Actu de l'ile Maurice
Actualités

Raouf Gulbul : « Tisha Shamloll is the epitome of lies ! »

Raouf Gulbul : « Tisha Shamloll is the epitome of lies ! »

Propos recurrent de Me Raouf Gulbul devant la commission d’enquête sur la drogue hier. Celui-là même qui avait été incriminé par différentes personnes devant cette commission. L’avocat a poursuivi sa déposition devant la Commission d’enquête sur la drogue, hier, lundi 30 octobre. La séance a été encore une fois mouvementée et le Président Paul Lam Shang Leen a dû l’interrompre à deux reprises. Une première fois, pour laisser Raouf Gulbul « respirer » un peu et la deuxième, pour lui laisser prendre ses documents sur la table, car il passait son temps à se retourner pour  vérifier ses documents.

L’audition a débuté vers 13h05. Ci-dessous, en grandes lignes les détails.

Raouf Gulbul a, tout d’abord, commenté sur le compte bancaire de son fils. Il a notamment donné des explications sur le nombre de fois que de l’argent a été versé sur le compte de Raeez Gulbul, cela pour ses études au Royaume Uni.

Paul Lam Shang Leen (P.L.S.L) : Je ne vous ai pas demandé cela. Je peux le lire sur vos relevées bancaires. Nous nous arrêtons ici.

Le Président de la Commission aborde maintenant différents volets.

– La famille Jeewa

P.L.S.L : Hussein Jeewa, est venu vous voir dans votre bureau après l’arrestation de son frère Anwar Jeewa. Vous êtes ensuite allé au bureau de l’ADSU. Vous deviez représenter qui ?

Raouf Gulbul (R.G) : Il y avait deux personnes en état d’arrestation. Miss Parweeza Jeewa et Mahmad Issenjee. Je connaissais la première nommée en tant que Parweeza Issenjee. Quand je suis arrivé à l’ADSU, il y avait deux personnes, et j’ai dit que j’allais représenter Parweeza.

En vérifiant ses documents, Paul Lam Shang Leen fait savoir que ce n’est pas Parweeza. Toutefois, Raouf Gulbul soutient que Parweeza Jeewa et Jeewa Issenjee sont les mêmes personnes.

L’homme de loi se met ensuite à donner une longue explication.

P.L.S.L : I am going to be rude this time…. Mr Gulbul, I expect you not to be long.

R.G : You have summoned me to give my version. I have to give full explanation.

S’enchaînent ensuite les questions sur Anwar Jeewa, le père de la jeune fille et Altaf Hussein Jeewa, son frère. Paul Lam Shang Leen a soutenu que ces derniers n’ont jamais été arrêtés. Une déclaration contredite par Raouf Gulbul. Il a déclaré qu’ils étaient en détention policière. « The version I have given is under solemn affirmation, my version is the truth. »

  • Episode de Peroomal Veeren

P.L.S.L : Est-ce que Peroomal Veeren était votre client en 2005 ?

R.G : Je ne me souviens pas de la date exacte, mais j’étais là pour un procès criminel en cour intermédiaire.

P.L.S.L : Etiez-vous en communication avec Veeren à cette époque ?

R.G : Si je lui représentais, j’étais en communication.

P.L.S.L : Comment étiez-vous en communication ?

R.G : Sa mère venait me voir dans mon bureau. C’est à travers cela que je lui ai rendu visite.

P.L.S.L : Vous lui rendiez visite ?

R.G : Laissez-moi vérifier.

P.L.S.L : Vous ne lui avez jamais rendu visite. C’était vos juniors.

R.G : Je lui ai rendu visite le 22 février 2010, le 31 mars 2006, le 15 avril 2008, le 22 février 2010, ensuite le 2 mars 2006 et en août 2005.

P.L.S.L : En 2005, vous n’aviez rien à faire avec lui ?

R.G : Je vous ai dit, je ne connais pas la date.

P.L.S.L : Vous étiez en communication avec Veeren ?

R.G : Peut-être.

P.L.S.L : Où est-ce que votre client Jeewa était détenu à cette époque ?

R.G : A la station de police de Stanley.

L’audition se poursuit avec des détails de la déclaration de Parweeza Jeewa à la station de police. Paul Lam Shang Leen veut savoir si à un moment, Miss Jeewa aurait demandé un entretien personnel avec l’avocat.

C’est juste après que Raouf Gulbul déclare qu’on ne lui donne pas assez de temps pour répondre aux questions.

P.L.S.L : I don’t want to fight with you. I am not interested.

R.G : Who is here to fight with you ? We are here to enquire, not to fight.

Paul Lam Shang Leen le rappelle à l’ordre en lui disant de l’écouter au lieu de regarder ses documents.

Il fait également ressortir que Parweeza Jeewa était amoureuse de Peroomal Veeren et qu’ils avaient l’intention de se marier.

R.G : She is free to be in love with whoever she wants. It is a free country.

