Actu de l'ile Maurice
Actualités

Fléau de drogue : « si nou truve ki tou saizi pane amenn rezilta, eski li efikas? » se demande le Collectif Urgence Toxida

Fléau de drogue : « si nou truve ki tou saizi pane amenn rezilta, eski li efikas? » se demande le Collectif Urgence Toxida

Le Collectif Urgence Toxida (CUT) ne mâche pas ses mots. Il soutient qu’il n’y a pas de pénurie de drogue dans le pays. Danny Philipe, le président de CUT se demande si nous allons dans la bonne direction dans la lutte contre la drogue. « Plis pe laguer plis ena la drog. »

Danny Phillipe pense qu’il faut qu’on revoir la façon dont le combat est mené. Il fait savoir qu’il est difficile de finir avec ce fléau mais il faut certes lutter afin de réduire ce problème.

Kunal Naik, advocacy et comunication coordinator de CUT, déclare que même après de nombreuses saisies de drogue, il n’y a toujours pas de pénurie de drogue à Maurice. « Si nou truve ki tou saizi pane amenn rezilta, eski li efikas?? » Il pense qu’il doit y avoir une réflexion avec la société civile sur une politique de drogue qui pourrait courber ce problème.

Il fait pour sa part savoir qu’au niveau de la distribution de la méthadone, c’est le suivi qui reste primordial.  Il souligne que parfois la dose de méthadone n’est pas adéquate pour la personne. Il faut alors faire un suivi pour dépister d’autres problèmes. « Il faut pouvoir développer une approche humaine, » lance-t-il. Il faut également une autonomisation des consommateurs de drogue.

Par ailleurs, Kunal Naik explique que beaucoup qui sont sous le traitement de méthadone ont un casier judiciaire. Ils n’ont pas de certificat de moralité et par conséquent trouvent difficile de trouver un emploi. « Ki zot pu fer apre kan zot fini bwar methadone ? »

Le communication coordinator  du Collectif Urgence Toxida parle aussi de la prison où la drogue circule librement. Il estime que les autorités doivent mettent en place un système de réduction de risque. Il faut qu’il y ait un système de réhabilitation. « Bizin ranforsi mezir sekirite ek mett system medikal an plass. »

Kunal Naik fait savoir qu’il faut également une étude approfondie sur toutes les drogues qui circulent à Maurice. « On peut ainsi amener des programmes concrets pour adresser ce problème, » explique-t-il.

Il souhaite en même temps amener une réflexion nationale sur la politique de la drogue à Maurice.  Il souligne qu’il y a une stigmatisation sur cette partie de la population qui injecte et qui consomme de la drogue. Par ailleurs, il est d’avis qu’il faut revoir plusieurs lois, notamment, le dangerous drug act ou le HIV AIDS act.

Kunal Naik cite aussi le programme de distribution de méthadone. Il souhaite que la distribution se fait dans des centres médicalisés avec des thérapeutes et non dans les stations de police.

« CUT prône un changement de politique de drogue. » S’il n’y a pas un environnement qui aide ces personnes, alors il n’y aura pas de solutions.

« Il faut faire la distinction entre les consommateurs et les trafiquants, » fait savoir Kunal Naik.