Actu de l'ile Maurice
Actualités

Imran Dhanoo : «  Bizin pa écoute tout ceki dimun dire dans comission lor la drog! »

Imran Dhanoo : «  Bizin pa écoute tout ceki dimun dire dans comission lor la drog! »

« Zafers pa seryer aster, la sessres partou ! », confidence d’un consommateur d’un toxicomane. En tout cas, le trafic de drogue est devenu le talk of the town dans le pays surtout avec l’avènement de la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ex-Juge, Paul Lam Shang Leen, on dirait que les barons de la drogue se rongent les ongles. «  Nous pense buku avan nu fer nu transaction aster ! », soutient un autre trafiquant.

Jeudi dernier, le caïd de la drogue, Peroomal Veeren, a déposé devant la commission, et il a balancé le nom du Premier ministre, Pravind Jugnauth, comme étant « une des personnes qui finance l’importation de drogue » dans le pays. Cela a en effet, pris une ampleur sans précèdent, surtout sur les réseaux sociaux.

On ne doute certainement pas l’intégrité de cette commission. « Mais on doit se rendre à l’évidence : le but de cette instance est d’étudier les cas des personnes liées au monde de la drogue, c’est la prérogative du gouvernement de donner suite à cette commission », soutient Imran Dhanoo, responsable du centre Idriss Goomany. D’ailleurs, celui qui a déposé devant cette commission, affirme  que «  n’importe ki dimun kpav ale deposer laba ! Soi dimun la ale par limem ou li convonker, et dans cas Peroomal Veeren, c’est li kin alle, donc ca pa vedire ki tou ceki lin dir vrai ! »

Cependant, parlant des allégations faites contre le Chef du gouvernement, ce dernier, salue l’initiative de Pravind Jugnauth dans son combat contre la mafia de la drogue ». Il dit attendre avec impatience l’issue de cette commission, « car, c’est à partir de son rapport qu’on pourra savoir quelles mesures prendre pour éradiquer ce fléau de notre societé », souligne-t-il. Il conseille la mise en place d’un comité de pilotage.

Malheureusement, beaucoup sont ceux qui tirent un capital politique de la situation qui, quand même, commence à se décanter.