abuse Awareness Day : Lancement d’un atelier de travail par la MFPWA

Ashminta B

Published

on

World Elder Abuse Awareness Day : Lancement d’un atelier de travail par la MFPWA

World Elder Abuse Awareness Day : Lancement d’un atelier de travail par la MFPWA

Dans le cadre de la journée internationale d’abus contre les aînés, le Mauritius Family Planning and Welfare Association (MFPWA) a lancé un atelier de travail ce lundi 25 juin. Plusieurs personnalités, dont le PPS Toolsyraj Benydin, la PPS Marie Claire Monty, le Lord maire, Daniel Laurent ainsi que la directrice de la MFPWA, Vidya Charan, étaient présents.

Cette dernière s’est prononcée sur la valeur des aînés, qui joue un rôle important, dans le centre familial. Selon elle, plusieurs cas d’abus sur les aînés sont enregistrés chaque jour. Ce nombre grandissant est inquiétant, car il y a plusieurs implications sociales et économiques liés à cela.

De plus, Vidya Charan s’est exprimée sur la population veillissante. Ainsi, la directrice est d’avis que les jeunes mauriciens doivent être enseignés sur l’importance de ce phénomène.

D’autre part, le Lord maire a avancé que des mesures doivent être prises pour remédier à la situation. Ainsi, selon lui, pour lutter contre ces cas de maltraitance, les lois doivent être durcies, un système d’alerte doit être mis sur place, de même que les personnes travaillant avec les personnes âgées doivent suivre des cours de formation.

Continue Reading

Actualités

Débats budgetaires – Ivan Collendavelloo : « tout s’est amélioré à Maurice, sauf la CWA »

Published

on

Débats budgetaires – Ivan Collendavelloo : « tout s’est amélioré à Maurice, sauf la CWA »

Le Deputy Prime minister et ministre de l’Energie. Ivan Collendavelloo, n’a pas été tendre envers la Central Water Authority, lors de son discours à l’occasion des débats budgétaires, ce lundi 25 juin. Ivan Collendavelloo a, en effet, estimé que la CWA est un « vestige du passé, d’une époque à laquelle il y avait des fontaines, pas d’hôtels, etc ». Et le no. 2 du gouvernement de faire ressortir dans la foulée que « tout s’est amélioré à Maurice, sauf la CWA ».

Evoquant la question de l’eau toujours, le ministre de l’Energie devait ainsi souligner qu’il était effectivement, en premier lieu, question d’une hausse des tarifs. Ceci après des réunions avec le cadre de la CWA. Néanmoins, devait aussi indiquer ce dernier, c’est le Premier ministre qui lui a fait comprendre qu’il est opposé à une hausse des tarifs de la CWA. Au sujet de la réforme du secteur de l’eau, Ivan Collendavelloo a fait ressortir que « l’on a laissé les choses pourrir pendant des années ». « Lorsque l’on remonte à 2014, nous voyons qu’environ la moitié de l’eau que nous produisions était perdu sur le réseau. Depuis les choses se sont améliorées », devait ainsi expliquer le ministre de tutelle. Ivan Collendavelloo qui a ainsi souligné, dans la même veine « qu’il ne faudra pas que les employés de la CWA paient le prix de cette réforme ».

Le ministre a aussi axé une bonne partie de son discours sur la question des énergies renouvelables. Selon ce dernier, « nous ne pouvons avoir les réflexes des années. La question du changement climatique est aujourd’hui trop importante ». Ivan Collendavelloo qui a rappellé que son ministère a lancé un ‘network’ international pour la promotion des énergies renouvelables. Ce dernier s’est réjoui qu’il y ait, valeur du jour, un total de production de l’ordre de 30 MW en opération provenant des énergies renouvelables. Et d’ici l’année prochaine une capacité additionnelle de 80 MW sera également lancée. « Au total, CT Power devait produire 110 MW à partir du charbon. Nous avons pu dire non au charbon », de faire ressortir le Deputy Prime Minister. Ce dernier qui a aussi déclaré avoir « chaud au cœur » de voir que le ‘home solar project’ permet à des personnes à faibles revenus de bénéficier d’électricité gratuite grâce aux énergies renouvelables. Ivan Collendavelloo s’en est aussi pris à plusieurs membres de l’opposition. Ainsi, il devait faire référence à une PNQ de Paul Bérenger sur la question de black-out. Le ministre de l’Energie devait affirmer que l’ancien leader de l’Opposition soulignait à l’époque qu’il faudrait utiliser toutes les soources d’énergie, dont le charbon ou encore l’huile lourde pour éviter un black-out. « Il était totalement dans le faux », a martelé Ivan Collendavelloo.

Au chapitre l’électricité toujours, ce dernier est aussi revenu sur les centrales de St. Louis et celui de Fort Georges. Il devait ainsi rassurer qu’il n’y « aura pas de hausse de tarifs de l’électricité avec le système qui sera adopté pour Fort Georges ».

Didier Hortense

Continue Reading

Trending