Actu de l'ile Maurice
Actualités

L’Université des Mascareignes remet des diplômes infalsifiables à ses étudiants

L’Université des Mascareignes remet des diplômes infalsifiables à ses étudiants

C’est une première à Maurice et dans la région. L’Université des Mascareignes s’est associée à Lighthouse Business Solutions pour doter les attestations et diplômes d’une fonctionnalité de sécurité. 263 étudiants des différentes facultés de l’institution ont obtenu leur diplôme bénéficiant de cette technologie de pointe qui les rend infalsifiables, lors de deux graduation ceremonies les 4 et 5 octobre, au MGI Auditorium, à Moka. Depuis 2012, ils sont près de 1 800 étudiants à avoir obtenu la double diplomation de l’Université des Mascareignes et de l’Université de Limoges.

L’Université des Mascareignes a, cette année encore, marqué comme il se doit l’un des moments forts dans la vie de ses étudiants. Les cérémonies de remise des diplômes se sont tenues les 4 et 5 octobre au MGI Auditorium, à Moka. L’innovation cette année est le fait que les diplômes délivrés sont infalsifiables. « L’Université des Mascareignes souhaite jouer un rôle catalyseur dans la lutte contre la falsification des documents. L’impression de ses attestations et autres diplômes est réalisée avec du papier et une encre spéciaux. L’objectif est d’adopter les toutes dernières technologies qui existent dans la sécurité des documents et d’avoir une renommée régionale en délivrant des diplômes et des certificats infalsifiables », souligne le Dr Radhakrishna Somanah, directeur général de l’Université des Mascareignes.

Les nouveaux diplômes de l’université des Mascareignes ont été à l’honneur le mercredi 4 octobre et le jeudi 5 octobre. La Professeure Nathalie Bernardie-Tahir, vice-présidente en charge de la Stratégie Internationale à l’Université de Limoges, était l’invitée d’honneur à la cérémonie de remise des diplômes. Elle était accompagnée de Sophie Geoffre, chef de projet Mascareignes. Nathalie Bernardie-Tahir est revenue sur le partenariat entre l’Université de Limoges et l’UDM : « C’est un partenariat fort et ambitieux. À travers les discussions que nous avons, nous pouvons mesurer la qualité de ce partenariat et ses enjeux. Notre objectif avec l’UDM est de continuellement rechercher des méthodes pédagogiques novatrices tout en construisant des maquettes de formation en phase avec les besoins socio-économiques et industriels ».

Des 98 diplômés de la faculté de Business and Management, 24 ont obtenu un First Class Honours. Six des 37 diplômés de la filière Information and Communication Technology et 23 des 128 ayant reçu une licence en Sustainable Development and Engineering ont réalisé le même exploit. Ils viennent ainsi s’ajouter aux 1 800 diplômés que compte l’institution d’enseignement supérieur à ce jour. « A travers notre affiliation avec l’Université de Limoges, en France, nos étudiants ont un double diplôme, ce qui leur donne une ouverture internationale. Parallèlement aux cours de co-diplomation avec l’Université de Limoges, nous collaborons étroitement avec la MEXA pour les ‘dual training programs’ qui offrent l’opportunité aux étudiants qui suivent ces cours de décrocher un emploi rapidement à la fin de leurs études », souligne le Dr Radhakrishna Somanah.

« Les programmes d’études à l’Université des Mascareignes s’adaptent, en effet, aux besoins du marché de travail. Nous sommes en ce moment dans le processus de restructurer tous nos cours avec l’étroite collaboration des conseillers pédagogiques de l’Université de Limoges. Certains de nos diplômés trouvent un travail presque immédiatement après l’obtention de leur diplôme, alors que d’autres trouvent un emploi moins d’un an après. Le cursus va d’ailleurs dans ce sens. Notre institut veut également se positionner comme une institution régionale qui attire les étudiants étrangers, surtout ceux venant de l’Afrique francophone. D’ailleurs, nous comptons 5 % d’étrangers dans la cohorte d’étudiants admis à l’UDM en 2017. En outre, nous travaillons actuellement sur des partenariats avec des pays de la région. Le but est de monter, à travers des consortiums, des maquettes pour des cour