Actu de l'ile Maurice
Actualités

Résultats financiers 2016-2017 : Les bénéfices d’exploitation d’IBL augmentent de 14 % pour atteindre MUR 2,7 milliards

Résultats financiers 2016-2017 : Les bénéfices d’exploitation d’IBL augmentent de 14 % pour atteindre MUR 2,7 milliards

Pour son dernier exercice financier, clos le 30 juin 2017, le groupe affiche un chiffre d’affaires en hausse de 9 %, avec MUR 33,8 milliards, et des bénéfices d’exploitation qui affichent la même tendance soit une croissance de  14 % atteignant MUR 2,7 milliards. Ces chiffres ont été dévoilés lors d’une rencontre avec les analystes financiers, les Senior Managers d’IBL et les membres de la Presse, le mardi 26 septembre 2017 au Vieux Moulin, à Port-Louis.

La présentation s’est déroulée en présence de MM Jan Boullé, Président du Conseil d’administration; Arnaud Lagesse, Group CEO; Yann Duchesne, CEO opérations ;  Dipak Chummun, Group CFO ; et Jean-Claude Béga, Group Head of Financial Services and Business Development. Lors de cet événement, Arnaud Lagesse est revenu sur les points saillants du bilan 2016-2017, mettant l’accent sur les pôles d’activité ayant contribué à la bonne performance enregistrée cette année. La plupart des clusters du groupe ont été à la hauteur des prévisions de croissance.

« Avec un chiffre d’affaires en hausse de 9 % cette année, une croissance de 14% des bénéfices opérationnels atteignant MUR 2,7 milliards, et une croissance des bénéfices net de 16%, j’estime que nous avons atteint nos objectifs. La performance globale de nos différents secteurs est aussi très encourageante et les différents projets déjà en chantier ou qui seront mis en place prochainement devraient nous permettre de nous rapprocher davantage des prévisions pour l’exercice en cours », a-t-il souligné.

Alteo, entité principale du pôle Agro affiche des performances supérieures à celles enregistrées au cours du précédent exercice financier. Cette année, les profits avant impôts sont en hausse de 44 % pour un chiffre d’affaires qui montre une croissance de 14 % sur l’année précédente. Les opérations d’Alteo au Kenya et en Tanzanie ont permis d’atteindre ces résultats, avec la hausse du prix du sucre sur ces deux marchés.

Pour ce qui est du pôle Building and Engineering, le Chantier Naval de l’Océan Indien (CNOI) montre une forte croissance, avec un chiffre d’affaires en hausse de 53 % et des profits de 27 % de plus que le précédent exercice. Cette hausse s’explique notamment par l’obtention de nouveaux contrats pour la construction de bateaux de pêche. Le Contracting affiche également une hausse importante de 20 % de ses revenus, porté par la reprise du secteur de la construction à Maurice et le volume des projets pour Dubaï. UBP, autre entité du cluster, affiche une performance stable, bien que ses profits aient été affectés par la rénovation de son usine au cours de l’année financière 2016-2017.

Le secteur Commercial du groupe, qui comprend notamment les sociétés Brandactiv et Healthactiv, et la chaîne de supermarchés Winners, indique la même tendance, avec un chiffre d’affaires global de MUR 11,3 milliards contre 10,5 milliards en 2015-2016, et des profits opérationnels de MUR 474 millions, grâce notamment à l’ouverture d’un nouveau supermarché à Quatre-Bornes. Le secteur Retail se fortifie davantage avec l’acquisition annoncée en août de la Compagnie des Magasins Populaires Ltée (CMPL), qui gère l’enseigne Monoprix. Le chiffre d’affaires en hausse de BrandActiv s’explique par l’acquisition de nouvelles marques au portefeuille de la société. Le secteur commercial profite aussi de la performance d’Intergraph, dont le chiffre d’affaires augmente de MUR 67 millions pour atteindre MUR 399 millions.

La hausse de profits opérationnels la plus significative est à mettre au compte du pôle Services Financiers, qui affiche MUR 225 millions, contre MUR 14 millions en 2015-2016, pour un chiffre d’affaires de MUR 1,9 milliards. Les filiales de ce secteur MEI, DTOS, et MELCO ont contribué de manière conséquente à ces résultats.

L’apport aux résultats agrégés du secteur financier par les associés ABAX et AfrAsia Bank est en hausse de 23 % atteignant une contribution de MUR 322 millions.

Les profits du pôle Property du groupe IBL sont relativement stables enregistrant un bénéfice de MUR 113 millions contre MUR 110 millions pour l’exercice précédent. Ce pôle accueille une nouvelle équipe de direction dans le but de mener à bien le plan stratégique prévu pour ce secteur.

 

Le Groupe LUX*, qui a dévoilé ses résultats financiers le mois dernier, affiche des profits en hausse de 23 % atteignant MUR 515 millions de profits net. Le groupe LUX* a dévoilé à cette occasion un plan triennal de développement  qui inclut  de nouveaux contrats de gestion au Moyen-Orient, en Asie, et en Europe.

Dans le secteur de la Logistique, les bénéfices en baisse s’expliquent par la perte de revenus causée par la vente d’un navire. Toutefois, les entrepôts opérant à pleine capacité et le projet de construction d’un nouvel entrepôt laissent présager de meilleures performances pour l’exercice en cours.

Quant au secteur Manufacturing and Processing, l’activité Seafood a fait face à quelques défis, notamment en raison des quotas imposés pour la pêche de l’Albacor dans l’Océan Indien. Phoenix Beverages affiche une hausse de 16% de son chiffre d’affaires et une augmentation de ses profits de 26%. Ces chiffres incluent l’impact positif de l’acquisition de la marque Edena à la Réunion à la fin de l’année financière 2015-2016.

Les résultats des activités d’IBL Life ont, pour leur part, été affectés par des délais dans le renouvèlement de contrats, suite aux changements de gouvernance aux Etats Unis qui affectent les lois régulant le système de santé américain. Cependant l’exercice financier 2017-2018 devrait afficher une nette amélioration.

Dipak Chummun, directeur financier du groupe IBL, a mis l’accent, lors de la rencontre avec les analystes, sur la bonne base financière du groupe, qui lui permettra d’assurer les investissements nécessaires dans les secteurs qui nécessitent le plus d’attention sur le court et moyen terme.