Actu de l'ile Maurice
Actualités

Pravind Jugnauth : « zamai mo pu hypotek lavenir nou zenfans ! »

Pravind Jugnauth : « zamai mo pu hypotek lavenir nou zenfans ! »

C’est un Pravind Jugnauth une nouvelle fois très déterminé à faire avancer le pays, qui s’est adressé à l’assistance lors de l’inauguration d’une gare d’auto-bus à Réduit, hier après-midi.

Dans son discours, le Premier ministre s’est montré très satisfait de l’avancement des projets inititiés par son gouvernement. En ce sens, il souligne le mega projet de Metro Express. Selon lui, la seul objectif de son gouvernement est ” d’améliorer la qualité de la vie des mauriciens, en leur offrant des services de valeurs”.

Il a profité pour lancer des piques à ses détracteurs concernant ce même projet. Il avance que ” tou les temps finn ena palabs ek fausseté, mais sa pa pu décourage moi!” Il ajoute ” zot dire ki prozet lansien rezim plis viable, kot ti p kout rs 29. 9 milliards, plis ki ceki nu p vin de l’avant! Abe mo bizin refaire lekol alor…”, devait ironiser le chef du gouvernement.

Il rappel qu’à l’époque de l’annonce de ce projet d’envergure par Sir Anerood Jugnauth, “ena ti pe critiker, ena mem ti p apel li elephant blancs, parey kuma kan ti p ale fer liniversité maurice, tous le temps ti ena ek pu touzur ena passéistes!”, souligne Pravind Jugnauth.

Il devait ajouter qu’en tant que Premier ministre, et surtout en sa capacité de ministre des Finances, ” zamai mo pu hypotek l’avenir nous banes zenfants!”

Parlant du secteur de la construction, le Premier ministre soutient que ce domaine connaîtera une vraie croissance, avec les projets qui sont en chantier. ” D’allieurs monn koz avec mo collegue ministre, kapav pu ena enn mank de materiels sitan pu ena travay”. Il se réjouit cependant de ce que son gouvernement a acompli dans ce domaine, qui a connu une croissance de 7% récemment.

Il conclut par émettre le souhait de pouvoir mieux vendre Maurice sur la carte internationale, ” bizin ki lezot pays pren Moris kuma l’exemp, et non le contraire”.  Il regrettre cependant ” ki ena certains ki gat limaz nou pays pour linteret politik”.