Actu de l'ile Maurice
Actualités

Turbulences à Air Mauritius : la CTSP souhaite la réintégration immédiate des 3 pilotes

Turbulences à Air Mauritius : la CTSP souhaite la réintégration immédiate des 3 pilotes

La Confédération des Travailleurs des Secteurs Publiques et Privé (CTSP) condamne sévèrement ce qu’elle qualifie de « décision unilatérale » d’Air Mauritius de renvoyer 3 pilotes sans leur donner l’occasion de se concerter. Cet acte, selon la CTSP, traduit en soi le «régime totalitaire» qui existe à Air Mauritius, donnant l’impression qu’il y a un état dans un état.

La CTSP déplore cette situation, pour les raisons suivantes :
1. L’Employment Relations Act précise qu’un travailleur devrait avoir l’opportunité de s’exprimer devant un comité de discipline pour toute accusation faite à son égard par la direction.
2. Après le comité de discipline, si la décision est prise de renvoyer le travailleur, celui-ci a de nouveau la possibilité de saisir un tribunal, qui décidera si la décision de la direction est justifiée ou non.
3. Pravind Jugnauth, Premier ministre et ministre des Finances, a, à plusieurs reprises, souligné l’importance de laisser aux institutions faire leur travail et ne pas interférer avec celles-ci.
4. Dans le cas des 3 pilotes, Air Mauritius ne peut pas se faire«juge et partie». Selon Reaz Chuttoo et Jane Ragoo de la CTSP , c’est un très mauvais signal donné à tous les employeurs de ce pays, alors que la loi stipule clairement toutes les possibilités.

Par conséquent, la CTSP affiche sa solidarité envers les 3 pilotes. « et tous les autres pilotes qui ont été soumis à la répression et à l’humiliation pour non-respect de leur contrat de travail. » La CTSP rappelle que depuis 2014, elle plaide pour un changement d’attitude à Air Mauritius. Elle affirme que « la compagnie a continuellement refusé de s’engager sur l’amélioration des conditions de travail et l’augmentation du salaire pour toutes les catégories de travailleurs, que ce soit pour les employés d’Air Mauritius ou d’Airmate. »

Le CTSP exige
(1) qu’il est grand temps qu’Air Mauritius commence à fonctionner dans les limites de la loi sans ingérence politique.
(2) que la compagnie devrait immédiatement ouvrir des discussions avec tous les syndicats existants sur les projets d’accords collectifs qui, depuis longtemps, sont en sa possession.
(3) la réintégration immédiate des 3 pilotes qui ont été injustement licenciés, sans condition.