Actu de l'ile Maurice
Actualités

Croissance économique de plus de 4% : réalisable ou pas ?

Croissance économique de plus de 4% : réalisable ou pas ?

On débute une nouvelle année de 2018 qui pourrait être un tournant pour le gouvernement. Statistics Mauritius annonce un taux de croissance de 4% pour cette année. Le Premier ministre, Pravind Jugnauth,  lors du traditionnel message de nouvel an, a exprimé, pour sa part, le souhait d’avoir un taux de croissance supérieur à 4%.

Il affirme que son gouvernement fera tout en son pouvoir pour atteindre cet objectif. 2018 sera peut-être une année charnière, en terme économique, selon certains observateurs. Comment ? Il y a la mise en œuvre des grands chantiers du gouvernement. C’est du moins ce qu’estiment les économistes. Pour Georges Chung, le conseiller économique au Prime minister’s Office, « il y a des grandes chances pour que la croissance dépasse les 4% en 2018. Mais cela passera par l’avancement des projets phares du gouvernement, comme le Metro Express, le Road Development Program, ainsi que le remplacement des tuyaux ».

Selon Pierre Dinan, il faut avoir une vision axée sur le long terme. Ainsi, pour  arriver à un taux de croissance avec plus de 4%. «  Il faut améliorer le secteur de l’exportation, qui est en net déclin depuis un certain temps ». L’économiste est d’avis qu’il ne faut pas uniquement « prévoir une croissance économique se basant que sur la quantité, mais aussi la qualité doit prévaloir ! » En ce sens, l’économiste explique qu’il faut aussi tenir en considération l’évolution de l’économie mondiale.  Parallèlement, Pierre Dinan souligne qu’il est essentiel que « le gouvernement mette en place une stratégie efficace pour faire avancer l’espace maritime ».

Pour sa part, Arvind Nilmadhub, jeune économiste est d’avis que le taux de croissance de 4% ou plus est réalisable. Il explique que « 2017 a été une année qui a démontré des indications positives par rapport à l’économie ». L’un des exemples, précise-t-il, c’est la baisse du taux de chômage. «  Cela incitera une augmentation dans la consommation. De ce fait, cela aura une incidence positive sur les commerces et que la production». Il estime que 2018 sera meilleur que l’année précédente.