Actu de l'ile Maurice
Actualités

Commission Lam Shang Leen: Sanjeev Teeluckdharry justifie ses appels aux détenus

Commission Lam Shang Leen: Sanjeev Teeluckdharry justifie ses appels aux détenus

Dans une correspondence à la Commission d’enquête sur la drogue, Sanjeev Teeluckdharry a fourni des explications sur ses nombreuses visites en prison, et également sur ses appels téléphoniques.

L’avocat explique avant tout que ses visites effectuées en prison ont été faîtes dans des cadres professionnels. C’était tous des « sollicited visits. » Il fait aussi mention des appels téléphoniques des welfare officers. Il n’oublie surtout pas de mentionner qu’il y a un téléphone public à la disposition des prisonniers.

Sanjeev Teeluckdharry parle aussi de diverses lettres qu’il reçoit toujours des détenus qui souhaitent retenir ses services. Il explique par ailleurs, que les autorités pénitentiaires ont également un registre pour tenir à jour les données. En même temps, plusieurs détenus ayant retenu ses services lui demandaient de venir leur rendre visite. Par ailleurs, il y a aussi certains qui demandaient à ce que leur condamnation soit revue.

L’homme de loi fournit aussi des détails sur plusieurs appels et textos envoyés entre le 27 avril 2015 et le 11 août 2015. Il y a aussi eu divers appels et sms entre avril et juin 2016.

Il dit n’avoir jamais avoir visité Gros Derek en prison, ni lui avoir parlé. Sanjeev Teeluckdharry affirme ne pas être au courant si Gros Derek souhaitait retenir ses services.

Parmi certains prisonniers à qui il a rendu visite, il cite un certain Kabinda Christophe Ntahokja, David Harte, Dhanunjay Luchun, Jean Luc Philippe, Imran et Khaleel Sumodhee dans l’affaire Amicale entre autres. Nous retrouvons aussi le nom de Peroomal Veeren.

C’est la mère de ce dernier qui a approché Sanjeev Teeluckdharry. Elle voulait que l’avocat rende visite à son fils. Il fait savoir qu’il a rendu visite au détenu à l’hôpital Jawaharlal Nehru et aussi lors d’une grève de la faim à la Prison de la Bastille et de Beau-Bassin. Peroomal Veeren avait aussi envoyé des complaintes à l’avocat.

D’autre part, sa mère et sa sœur étaient venues le rencontrer pour un droit d’appel spécial de faire appel au Judicial Committee of Privy Council (JCPC).

Sanjeev Teeluckdharry leur a demandé de retenir les services de James Guthrie QC pour cela. Il a aussi trouvé un avocat et quelqu’un pour faire des démarches au Privy Council en la personne de Robin Lloyds. Les honoraires de ce dernier s’élevaient à 1500 livres. La famille ne pouvait toutefois pas payer, et l’homme de loi a demandé à Lloyds de déduire cette somme du grant accordé par le JCPC. La famille de Peroomal a remboursé l’argent en versements de Rs 5 000 sur 1 an.

Sanjeev Teeluckdharry a, par ailleurs, représenté Peroomal Veeren entre 2010 et 2016 en cour intermédiaire et en cour de Curepipe. Il souligne toutefois que pour l’affaire en cour de Curepipe, sa mère ne lui a pas complètement payé la somme dûe, soit Rs 40 000. La mère de Veeren a remboursé en partie une somme de Rs 3000 pendant plus de 2 ans. Ce qui ramene le montant à Rs20 000.

Il affirme également que la mère du détenu ne faisait que repousser à chaque fois la date à laquelle elle devait payer. Elle avait ensuite fait savoir qu’elle avait eu un autre avocat que sa famille payerait.

Sanjeev Teeluckdharry a aussi rendu visite à Siddick Islam mais explique que ce dernier a changé d’avis au dernier moment. Il voulait poursuivre ses anciens conseillers juridiques.