Actu de l'ile Maurice
Actualités

Sextos du PPS Tarolah : l’aile féminine de l’opposition réclame sa démission

Sextos du PPS Tarolah : l’aile féminine de l’opposition réclame sa démission

Avec le scandale impliquant cette-fois ci le Parliamentary Private Secretary (PPS) Kalyan Tarolah, l’aile féminine des partis de l’opposition sortent une fois de plus leurs griffes. Les femmes du MMM, du Ptr et du PMSD sont unanime. Elles réclament tous la démission du PPS.

Aurore Perraud du PMSD, qualifie cela de « choquant. » Elle déclare que tout a commencé avec les propos de Showkutally Soodhun, suivis de Ravi Rutnah et enchaine maintenant avec Kalyan Tarolah. Toutefois, ce qu’elle considère le plus choquant est le fait que cela c’est déroulé au Parlement. « C’est un lieu sacré, » lance-t-elle, car le PPS a fait un geste obscène et déplacé au Parlement. Aurore Perraud est d’avis que c’est un lieu où nous légiférons et où les membres honorables débattent et discutent de problèmes. Elle souligne que c’est un endroit où nous devons opérer d’une façon respectueuse. « Il y avait autre chose à faire que de faire des selfies et d’envoyer des photos déplacées. »

Aurore Perraud pense aussi que la femme mauricienne se sent dans l’insécurité face aux traitements et agissements des membres du gouvernement. Elle soutient de telles attitudes sont inadmissibles. Le PMSD demande à ce que Kalyan Tarolah démissionne en tant que parlementaire. « Sa pa pu fer narien si li zis demisyoner kuma PPS, » insiste-elle. De plus, elle estime que Kalyan Tarolah a manqué de respect à son poste d’honorable. Aurore Perraud soutient que maintenant il faut passer à un niveau supérieur et que ce n’est plus le moment de faire des conférences de presse. »

« Nous ne serons pas surpris si un membre du gouvernement agresse physiquement une femme. » s’insurge-elle.

Du côté du Parti travailliste, les femmes ne mâchent pas leurs mots. Stéphanie Anquetil déclare que l’aile féminine du Ptr dénonce le comportement scandaleux du PPS. « Apre Soodhun, Rutnah, aster PPS pe pran rele. » Pour elle, le plus révoltant est que cela s’est déroulé au sein de l’Assemblée nationale. « Li pu bizin ale, bizin mett li dehor. »

Elle déclare que ce que le PPS a fait est grave et que c’est honteux surtout pour notre image sur le plan international. « Il s’est permis de faire cela dans l’enceinte de l’Assemblée nationale.» Stéphanie Anquetil se demande également si le MSM a une Commission des femmes. « Kisana ki prezidante ? » lance-t-elle. Elle déplore qu’on n’entend rien de la Commission des femmes du parti après tous ces dérapages. Elle se demande également s’il y a vraiment une ministre de la Femme ou de l’égalité des genres. « Le silence des femmes parlementaires de la majorité est choquant, » déclare-t-elle.

Par ailleurs, Stéphanie Anquetil fait savoir que le Ptr attend pour voir la position que prendra le Premier ministre face à cette situation. Elle soutient par ailleurs qu’il ne faut également pas écarter la possibilité de créer une plateforme commune si le besoin se fait sentir.

Jenny Adebiro, présidente de la Commission des femmes du MMM trouve également « choquant, honteux et dégoutant » que quelqu’un puisse se permettre de faire une telle chose à l’Assemblée Nationale.

« Il faut demander la démission du PPS, » lance-t-elle. Elle soutient qu’on ne peut soutenir ce genre de personne qui n’a pas de respect pour le Parlement. Jenny Adebiro soutient que ce genre d’attitude est inadmissible, surtout éthiquement parlant. « Ce n’est pas une chose qu’on peut permettre, » lance-t-elle.