Paul Lam Shang Leen revient encore une fois avec Peroomal Veeren et lui demande s’il était en communication avec le détenu. Raouf Gulbul répond qu’il lui a rendu visite. Il dit ne pas se souvenir s’il lui avait également téléphoné car cela fait déjà 12 ans.

Le Président de la Commission lui fait également savoir que Parweeza Jeewa avait déclaré que c’était Peroomal Veeren qui lui avait payé.

R.G : Je ne suis pas d’accord.

– Joseph Jacharee Bottesoie

Paul Lam Shang Leen parle maintenant de l’ancien détenu Joseph Jacharee Bottesoie. Raouf Gulbul commence par faire une historique de la situation avant de dire qu’il a été piégé dans cette affaire.

P.L.S.L : Piégé par qui ?

R.G : Laissez-moi vous donner une copie…

P.L.S.L : Vous avez dit que vous avez été piégé. Par qui ?

La situation se dégénère vite avec un Raouf Gulbul qui souhaite absolument donner une longue explication.

14h02 : La séance est alors interrompue.

14h13 : Reprise de l’audition.

Paul Lam Shang Leen fait savoir que Bottesoie avait affirmé que l’homme de loi voulait l’acheter. Raouf Gulbul voulait lui rendre visite aussi mais l’ex prisonnier l’avait refusé.

R.G : Je suis au courant de sa version. La mienne est différente.

– Volet Tisha Shamloll

Paul Lam Shang Leen commente maintenant sur les messages whatsapp de Tisha Shamloll. Cette dernière avait, lors de la sortie de la Commission, montré aux journalistes les messages whatsapp de l’avocat.  S’enchaînent ensuite, des échanges entre le Président et l’homme de loi.

R.G : I don’t know what she showed to the press.

P.L.S.L : You don’t know but you went to Radio Plus to reply her.

R.G : She goes to the press. So where do I go to answer ?

Par la suite, Paul Lam Shang Leen lui fait savoir que Tisha Shamloll avait mentionné qu’elle a été son « junior » et qu’elle faisait aussi des « dirty work. »

Elle l’avait également qualifié de « worst than a trafficker. »

R.G : Let her come here and be cross examined. She is the epitome of lies. She was reprimanded twice by the bar council.

Il dresse ensuite une liste de trafiquants qui ont retenu les services de l’avocat, parmi Navind Kistnah, ou Kamasho.

She is the very epitome of lies !

P.L.S.L : Je vous donne un dernier avertissement.

14h37 : La séance est encore une fois interrompue.

14h45 : Reprise.

Raouf Gulbul fait savoir qu’il avait rencontré Tisha Shamloll en octobre ou novembre 2013. Elle l’accompagnait parfois à la cour. Le Président lui fait ensuite savoir que des documents soumis par l’avocat contiennent le numéro de téléphone de Gulbul et aussi qu’il l’a même payé pour ses services. L’avocat demande alors de voir ces documents. Chose refusée par Paul Lam Shang Leen.

P.L.S.L : Je ne vous donne aucun document.

R.G : It is the right of every citizen. I have come here to be examined and not be cross examined.

Le Président lui fait savoir que l’avocate a même évoqué qu’il l’avait utilisé. Il a aussi affirmé qu’elle avait versé de l’argent sur le compte de Faizal Hussein.

R.G : Je ne lui ai jamais demandé de verser de l’argent. I reprimanded her when I knew.

L’avocat est rappelé à l’ordre lorsqu’il commence à dire que Tisha Shamloll a été réprimandée par le Bar Council. Cela pour avoir insulté un client.

R.G : Je vous dit que c’est une menteuse.

P.L.S.L : Si elle est si méchante, pourquoi l’avait vous emmenée à la Réunion ? For business or pleasure ?

R.G : For business.

Il explique ensuite qu’il s’y était rendu professionnellement dans une affaire de piratage d’email.

She behaved like a spoilt brat and wanted to go to Reunion, fait-il savoir.

Raouf Gulbul remet ensuite une carte sim de la Réunion pour vérification.

P.L.S.L : Vous n’avez jamais fait un appel à la prison ?

R.G : Je n’ai jamais fait d’appel à Maurice de la Réunion.

P.L.S.L : Nous allons vérifier les appels faits à Peroomal Veeren.

R.G : Veuillez le faire.

P.L.S.L : Nous allons certainement le faire.

Le Président lui pose ensuite des questions sur Ricardo Agathe et aussi sur la mère de Peroomal Veeren. Paul Lam Shang Leen veut surtout savoir s’il était au courant qu’elle était en prison. Raouf Gulbul répond qu’il ne sait pas, car il avait représenté Peroomal Veeren en 2010.

L’avocat doit aussi fournir des explications sur ses voyages entrepris au cour de cette année. Il doit, entre autres, donner des détails sur les dates, là où il a logé, comment et où il a réservé  les billets. Il doit aussi expliquer par quel moyen il est payé. Ce sont là quelques éléments auxquels il doit répondre lors de sa prochaine audition fixée pour le 6 novembre prochain.

« If next time, you don’t give us an answer, you will have problems, » lance Paul Lam Shang Leen.

L’audition a pris fin vers 15h30.